Lundi 19 février – Éducation/Politique – Belloubet peut mieux faire.

Nicole Belloubet sur BFM TV

Nommée ministre de l’Éducation Nationale il y a tout juste 10 jours, Nicole Belloubet connaît mal le dossier de l’école inclusive, mais elle en parle comme elle l’a montré hier sur BFM TV, comme d’ailleurs le journaliste qui lui a posé cette question : « Allez-vous augmenter le salaire des AESH ? 1.500€ brut, c’est peu ! » En fait, leur rémunération nette est généralement proche de la moitié de ce montant. Mais la ministre ne rectifie pas et répond : « Pour moi, la question de l’école inclusive […] est un point majeur. Et évidemment, les AESH c’est-à-dire ces jeunes qui vont nous aider pour prendre en charge les élèves en difficulté, c’est essentiel. » La ministre ne sait visiblement pas que leur âge moyen est de 45 ans, et que les moins de 35 ans ne sont que 17%. « Il faut que nous en augmentions le nombre, ajoute-t-elle, et que nous augmentions leurs conditions, enfin, oui les conditions de… » Le journaliste vient à son secours et elle embraye sur la proposition de loi qui attend d’être examinée à l’Assemblée Nationale relative au financement de la pause méridienne, qui ne changera pas le montant du salaire des AESH puisqu’elle ne prévoit pas d’accroître leur temps de travail.

Dimanche 18 février – L’humeur d’Agnès.

Peintre et dessinatrice sourde, Agnès Fédrizzi réagit à l’actualité du moment et hume l’air du temps…

Nature morte, pas si morte que ça ©Agnès Fédrizzi

Samedi 17 février – Les initiatives de la semaine.

  • Le Fablab de Quimper (Finistère) élabore et réalise des aides techniques à la demande pour la vie quotidienne de personnes handicapées, et prépare un Handi créathon.
  • France Info publie en termes simples la classification des handisportifs par rapport à leur niveau de handicap en compétition.
  • Deux décrets pérennisent deux expérimentations dans les Entreprises Adaptées, le premier pour les contrats dits Tremplin ou de travail temporaire, le second en matière d’aide au poste.

Vendredi 16 février – Les ratés de la compensation.

Paris rame du métro ligne 14
  • La RATP ferme à nouveau totalement l’unique ligne de métro accessible pendant deux semaines, du 11 au 25 février, prélude à 26 autres jours de fermeture de mars à mai.
  • Après 7 ans de renouvellement de son titre de séjour pour raisons de santé, la préfecture des Hauts-de-Seine considère qu’une dame Sénégalaise handicapée à 80% et insuffisante respiratoire doit quitter le territoire au prétexte qu’elle peut être soignée dans son pays d’origine.
  • Dès sa reconduction au Gouvernement, Fadila Khattabi annonce un premier déplacement officiel dans son département de Côte d’Or souligne le quotidien Le Bien Public, le 8e en 6 mois de fonction.
  • Le Rotary club de La Ciotat-Ceyreste (Bouches-du-Rhône) lance une campagne de financement de fauteuils roulants sportifs, palliant l’absence d’aides publiques.
  • L’APF France Handicap s’attribue la pétition demandant le remboursement intégral des fauteuils roulants promis par le président de la République, alors qu’elle a été lancée fin janvier par le député paraplégique Sébastien Peytavie.
  • La ville de Quimper (Finistère) n’entretient pas le fonctionnement des feux sonores, et laisse les commerçants envahir les bandes roulantes des secteurs pavés.
  • La municipalité de Fenain (Nord) interdit un enfant autiste en CE1 de déjeuner à la cantine parce qu’elle ne veut pas financer un AESH pour l’aider.
  • Deux entrepreneurs prétendent guérir la surdité de 430 millions de personnes avant d’avoir testé leur procédé de conduction osseuse reposant sur des techniques déjà connues.

Mercredi 14 février – Vie Autonome – Marcel Nuss est mort.

Marcel Nuss en 2020

Militant de la vie autonome et du droit à une vie sexuelle, Marcel Nuss est décédé hier, jour de ses 69 ans. Écrivain entièrement paralysé du fait d’une amyotrophie spinale, il s’était engagé en mars 2002 dans un mouvement de personnes handicapées dépendantes qui, sous la menace d’une grève de la faim, ont obtenu de la ministre alors chargée des Personnes handicapées, Ségolène Royal, la création de forfaits grande dépendance pour vivre à domicile grâce aux aides humaines nécessaires. Ce mouvement avait conduit Marcel Nuss à créer et structurer la Coordination Handicap et Autonomie qui a poursuivi l’action jusqu’à la création et stabilisation de la Prestation de Compensation du Handicap, en 2005-2006. Il s’était ensuite engagé dans l’accès effectif à une vie sexuelle en promouvant une assistance apportée par des personnes spécifiquement formées, en transposant en France ce qui se faisait alors en Suisse. Marié deux fois, il était père de deux enfants nés dans les années 1980. Il avait annoncé en juin 2020 son retrait d’une action militante conduite en dehors des grandes associations nationales et qui a permis aux personnes handicapées dépendantes d’accéder à une vie autonome décente.

Lundi 12 février – Loisirs/Sports – Fends le vent.

Couverture du premier tome de Fends le vent

Shôta était un footballeur talentueux au collège, mais un accident à entraîné l’amputation de sa jambe gauche au dessus du genou. Depuis, il traîne sa vie sans envie ni joie, allant, ou pas, au lycée, jusqu’à la rencontre avec un orthoprothésiste opportuniste, Chidori : celui-ci pense trouver dans le jeune homme aux réflexes toujours très vifs l’expérimentateur de prototypes de « lames » de course afin de triompher dans des compétitions et obtenir ainsi notoriété et fortune. Mais comment le nouvel ami de Shôta va-t-il apprécier l’envahissant prothésiste qui vise les Jeux Paralympiques ? A découvrir dans un manga en 5 tomes dont le premier vient d’être publié chez Akata, écrit et dessiné par Wataru Midori en 2020, et dont le prochain volume est annoncé pour le 21 mars prochain. L’argument rappelle celui de Running Girl, paru en France en 2020-21 et racontant comment une adolescente amputée tibiale se met à l’athlétisme pour retrouver le goût de vivre. Fends le vent !, de Wataru Midori, éditions Akata, 8,05€ en librairies.

Samedi 10 février – Les initiatives de la semaine.

Emplacement fauteuil roulant dans les prochaines rames de métro parisien à l'horizon 2027
  • Un nouveau modèle de rame équipera à partir de 2027 les lignes 8, 12 et 13 du métro parisien, avec emplacement fauteuil roulant potentiellement utilisable depuis 8 stations accessibles sur les 111 de ces trois lignes.
  • La Fondation Terra Nova publie une analyse du discours gouvernemental « culpabilisant » de responsabilisation des assurés sociaux, substituant « à l’universalisme de la solidarité nationale des restrictions moralisatrices. »
  • Moins de 6% des électeurs Parisiens se sont exprimés lors de la votation organisée par la municipalité afin de tripler en septembre le tarif du stationnement payant des SUV, approuvé à 55%, ceux qui transporteront des personnes handicapées continuant à stationner gratuitement.
  • Le Panthéon (Paris 5e) proposera l’exposition « Histoires Paralympiques. De l’intégration sportive à l’inclusion sociale (1948-2024) » du 11 juin au 29 septembre.
  • Le lycée public Mézeray d’Argentan (Orne) est mis en accessibilité pour les élèves handicapés moteurs, déficients visuels ou auditifs.

Vendredi 9 février – Transports – Résa impossible sur Intercités.

Deux trains Paris-Brive s'affichent avec le critère fauteuil roulant, au lieu de 5 marqués accessibles

Les voyageurs en fauteuil roulant ne peuvent plus réserver de billets sur la ligne de chemins de fer Paris-Toulouse, desservie par des trains Intercités, à cause d’une défaillance informatique. Dès que l’on introduit sur SNCF Connect le critère « voyageur en fauteuil roulant », la plupart des trains disparaissent de l’interface de réservation ; par exemple pour le 12 mars, 2 trains s’affichent au lieu de 5 marqués pourtant accessibles sur Paris-Brive. Le service Accès Plus qui assure également la vente de billets est touché par le même bug. Après vérifications, la défaillance ne semble concerner que cette ligne POLT, dont l’un des clients réguliers est le député paraplégique Sébastien Peytavie : « J’ai effectivement ce problème. Il y a un bug sur le site internet de la SNCF. Les places PMR existent mais sont non selectionnables. La SNCF dit avoir besoin d’une semaine pour rectifier le problème », répondait-il mercredi. Si la SNCF a bien confirmé aujourd’hui ce bug, mais sans diffuser aux voyageurs handicapés une information sur cet incident lorsqu’ils tentent de réserver des places sur cette ligne.

Vendredi 9 février – Politique – La Côte d’Or retrouve sa ministre.

Fadila Khattabi sur France Info

Une seconde vague de ministres et secrétaires d’État complète le Gouvernement nommé le 11 janvier dernier. Il est désormais composé de 35 membres, soit 7 de moins que le précédent dirigé par Élisabeth Borne. 4 seulement sont nouveaux, les autres ayant déjà détenu un portefeuille ministériel. La députée de Côte d’Or (lire La perle du 5 novembre 2023) Fadila Khattabi retrouve le ministère délégué aux Personnes handicapées auquel sont adjointes les Personnes âgées, sous la tutelle de Catherine Vautrin, ministre du Travail, de la Santé et des Solidarités. Ministre sortant du logement, Patrice Vergriete hérite du ministère des transports, stratégique en cette année olympique. Celui du logement revient au député Guillaume Kasbarian dont les prises de position libérales ont toujours favorisé les propriétaires et le secteur privé au détriment du logement social qui connaît une grave crise. Le ministère de l’Éducation nationale est finalement confié à Nicole Belloubet, qui fut ministre de la Justice de juin 2017 à juillet 2020 ; rétrogradée du fait des bévues qui ont heurté les enseignants et l’opinion, Amélie Oudéa-Castéra ne s’occupera plus que des Sports et des Jeux Olympiques et Paralympiques.

Vendredi 9 février – Les ratés de la compensation.

Des bons plans d'hiver en Auvergne-Rhône-Alpes : cliquez !
  • Élaborée depuis 2018, la rénovation de la gare ferroviaire de Melun (Seine-et-Marne) avec mise en accessibilité des quais vient d’être engagée pour un achèvement en… 2030 !
  • L’ULIS du lycée Jean Monnet à La Queue-Lez-Yvelines sera supprimée à la fin de l’année scolaire et ses élèves transférés à une trentaine de kilomètres au nord, les personnels l’ayant découvert sur un simple planning.
  • Un quadragénaire est condamné par la Cour criminelle de l’Essonne à 14 ans de prison pour viol aggravé d’une jeune femme handicapée.
  • Il aura fallu 4 semaines à la SNCF pour informer les clients d’Accès Plus Transilien du transfert de leurs données personnelles vers le nouvel opérateur d’assistance PMR Assist’engare (lire l’actualité du 10 janvier 2024).
  • ActuTours annonce comme nouveau sur Tours (Indre-et-Loire) le 114, centre relais pour personnes sourdes de leurs appels aux services d’urgence, service pourtant disponible dans toute la France depuis… 13 ans !
  • La procédure de sauvegarde de la société éditrice de l’appli mobile Mobalink est maintenue par le Tribunal de Commerce de Bordeaux jusqu’en juin prochain.
  • Des familles rennaises recrutent des AESH sur Le Bon Coin et ont reçu des candidatures alors que l’Éducation nationale affirme manquer de candidats.
  • L’Unapei dénonce un projet de décret qui privatiserait totalement la gestion des tutelles et la mettrait intégralement à la charge des majeurs protégés en ponctionnant leurs revenus.

Jeudi 8 février – Emploi/Droits – Le Conseil Constitutionnel contredit la Cassation.

Entrée du Conseil Constitutionnel

Dans une décision publiée en soirée, le Conseil Constitutionnel juge conforme à la Constitution de la Ve République la limitation du droit à congés payés en cas d’absence prolongée pour maladie professionnelle ou accident du travail, et la suspension du droit auxdits congés payés pendant un arrêt de travail pour maladie non professionnelle. En répondant ainsi à une question prioritaire de constitutionnalité, il contredit la Cour de Cassation qui a mis, par une série d’arrêts rendus le 13 septembre dernier, « en conformité le droit français avec le droit européen en matière de congé payé. » Elle avait alors reconnu aux salariés malades ou accidentés un « droit à des congés payés sur leur période d’absence, même si cette absence n’est pas liée à un accident de travail ou à une maladie professionnelle », et sans limitation à la première année de l’arrêt de travail en cas d’accident du travail. C’est sur ces deux points que le Conseil Constitutionnel s’est prononcé dans une décision inverse de celle de la Cour de Cassation. Cette décision crée un conflit d’application entre droit européen et droit national, le premier devant normalement primer le second dans la matière qui vient d’être examinée.

Jeudi 8 février – Sports – Paris 2024 révèle ses médailles.

Les différentes médailles des jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024

Le Comité d’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024 a présenté les médailles récompensant les athlètes. Rondes, elles ont été conçues par la maison d’orfèvrerie Chaumet, et seront frappées par la Monnaie de Paris. Si les avers des médailles sont identiques : logo Paris 2024 estampé sur une plaque hexagonale en fer puddlé provenant de morceaux retirés de la tour Eiffel lors de rénovations, sertie sur la médaille striée de rayons. Les revers sont différents. Celui des Olympiques présente la déesse grecque Niké flottant au-dessus du stade olympique d’Athènes avec, en fond, l’Acropole à gauche et la tour Eiffel à droite, l’ensemble surmonté de la mention « Jeux de la XXXIIIe olympiade – Paris 2024. » Sur la Paralympique figurent la Tour Eiffel vue de dessous, encadrée des inscriptions « Paris 2024 » en haut, en braille « Paris » à gauche, « 2024 » à droite et « Paralympic games » en bas sur deux lignes ; on remarque toutefois que le c trop fermé fait qu’on lit spontanément « Paralympio. » Un, deux ou trois traits sur la tranche permettent d’identifier la couleur du métal. Les médailles d’or pèsent 529 grammes (dont 6 d’or), celles d’argent 925 millièmes 525 gr et de bronze 455 gr. Leurs rubans sont bleus pour les Olympiques et rouges pour les Paralympiques, imprimés de motifs reproduisant la structure de la tour Eiffel. 5.084 médailles seront remises lors des deux compétitions, du 26 juillet au 11 août puis du 28 août au 8 septembre prochains.

Jeudi 8 février – L’humeur d’Agnès.

Peintre et dessinatrice sourde, Agnès Fédrizzi réagit à l’actualité du moment et hume l’air du temps…

Abbé Pierre
Un vieil ami, en me souhaitant mon anniversaire ce premier février, m’a rappelé l’Appel de l’abbé Pierre le même jour mais en 1954. D’où mon croquis vite fait pour faire prendre conscience qu’actuellement nombreux d’entre nous sont privés de toit !
Une série de drames pousse l'abbé Pierre à se faire entendre auprès de politiques. Le 1er février 1954, il lance son célèbre appel sur les ondes de Radio Luxembourg, créant ce qu'on appellera « l’insurrection de la bonté »
« Mes amis, au secours... Une femme vient de mourir gelée, cette nuit à trois heures, sur le trottoir du boulevard Sébastopol, serrant sur elle le papier par lequel, avant hier, on l'avait expulsée... Chaque nuit, ils sont plus de deux mille recroquevillés sous le gel, sans toit, sans pain, plus d'un presque nu. Devant l'horreur, les cités d'urgence, ce n'est même plus assez urgent ! »

Mercredi 7 février – Transports/Vie autonome – Paris desserre un peu le carcan.

Il sera impossible aux personnes handicapées de se déplacer dans Paris autrement qu'à pied du 1er au 4 août

Les périmètres « rouges » d’interdiction de circulation de tous véhicules lors des épreuves de prochains Jeux Olympiques et Paralympiques ne seront pas interdits à certains services, annonce le préfet de police, Laurent Nunez. Parmi ceux qui seront autorisés après inscription préalable sur une plate-forme Internet figurent les soins indispensables aux personnes et la livraison de repas à des personnes vulnérables (âgées ou handicapées). En revanche, les personnels d’aides à domicile ne pourront pas entrer avec leur véhicule professionnel dans ces périmètres. Il en ira de même pour les habitants qui ne disposent pas d’une place de parking. Les dérogataires devront présenter une attestation, et probablement un QR code pour entrer dans Ces zones rouges. Selon les jours, il sera impossible aux personnes à mobilité réduite de se déplacer dans Paris autrement qu’à pied, avec traversée impossible les jours de cérémonie d’ouverture (26 juillet et quelques jours avant), de cyclisme sur route (24 et 27 juillet et 1er au 4 août), de marathon olympique (10 et 11 août) et paralympique (8 septembre). De nouvelles dispositions pourraient être annoncées dans les prochaines semaines.

Mardi 6 février – Cécité – L’Éloquence de la Différence.

Dédiée aux personnes bègues à sa création en 2019, l’association Éloquence de la Différence lance le 9 mars un programme de formation destiné aux personnes déficientes visuelles. Il vise à faire acquérir « des outils de prise de parole en public (rhétorique, expression corporelle, adaptation au public, expressivité – voix) notamment pour renforcer la confiance en soi et l’affirmation de soi [et] visibiliser très fortement la déficience visuelle avec l’un des participants qui sera sélectionné pour représenter les personnes avec déficience visuelle lors de l’événement tous éloquents, au Grand Rex [à Paris]. » La formation de 30 heures comporte une prise de parole devant une centaine de personnes ; gratuite, elle est ouverte à une dizaine de participants.

Lundi 5 février – La perle de la semaine.

Paris ligne bus 31, annonce du terminus inaccessible

La RATP invente l’inaccessibilité d’arrêts de bus sur des parties rénovées de voirie ! C’est notamment le cas sur la ligne 31 qui relie la place de l’Étoile à la gare de l’Est : ce terminus est marqué, sur le plan dynamique qui s’affiche dans le bus, d’un panneau « interdit aux fauteuils roulants » ; or l’ensemble du secteur a été refait il y a 5 ans environ, et ne pose pas de difficulté pour les piétons et « roulants. » Si le plan papier de cette ligne ne mentionne pas l’interdiction du terminus, il comporte cinq autres arrêts marqués interdits, soit 20%, dont 2 dans des rues refaites ces dernières années. Mais les informations à bord des bus fournie sur plan dynamique diffèrent : là, tous les arrêts du boulevard de Magenta sont marqués « interdits » alors qu’il a entièrement été refait en 2006 et que ses arrêts figurent parmi les plus aisés à utiliser…

Samedi 3 février – Les initiatives de la semaine.

  • Lancée le 26 janvier, la pétition du député Sébastien Peytavie demandant le respect de la promesse présidentielle de rembourser intégralement tous les fauteuils roulants a dépassé les 50.000 signatures en une semaine.
  • Le CNCPH recrute 3 cadres chargés de la communication et des relations institutionnelles, du suivi des travaux des délégations, et des études et de la prospective, dont le niveau de rémunération n’est pas précisé.
  • 37.600 Allocataires Adultes Handicapés ont bénéficié d’une augmentation moyenne moyenne de 312€ du fait de la fin de prise en compte des revenus de leurs conjoints ou assimilés depuis novembre dernier, et 15.000 personnes la perçoivent à nouveau.
  • La Défenseure des droits lance une enquête « sur les risques d’atteintes aux droits et libertés et sur d’éventuelles situations de discrimination » dans le cadre des Jeux Olympiques et Paralympiques, dont les « restrictions de la liberté d’aller et venir dans les zones environnant les épreuves » qui toucheront particulièrement les habitants handicapés.

Vendredi 2 février – Logement – Sécurité de l’habitat inclusif.

Vue d'architecte de la neuve adaptée aux personnes en situation de handicap à Montigny-lès-Metz en Moselle

Après l’Assemblée Nationale le 23 novembre dernier, le Sénat classe discrètement l’habitat inclusif dans la réglementation incendie relative aux immeubles d’habitation. Ce classement figure dans l’article 13 bis A de la proposition de loi sur la Société du bien vieillir (sic) et répond à l’incident survenu au Mans en février 2023 (lire cette analyse) ; la commission de sécurité avait enjoint la société propriétaire d’un immeuble locatif occupé aux 2/3 par des personnes handicapées motrices d’effectuer une mise en conformité au titre de la réglementation incendie applicable aux Établissements Recevant du Public, et faute de mise aux normes le maire avait par la suite pris un arrêté de fermeture. Depuis, une polémique opposait les Services départementaux d’incendie (pompiers), invoquant les grandes difficultés d’évacuation d’occupants lourdement handicapés d’immeubles collectifs, aux promoteurs associatifs et lucratifs (Mobicap, Terralia) d’habitat inclusif. Ce sont ces derniers qui l’ont emporté, moins de 6 mois après l’incendie à Wintzenheim (Bas-Rhin) d’un gîte de groupe clandestin, déclaré comme habitation alors qu’il aurait dû respecter les normes de sécurité des ERP ; cet incendie a tué 11 résidents. Lancé fin 2017 pour inclure de 5 à 8 personnes handicapées dans des logements collectifs ou individuels accompagnées par un service d’aide à la vie autonome, l’habitat inclusif a été dévoyé vers le regroupement de dizaines d’habitants handicapés au sein d’immeubles locatifs de statuts divers.

Vendredi 2 février – Les ratés de la compensation.

Hôtel de ville de Les Sièges (Yonne) en 2010 ©Riton93
  • La municipalité des Sièges (Yonne) rejette la mise en accessibilité de la mairie en lui préférant « un accueil des personnes handicapées dans un local adapté annexe. »
  • Depuis novembre dernier, le Baromètre gouvernemental Emploi & Handicap n’a plus enregistré de nouvelles entreprises venant rejoindre les 188 qui exposent leur politique d’emploi (lire l’actualité du 10 mars 2023).
  • Des parents du Petit-Quevilly (Seine-Maritime) attendent depuis 3 ans un logement adapté au handicap moteur de leur fille âgée de 10 ans.
  • Deux escrocs aux travaux de rénovation sévissant dans l’Essonne sont condamnés à 4 ans de prison pour l’instigateur, et 6 mois sous bracelet électronique pour le gérant de « paille », après avoir avoir facturé 6 millions d’euros de travaux injustifiés à des personnes très âgées et handicapées.
  • Le projet de logements inclusifs pour personnes polyhandicapées de l’APAJH 17 est définitivement abandonné du fait de la situation financière de cette association, malgré une grosse opération de communication.
  • Le diocèse de Tourcoing (Nord) restructure ses établissements scolaires sans concertation et fermera à la rentrée de septembre une école accueillant une ULIS dans laquelle les enfants sont bien intégrés.
  • Et l’association Ambition école inclusive (AEI) affirme que 200.000 enfants handicapés n’avaient pas de scolarité identifiée en 2022.

Jeudi 1er février – Administration – Baromètre des MDPH.

Indicateurs de satisfaction au travail des AESH

La dernière édition du baromètre d’activité des Maisons Départementales des Personnes Handicapées a été publiée par la Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie (CNSA). C’est la MDPH du Nord qui, en 2022, a traité le plus de dossiers, 223.623 loin devant la Seine-Saint-Denis (188.428) et les Bouches-du-Rhône (144.800) ; si la première a vu son activité baisser de 23.000 demandes, la seconde a dû traiter 50.000 dossiers supplémentaires alors que la 3e en a reçu le même nombre. La durée moyenne nationale de traitement des dossiers est en hausse par rapport au début de l’année 2023, approchant les 5 mois (4,77) soit près d’un mois de plus que la durée légale ; les 2/3 des MDPH dépassent ce délai. Les plus lentes, selon les données du 3e trimestre 2023, sont l’Ille-et-Vilaine pour les demandes d’Allocation Adulte Handicapé (plus de 10 mois depuis 2021) et l’Essonne pour la Prestation de Compensation du Handicap (10,7 mois, talonnée par l’Ille-et-Vilaine). Les 2/3 d’attributions d’AAH sont sans limite de durée, Mayotte étant leader avec 91% des décisions (contre 100% au 3e trimestre 2022). Rappelons que l’objectif gouvernemental était d’atteindre à la fin 2022 un délai moyen de 3 mois pour le traitement des demandes et pour l’attribution de l’AAH ; faute d’être atteints, ces objectifs sont modifiés et repoussés à fin 2026.

Partagez !