Samedi 21 mai – Politique – Damien Abad devient ministre.

Damien Abad

Évolution logique de son parcours de professionnel de la politique, le député handicap moteur président jusqu’à jeudi soir du groupe Les Républicains à l’Assemblée Nationale, Damien Abad, a été nommé hier ministre des Solidarités, de l’Autonomie et des Personnes handicapées. C’est donc un grand ministère distinct de celui de la Santé qui traitera les affaires sociales, le handicap et le grand âge. Damien Abad rejoint ainsi les très rares citoyens handicapés à avoir accédé à un portefeuille ministériel : âgé de 42 ans, il vit avec les séquelles handicapantes d’une arthrogrypose qui l’oblige à être aidé au quotidien. Sa nomination est saluée par plusieurs organisations, dont la FNADEPA qui se « réjouit de la création de ce ministère transversal qui témoigne de la prise en considération, au plus haut niveau de l’État, des attentes et besoins des personnes vulnérables, quel que soit leur âge ou leur handicap. » Par contre, l’Unapei clame « Monsieur le Ministre, des millions de personnes vous attendent au tournant : finis les beaux discours, place aux actions ! » et le Collectif Handicaps « des attentes fortes pour améliorer le quotidien des personnes en situation de handicap ». Rallié à la majorité présidentielle après la réélection d’Emmanuel Macron, c’est la deuxième fois que Damien Abad change quitte un parti politique : il a débuté sa carrière au Nouveau Centre en 2008 puis a rallié le parti de droite UMP (devenu ensuite Les Républicains) en 2012, année de son élection à l’Assemblée Nationale. Le gouvernement dirigé par Élisabeth Borne compte 24 ministres et 4 secrétaires d’État, alors que l’entourage du président de la République avait distillé dans la presse sa volonté de nommer une équipe resserrée d’une quinzaine de membres. On remarque que Sophie Cluzel, secrétaire d’État aux personnes handicapées jusqu’à lundi dernier, ne retrouve pas de fonctions gouvernementales.

Samedi 21 mai – La bévue de la semaine.

Carte Técély

Le Syndicat des transports de l’agglomération lyonnaise (SYTRAL) a décidé le 3 mai 2021 d’accorder la gratuité des voyages effectués par l’accompagnateur d’un titulaire de carte d’invalidité ou mobilité inclusion (invalidité, priorité ou stationnement). Cette délibération crée également une carte accompagnant permettant de franchir gratuitement les barrières d’accès au métro lyonnais et valider dans les bus. Mais comme il n’est pas prévu de délivrer des tickets gratuits, cela contraint les bénéficiaires à effectuer une formalité. Pour les Cars du Rhône, elle est relativement aisée à trouver dans la rubrique Boutique et tarifs > Titres de transports > Carte Accompagnant. Par contre, elle difficilement repérable sur les site des TCL (Transports en Commun Lyonnais) puisqu’elle figure dans Assistance > Accessibilité > Comment puis-je obtenir ma carte accompagnant CMI ? Et là, surprise, les TCL réduisent les bénéficiaires à ceux qui sont titulaires d’une carte d’invalidité ou CMI mentionnant « besoin d’accompagnement ». Condition non prévue par la délibération du SYTRAL et en infraction avec la loi du 24 décembre 2019 qui a institué l’obligation de proposer une tarification adaptée : « Des mesures tarifaires spécifiques sont prises en faveur des accompagnateurs des personnes handicapées ou dont la mobilité est réduite porteuses d’une carte invalidité ou d’une carte “ mobilité inclusion ” […] Ces mesures tarifaires spécifiques peuvent aller jusqu’à la gratuité. » Et cerise sur le gâteau, pour se déplacer sur le territoire du SYTRAL il faut deux demander deux Cartes Accompagnant, la Técély des TCL et la Oura ! des Cars du Rhône et Libellule (Villefranche-sur-Saône).

Samedi 21 mai – Les initiatives de la semaine.

  • Le père entrepreneur d’un jeune homme devenu tétraplégique lui conçoit et construit à Boersch (Bas-Rhin) un logement adapté dont les rangements sont commandés vocalement.
  • Un service d’accompagnement à la parentalité de personnes handicapées mentales ouvre à Laval (Mayenne).
  • Une procédure de recherche de personnes est organisée par la police et la gendarmerie en faveur de celles qui vivent avec des troubles autistiques pour réduire les risques qu’elles courent lorsqu’elles se perdent.
  • Toulouse (Haute-Garonne) reçoit la marque Destination pour Tous Or tous handicaps pour son centre-ville (périmètre intérieur des boulevards), devenant le 8e territoire titulaire (lire ce reportage).
  • Des élèves du primaire et des collégiens Sourds d’Indre-et-Loire préparent une chanson vocale et chansignée qu’ils interpréteront en public à partir du 9 juin.

Vendredi 20 mai – La perle de la semaine.

L'agent de police Longtarin fait du skate à sa manière

L’agent de police Longtarin (célèbre tortionnaire de Gaston Lagaffe) s’est-il installé à Saint-Quentin (Aisne) ? On peut se le demander en apprenant qu’un automobiliste malentendant utilisant des appareils auditifs a été verbalisé le 7 avril pour « conduite d’un véhicule avec port à l’oreille d’un appareil susceptible d’émettre du son » ! N’ayant pas été arrêté par le policier verbalisateur, la contravention de 135€ avec retrait de 3 points sur le permis de conduire a été dressée « à la volée » ; cette pratique courante consiste à sanctionner ce qu’un agent croit répréhensible sans s’en être assuré, une variante de « cogner d’abord et s’expliquer ensuite ». Là, le conducteur a formulé une réclamation avec audiogramme, prescription et facture de son appareillage, photos des appareils, etc., sans réponse un mois plus tard, pratique courante de l’administration qui n’informe pas les automobilistes sanctionnés des suites réservées à leurs recours : en effet, c’est à eux de vérifier en ligne. La préfecture de l’Aisne déclare sans rire au Courrier Picard « Si son opposition au procès-verbal n’est pas retenue, le plaignant peut saisir le tribunal judiciaire compétent »…

Vendredi 20 mai – Les ratés de la compensation.

  • France Info croit toujours que « l’inclusion des personnes en situation de handicap sera [la] priorité [d’Emmanuel Macron] durant son second mandat » en oubliant qu’il l’avait déjà proclamé pour son premier mandat.
  • Des locataires de Fougères Habitat (Ille-et-Vilaine) déplorent leur délaissement par ce bailleur social, dont un couple dont le mari handicapé moteur n’a reçu aucune réponse à sa demande de logement adapté formulée dès 2014.
  • Les fauteuils roulants prêtés pour visiter le jardin des plantes d’Avranches (Manche) ont disparu sans espoir de retour rapide.
  • Une école de Fréjus (Var) constate davantage de décisions d’attribution d’AESH alors que leur nombre est en baisse, laissant en plan des enfants pourtant bénéficiaires.
  • L’ADAPEI du Finistère affirme que 500 postes de personnels manquent pour s’occuper des usagers handicapés.
  • Les occupants handicapés moteurs d’un immeuble de Mantes-la-Jolie (Yvelines) sont bloqués chez eux pendant près d’un mois à cause d’une panne d’ascenseur non réparable faute de semi-conducteur.

Jeudi 19 mai – Accessibilité/Associations – L’APF reprend Picto Access.

Cartographie erronée de Vierzon, comportant des établissements situés en Angleterre

Placée en redressement judiciaire, la société support de Picto Access, Unis C, est reprise par l’APF France Handicap. Basée à Lille, Picto Access voulait dans un premier temps devenir un acteur majeur de la cartographie d’accessibilité en ligne et sur appli mobile et a reçu de multiples aides et subventions. Après avoir intégré l’Association Tourisme et Handicaps, elle espérait fusionner ses grilles d’évaluation avec celles de la marque d’État Tourisme et Handicap, dans l’espoir de s’ouvrir d’importants débouchés commerciaux. Des représentants de Picto Access vendaient aux exploitants et gérants d’hôtels, restaurants, commerces, établissements ouverts au public, etc., des diagnostics d’accessibilité facturés 300€ minimum, la société cherchant à simplifier à son profit l’intégration de sa clientèle parmi les titulaires de la marque Tourisme et Handicap. Après Wheeliz en août 2021, Unis C Picto Access est la seconde société privée du secteur handicap acquise par l’une des plus puissantes associations gestionnaires.

Jeudi 19 mai – Associations – L’Unadev sous tutelle.

Logo de l'Unadev

L’Union nationale des aveugles et déficients visuels (UNADEV) est placée sous administration judiciaire à la demande de sa présidente intérimaire, Valérie Hotier, élue fin janvier 2022. « La nomination d’un administrateur provisoire est nécessaire lorsque le fonctionnement d’une association est devenu très difficile, notamment suite à des litiges dans la gouvernance de l’association, pouvant conduire au blocage de son fonctionnement, justifie-t-elle dans un courriel aux administrateurs. Notre association a aujourd’hui besoin d’une aide extérieure et neutre pour sortir durablement de la crise, permettre une nouvelle stabilité, assurer sa sauvegarde et, à terme, son développement. » Les pouvoirs de la Présidente et du Conseil d’Administration sont suspendus, de même que les activités des comités ; les missions auprès des bénéficiaires et des adhérents ainsi que les activités des centres régionaux se poursuivent. « L’UNADEV rencontre des difficultés institutionnelles depuis plusieurs mois avec notamment des blocages importants au sein de son Conseil d’administration, confirme le porte-parole de l’Union. La Présidente, Valérie Hotier, a sollicité le Président du Tribunal judiciaire afin que celui-ci apporte son aide à la gouvernance de l’association. Un Administrateur provisoire a été nommé le 10 mai. » Élue par le Conseil d’administration pour organiser l’Assemblée Générale concernant l’activité et les comptes pour 2020 qui n’avait pu être organisée dans les délais réglementaires du fait d’une crise de gouvernance toujours insoluble, elle a affronté de multiples manoeuvres de déstabilisation. Parmi elles, des menaces à son encontre, la cooptation de deux adhérents au Conseil d’administration qui sont qualifiés de marionnettes au service d’un administrateur révoqué, une tournée des comités régionaux par une des dissidentes et l’action du précédent président, Marc Bolivard, pour récupérer ce mandat.

Mercredi 18 mai – Éducation/Justice – Prime REP des AESH.

Logo Sud Education

Le syndicat SUD-Éducation espère obtenir de la justice administrative l’octroi de la prime Réseau d’Éducation Prioritaire pour les Accompagnants d’Enfants en Situation de Handicap exerçant dans ces zones. A la différence des Assistants d’Éducation en faveur desquels le Conseil d’État vient de trancher (lire l’actualité du 30 avril 2022), c’est au moyen d’une centaine de procédures auprès de Tribunaux Administratifs que le syndicat espère obtenir le versement des primes REP et REP+ aux AESH, précise son représentant, Manuel Guyader, qui estime que la décision du Conseil d’État constitue un appui important pour une solution positive.

Mercredi 18 mai – Culture/Surdité – Pompidou transcrit ses podcasts.

Le hall du Centre Georges Pompidou ©Yanous.com

Le Centre Pompidou publie une transcription des podcasts consacrés à ses expositions, afin que tout le monde puisse en prendre connaissance, Sourd ou pas. « C’est une aide à la visite inclusive pour tous, ces transcriptions sont téléchargeables PDF gratuitement depuis le site internet du Centre Pompidou », précise sa chargée d’accessibilité. Sont disponibles les transcriptions d’Allemagne années 1920 la nouvelle objectivité August Sander, Charles Ray, le Parcours Musée les chefs-d’oeuvre VIP, Dans les tuyaux du Centre Pompidou et Vues de Paris. A la manière du sous-titrage sourds et malentendants, les textes sont transcrits selon un code couleur identifiant le narrateur, les intervenants, les citations, les extraits musicaux et toute autre indication sonore. Par ailleurs, l’établissement ferme son site web handicap spécifique : « Toutes les informations sont directement sur le site général du Centre Pompidou. Une page réunit différents onglets thématiques », précise la chargée d’accessibilité. Elle regroupe également les vidéos LSF des expositions en cours ou passées, et les livrets de visite en Facile à lire et comprendre (FALC.)

Mardi 17 mai – Politique – Yanis Bacha candidat à Paris.

Yanis Bacha audiodécrivant un match de football lors de l'Euro 2016

Conseiller communication, culture et sports au cabinet de la secrétaire d’État aux personnes handicapées, Sophie Cluzel, de mai 2017 à juillet 2018, Yanis Bacha est investi par le parti présidentiel pour les élections législatives des 12 et 19 juin. Il sera candidat Renaissance (nouveau nom de La République En Marche) dans le 19e arrondissement de Paris. Myopathe âgé de 29 ans, il s’est recyclé en juin 2018 au sein du comité d’organisation de la coupe du monde de rugby qui se déroulera en France en septembre et octobre 2023. Si Yanis Bacha espère devenir le premier député en fauteuil roulant de la Ve République, cet espoir semble ténu compte-tenu de son étiquette macroniste dans une circonscription très marquée à gauche. Ce serait son deuxième échec électoral après l’élection municipale 2020 ; alors qu’il était éligible au Conseil de Paris, la liste majorité présidentielle n’a obtenu qu’un seul siège dans le 12e arrondissement de Paris. On remarque également que Yanis Bacha omet de mentionner sur sa fiche Linkedin son année passée au service de la secrétaire d’État aux Personnes handicapées, ainsi que son engagement politique.

Lundi 16 mai – Politique – Un nouveau vieux Premier ministre.

Jean Castex passes ses pouvoirs de Premier ministre à Elisabeth Borne

Pour inaugurer son second mandat à la Présidence de la République, Emmanuel Macron nomme à la tête du gouvernement la technocrate ex-socialiste Élisabeth Borne. Âgée de 61 ans, ingénieure générale des Ponts et Chaussées, elle entre dans des cabinets ministériels dont celui de Ségolène Royal à l’écologie qu’elle dirige (2013-2014). Elle est ensuite préfète de la région Poitou-Charentes (2014-2015) puis présidente de la RATP jusqu’en mai 2017 et son entrée dans le premier gouvernement Édouard Philippe où elle occupe le ministère des Transports. Dans cette fonction, elle refuse d’engager la mise en accessibilité du métro parisien en assénant à ses propres députés, le 6 juin 2019, une bordée d’arguments fallacieux et mensongers. Dans toutes ses fonctions, Élisabeth Borne n’a jamais montré d’état d’âme, agissant en haute-fonctionnaire sans s’embarrasser de considérations sociales ; les agents de la SNCF lui doivent la suppression de leur statut professionnel, les automobilistes les péages autoroutiers maintenus élevés, la France la relance de construction de centrales nucléaires EPR coûteuses et dont la première (Flamanville) ne fonctionne toujours pas.

Lundi 16 mai – Éducation/Administration – Les MDPH revendiquent.

Lettre ouverte de l'association des directeurs de Maisons Départementales des Personnes Handicapées

Dans une lettre ouverte du 11 avril (téléchargeable en PDF) l’association des directeurs de Maisons Départementales des Personnes Handicapées exprime ses craintes « face à l’absence de réponses et de décisions quant aux décisions à prendre et aux moyens nécessaires pour une rentrée scolaire réussie pour les enfants en situation de handicap. » Elle relève « un renvoi de responsabilités entre partenaires et [une] mise en péril de la scolarisation de certains enfants » ainsi que la difficulté de l’Éducation nationale à la mettre en oeuvre : absence de personnels participant aux travaux des MDPH, lacunes d’accessibilité des établissements, manque de matériels et contenus pédagogiques adaptés, etc. Elle livre un véritable réquisitoire contre le désengagement de l’administration de l’Éducation nationale, les Pôles inclusifs d’accompagnement localisés (PIAL), le statut et la situation professionnelle des Accompagnants de l’Enfant en Situation de Handicap (AESH), la déshérence des orientations. Les directeurs de MDPH concluent leur lettre ouverte en constatant qu’il « existe à peu près autant de départements que de configurations de coopération : l’harmonisation des pratiques et du cadre des échanges sont fondamentales pour organiser les rentrées et trouver des solutions pour les enfants qui n’en n’ont pas. »

Dimanche 15 mai – Sports/Surdité – 8e aux Deaflympics.

L’équipe de France se classe au 8e rang de la centaine de pays participants aux 24e Deaflympics, jeux olympiques des Sourds qui se se sont déroulés pendant deux semaines à Caxias do Sul (Brésil). Les Français ont concouru dans 10 sports sur les 21 en compétition, remportant 16 médailles dont la moitié en or pour Pamera Losange (100m et 200m) et Marie Rivereau (saut à la perche) en athlétisme, Steeve Touboul (sprint et course sur route) et Théo Moreau (contre-la-montre) en cyclisme, Amadou Meite en judo plus de 100kg, Vincent Novelli et Mikael Laurent en tennis double homme. Steeve Touboul en cyclisme course aux points et Paul Servières sur route obtiennent des médailles d’argent, de même que l’équipe de football. Enfin, Paul Servières remporte le bronze en cyclisme (sprint), de même que Margaux Brejo en golf, et en judo Arthur Repiquet (moins de 100kg), Raphaël Ourednik (moins de 81kg) et Camille Brasse, Amadou Meite, Arthur Repiquet, Raphaël Ourednik (par équipe). Ces Deaflympics ont été dominés par l’Ukraine avec 138 médailles dont 62 d’or, loin devant les USA (55 médailles) et l’Irlande. Le pays organisateur se classe au 44e rang, avec 6 médailles de bronze.

Dimanche 15 mai – L’humeur d’Agnès.

Peintre et dessinatrice sourde, Agnès Fédrizzi réagit à l’actualité du moment et hume l’air du temps…

A Trouville-sur-Mer
A Trouville-sur-Mer
Face à la symphonie des couleurs bleues et jaune que nous offrent la mer, le ciel et la plage, difficile de ne pas penser à nos voisins ukrainiens !

Samedi 14 mai – Les initiatives de la semaine.

Collage
  • Une quinquagénaire paraplégique de Saint-Florent-le-Vieil (Maine-et-Loire) réalise des collages vendus en solidarité avec la population ukrainienne.
  • Le Football Club de Sarreguemines (Moselle) organise l’intégration progressive de jeunes d’IME et ESAT.
  • Le département de l’Aude rejoint la plate-forme de suivi des demandes d’hébergement en établissements médico-sociaux ou services ou de services à domicile créée par Rhône-Alpes sous l’égide de la CNSA.
  • Le 5e risque Autonomie de protection sociale entre officiellement en vigueur au moyen d’un décret applicable à compter du 14 mai.

Vendredi 13 mai – Éducation – La spécialisée en panne.

Une école des années 1950

La Commission de l’éducation du Sénat déplore l’absence de publication des décrets relatifs « au renforcement de la coopération entre les services sociaux et les établissements scolaires pour la scolarisation des élèves en situation de handicap, et à la mise en place d’un dispositif intégrant les établissements scolaires et les services médico-sociaux pour accompagner les élèves présentant des difficultés psychologiques. Nous aurons sans doute l’opportunité d’interroger prochainement le ministre de l’Éducation nationale sur le sort réservé à ces mesures dont la publication est désormais attendue depuis près de trois ans. » L’article 30 de cette loi instaure en effet un conventionnement afin, d’une part, « d’assurer la continuité du parcours de scolarisation des élèves en situation de handicap qu’ils accompagnent et de déterminer les conditions permettant l’intervention dans les établissements », et d’autre part apporter « leur expertise et leur appui à l’accompagnement par l’équipe éducative des élèves en situation de handicap scolarisés. » Créée par la loi du 11 février 2005, cette coopération a maintes fois été évoquée par les ministres successifs et de multiples groupes de travail ou rapports, sans jamais déboucher sur une mise en oeuvre structurée et organisée. Lire cet article.

Vendredi 13 mai – Les ratés de la compensation.

Lucie Carrasco
  • Bien qu’ayant réservé un billet en fonction de son handicap moteur, la styliste Lucie Carrasco est débarquée d’un vol de la Turkish Airlines dénonce-t-elle.
  • Lancé en 2019, l’habitat inclusif ne concerne actuellement que 124 personnes handicapées sur les 494 bénéficiaires inclus dans 29 projets financés.
  • Les élèves handicapés moteurs du collège Isaac-de-Razilly, à Saint-Jean-de-Sauves (Vienne), auront-ils en septembre l’ascenseur promis depuis 7 ans ?
  • A la Réunion, un conducteur irascible qui a tabassé en juillet dernier un conducteur handicapé âgé suite à un refus de priorité perd son permis pendant… 4 mois.
  • Des AESH des Landes déposent à la Direction des services départementaux de l’Éducation nationale une pétition demandant de meilleures conditions d’emploi et de salaire.
  • Administration, municipalité et diocèse de Cannes (Alpes-Maritimes) se renvoient une enfant handicapée motrice privée d’accompagnement périscolaire et à la cantine parce qu’elle est en école privée catholique.
  • Comme d’habitude, la direction d’un aéroport (Nice cette fois) renvoie sur une passagère handicapée sexagénaire la lenteur et la minutie d’un contrôle de sécurité qui lui a fait rater l’avion.

Jeudi 12 mai – Loisirs – Pataquès à Hyères.

Plage de la Vignette

Concessionnaire de l’accès adapté à la baignade des personnes handicapées de l’hôpital Renée Sabran d’Hyères (Var), un gros centre de rééducation fonctionnelle propriété des Hospices Civils de Lyon (HCL), l’association Un fauteuil à la mer dénonce son éviction. La direction des HCL va publier ce mois-ci un appel d’offres à concurrence pour confier la gestion de cette « handiplage » de la Vignette à un autre concessionnaire, Un fauteuil à la mer étant informée depuis novembre de la non-reconduction de sa convention. HCL met en effet en concurrence tous ses « marchés », ce qui avait conduit à une rébellion des patients en janvier 2012 quand on leur a demandé plus de 130€ par mois pour accéder à la télévision, téléphone et Internet. L’association Un fauteuil à la mer, qui emploie un permanent et six saisonniers, tente de mobiliser opinion et décideurs pour conserver une activité transformée, au fil du temps, en mini station balnéaire adaptée avec plongée sous-marine, voile, jet-ski, etc. Par le passé, la direction de l’hôpital Renée Sabran avait tenté de réserver cette plage aménagée, créée en 2001 par l’un de ses médecins, le docteur Pierre Caron, à l’utilisation exclusive à ses patients, mais une campagne de mobilisation d’Un fauteuil à la mer l’avait empêché d’y parvenir. A la différence des plages adaptées du domaine public généralement gérées par des personnels municipaux, celle de Renée Sabran est située sur un domaine privé. Hyères et sa presqu’île de Giens disposent de multiples plages adaptées avec équipements de mise à l’eau de juin à septembre.

Mercredi 11 mai – Numérique – Inclusion excluante, avis d’expert.

On a demandé à un expert de l’accessibilité numérique, qui tient à rester anonyme pour des raisons que l’on devine, de commenter la politique de conception de nouveaux services numériques de l’État non conformes à l’obligation légale d’accessibilité (lire ci-dessous au 9 mai). « Pour toute personne ayant eu à travailler ne serait-ce qu’une fois sur un site web avec un engagement d’accessibilité numérique, il est une évidence qu’il est plus facile et moins coûteux (en temps, énergie, argent) de concevoir un site de façon accessible dès le départ que de le rendre accessible a posteriori. » Au sujet de la Plateforme de l’inclusion, cet expert qui a travaillé pour les services de l’Etat relève « des problèmes flagrants détectables automatiquement comme des identifiants dupliqués, des champs de formulaire sans libellé, etc. Quand on lit que « la priorité est de tester l’usage » lorsque l’accessibilité est questionnée, ça signifie que celle-ci n’est pas la priorité. On comprend donc mal l’usage qui est testé. L’usage par les personnes handicapées n’est-il pas pertinent pour concevoir les services publics ? » Il estime cette pratique discriminante et rappelle « le temps qu’il faut à certains organismes pour corriger ensuite (parfois plusieurs années). Le fait de choisir sciemment de ne pas concevoir des sites web de façon accessibles dès le départ, alors qu’on est, en plus, sous l’autorité la DINUM, organisme éditeur du RGAA (Référentiel Général d’Amélioration de l’Accessibilité), ne serait-il pas le reflet d’un manque de volonté de l’État à respecter la loi de 2005 ? Par ailleurs, que des sites sur le sujet de l’inclusion ne soient même pas conçus de façon accessible dès le départ est d’autant plus révoltant. Et, concrètement, cette plateforme dite « de l’inclusion » est-elle vraiment pour les personnes handicapées aussi, ou est-ce de l’inclusion ne les incluant pas ? »

Mardi 10 mai – Politique – Sophie Cluzel abandonne.

Sophie Cluzel et des personnalités sur le perron de la préfecture de Haute-Savoie, à Annecy, le 1er octobre 2021

La secrétaire d’État aux Personnes handicapées, Sophie Cluzel, ne sera finalement pas candidate aux élections législatives des 12 et 19 juin, alors qu’elle était encore annoncée le 28 avril dans la 2e circonscription de Haute-Savoie. Dans le Dauphiné Libéré, elle justifie sa décision par « des raisons familiales. J’ai besoin de rester sur Paris pour ma fille [NDLR : Julia, âgée de 26 ans et porteuse de trisomie 21], je ne peux pas m’éloigner trop. Une mandature dans laquelle je ne pouvais pas m’impliquer à 100%, ce n’était pas du tout ma façon de voir les choses. » Déclaration curieuse parce que l’Assemblée Nationale siège à Paris et que la plupart des députés réellement actifs ne vont dans leur circonscription essentiellement que le week-end. D’autre part, Sophie Cluzel déclarait le 2 décembre dernier dans Closer que sa fille « travaille et vit en colocation. Mais surtout, comme tous les jeunes adultes, elle vit sa vie et ne donne pas assez de nouvelles à sa maman… » Si la ministre affirme qu’elle avait « décidé de ne pas y aller, en accord avec le président de la République », on s’interroge sur son courage politique alors qu’elle avait effectué ces dernières années de nombreux déplacements officiels à Annecy en mobilisant des moyens de l’État, comme d’autres politiciens-ministres qui cherchent à s’implanter sur un territoire pour s’y faire élire. Après son renoncement aux élections régionales 2021 (lire l’actualité du 13 mai 2021), c’est la seconde fois en un an que Madame Cluzel renonce à se présenter devant les électeurs.

Lundi 9 mai – Numérique – Plateforme de l’inclusion excluante.

Page d'accueil de La plateforme de l'inclusion

Lancée récemment et gérée par un Groupement d’Intérêt Public, la Plateforme de l’inclusion… exclut de fait des usagers handicapés. Issue du programme gouvernemental beta.gouv, elle n’est pas conforme à l’accessibilité numérique, ce que justifie la Direction interministérielle du numérique de l’État (DINUM). « L’accessibilité des services numériques est un des standards de qualité fixé par le programme beta.gouv et à ce titre, un objectif pour tous les services numériques qui bénéficient du programme. » Rappelons que cette accessibilité aux usagers handicapés est une obligation légale dont le manquement est théoriquement sanctionné par une amende, et pas seulement un objectif à atteindre. « Le programme beta.gouv comporte 4 phases, poursuit la DINUM, investigation, construction, accélération puis consolidation […] Dès leur entrée au programme, les nouveaux services numériques sont accompagnés par l’équipe BETA dans l’adoption des bonnes pratiques d’accessibilité. C’est donc pendant les deux dernières phases, où les services numériques du programme deviennent matures, que les services lancent des chantiers de conformité, dont des audits formels d’accessibilité. » Les nouveaux services numériques de l’État ne sont donc pas élaborés et réalisés accessibles, leur accessibilité est réalisée après leur lancement auprès du public. « Concernant la Plateforme de l’inclusion [non conforme], ajoute la DINUM, l’équipe a déjà réalisé un audit d’accessibilité en décembre 2021 pour Les emplois de l’inclusion (voir la déclaration d’accessibilité) et travaille actuellement à la prise en compte des conclusions de l’audit pour améliorer le score de la plateforme. Quant aux autres services liés à la Plateforme de l’inclusion, les audits d’accessibilité seront planifiés en fonction de la maturité de chaque sous-produit. » Cette manière de travailler explique pourquoi aucun des sites web et plateformes numériques produit par le programme d’État beta.gouv est conforme à l’accessibilité numérique, une minorité l’étant partiellement à moins de 75% et une grande majorité non conforme.

Dimanche 8 mai – L’humeur d’Agnès.

Peintre et dessinatrice sourde, Agnès Fédrizzi réagit à l’actualité du moment et hume l’air du temps…

Deauville, les planches
« L’arbre tordu vit sa vie, l’arbre droit finit en planches » (proverbe chinois).
Et en plus, il se fait piétiner sans vergogne par le tourisme de masse !

Samedi 7 mai – Les initiatives de la semaine.

  • Des collégiens et jeunes d’un IME de Fontenay-le-Comte (Vendée) vont se produire en public les 9 et 10 mai dans une comédie musicale.
  • L’Ensemble Vedado, groupe de musique baroque, se produira dans des établissements pour personnes âgées ou handicapées en prélude aux Saisons baroques du Jura.
  • L’exploitant des transports urbains de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais), Marineo, lance dans ses autobus une campagne d’information sur les usagers handicapés.
  • Des centres d’animation de Nice (Alpes-Maritimes) se rendent inclusifs en adaptant leurs prestations.
  • L’école de cirque adapté Par Haz’Art a organisé à Toulouse (Haute-Garonne) un stage d’initiation mêlant enfants et jeunes handicapés ou valides.
  • La commune de Ciboure (Pyrénées-Atlantiques) offre des séances de sophrologie et relaxation pour les aidants familiaux et les personnes handicapées ou âgées aidées.
  • A Cahors (Lot), le musée Henri Martin rénové élabore un projet de visite adaptée aux personnes déficientes visuelles.
  • Le Conseil d’État publie en Facile A Lire et Comprendre trois nouvelles brochures sur les juridictions administratives et leurs audiences.

Vendredi 6 mai – Les ratés de la compensation.

Nouveau Théâtre du 8e
  • L’équipe artistique du Nouveau Théâtre du 8e, à Lyon, est évincée par les collectivités locales sans que l’on sache si les actions théâtrales en Langue des Signes Française seront poursuivies par le prochain gestionnaire.
  • A Châtellerault, la MDPH de la Vienne refusant l’accompagnement de jumeaux autistes ils ne sont scolarisés que le matin, contraignant leur mère à saisir la justice parce que ne pouvant plus travailler, elle survit à la limite de la misère.
  • Piètre accès au littoral et aux plages du pays bigouden (Finistère), déplorent trois usagers handicapés moteurs.
  • Un quinquagénaire handicapé moteur est menacé de mort avec arme, à Grenoble (Isère) par un voisin qui voulait… son paquet de cigarettes.
  • Les familles de personnes handicapées placées dans des établissements des Genets d’or du Finistère sont incitées à les récupérer et les garder, faute de personnels pour s’en occuper.
  • La Cour d’Assises d’appel de l’Aisne condamne à 18 ans de réclusion criminelle le meurtrier sourd de son ex-amante sourde au terme d’un procès difficile à tenir parce que tous les protagonistes sont également sourds.
  • Un marocain myopathe tétraplégique venu en France pour être soigné et vivre dignement est menacé d’expulsion par la préfecture de Gironde.
  • Procès en correctionnelle à Lyon (Rhône) d’un chef d’entreprise pressé qui a fauché en trottinette électrique une dame de 96 ans rendue ainsi tétraplégique.
Catherine Meimon Nisenbaum, avocate à la Cour, spécialisée dans l'indemnisation du préjudice corporel, cliquez pour découvrir son travail...

Jeudi 5 mai – Sports/Société – Il y a 30 ans, Furiani.

Aujourd’hui marque le 30e anniversaire de l’effondrement de l’échafaudage assemblé pour construire une tribune provisoire pour 10.000 spectateurs au stade de Bastia Furiani en Corse. Les sauveteurs avaient retiré de l’amas de ferrailles enchevêtrées 19 morts et plus de 2.300 blessés dont plusieurs dizaines mutilés et handicapés à vie. A l’époque, l’île ne disposait pas de centre de rééducation fonctionnelle et les victimes ont dû être réhabilitées sur le continent. Les présidents des clubs de football de Bastia et de Marseille, qui devaient s’affronter ce soir-là, n’ont pas été inquiétés par la justice alors que des faux documents avaient permis de jouer le match dans des conditions potentiellement dangereuses. Le président du Sporting Étoile Club de Bastia a été assassiné peu avant le procès correctionnel sans qu’un lien soit établi avec la catastrophe de Furiani.

Mardi 3 mai – Santé/Société – Marthe Gautier est décédée.

Marthe Gautier

Découvreuse de la cause de la trisomie 21, la scientifique et médecin Marthe Gautier est décédée le 30 avril à l’âge de 96 ans. Elle avait étudié la médecine sur les conseils de sa soeur aînée, travaillant dès 1955 dans un laboratoire américain de culture cellulaire, connaissances qui lui permettront à son retour en France d’oeuvrer en recherche génétique. A la suite de l’annonce du dénombrement des chromosomes humains, Marthe Gautier se lance dans la recherche d’anomalies pouvant identifier la cause du « mongolisme », terme désignant alors la trisomie 21, jusqu’à l’identification de la mutation de ce gène. Pour accéder à un microscope perfectionné équipé d’un appareil photographique, elle remet ses préparations au docteur Jérôme Lejeune qui s’attribuera de facto la découverte du gène supplémentaire sur le 21e chromosome, conduisant à la dénomination de trisomie 21 dès 1960 après la publication scientifique des travaux de recherche ; le premier signataire était Jérôme Lejeune, suivi du nom de Marthe Gautier dont le travail a ainsi été littéralement effacé au profit d’un homme qui, par la suite, a développé une idéologie réactionnaire, laquelle survit toujours dans un Institut et une Fondation luttant contre l’interruption de grossesse et le droit des femmes à disposer de leur corps. Marthe Gautier avait résumé son parcours et sa découverte dans un article publié en 2009 par le mensuel La Recherche, qu’il faut lire pour réhabiliter sa mémoire.

Lundi 2 mai – Emploi – Bilan cluzèlement positif.

Taux d'activité de la population active en 2021 (source INSEE)

La secrétaire d’État aux personnes handicapées, Sophie Cluzel, dresse par voix de communiqué un bilan d’autosatisfaction de l’emploi des travailleurs handicapés : « Le nombre de demandeurs d’emploi en catégorie ABC est passé en dessous du seuil des 500.000 pour la première fois en novembre 2019. Malgré le 1er confinement COVID 19, le nombre de demandeurs d’emploi n’a pas cessé de diminuer avec à fin mars 2022, 467.530 personnes inscrites à Pole emploi contre 517.250 avant crise en mars 2018, soit une baisse de 9,6% en quatre ans. » Elle passe toutefois sous silence la baisse de 2 points en 2021 du taux d’activité des personnes handicapées, et d’1 point des bénéficiaires de l’obligation d’emploi quels que soient la taille et le statut, public ou privé, de l’employeur. Elle ignore également la forte aggravation du chômage de longue durée des travailleurs handicapés, qui a progressé de 5 points en 2021 : « 60% des [demandeurs d’emploi bénéficiaires de l’obligation d’emploi] sont au chômage depuis plus d’un an contre 49% pour l’ensemble des publics, relève l’Agefiph dans son tableau de bord pour 2021. Près de 200.000 BOE sont en chômage de très longue durée (ancienneté d’inscription supérieure ou égale à 2 ans), soit une augmentation de 2,5% en un an. L’ancienneté moyenne d’inscription au chômage continue d’augmenter : elle est de 913 jours pour les BOE à fin 2021 contre 695 jours pour l’ensemble des publics. » Mais la ministre préfère retenir la baisse de 15,8% en quatre ans du nombre de demandeurs d’emploi en catégorie A, 341.550 fin mars 2022 contre 405.580 en mars 2018 : « Cette dynamique positive se retrouve également dans les chiffres de l’apprentissage : entre 2019 et 2021, le nombre d’apprentis en situation de handicap a bondi de 79% passant de 4.562 à 8.159 apprentis, grâce aux mesures développées pour inciter et sécuriser les parcours en apprentissage pour les personnes en situation de handicap. » Elle se satisfait également de 29.000 recrutements assortis pour l’employer avec la prime maximale de 4.000€ ouverte grâce au plan de relance, oubliant de préciser que le Gouvernement a étendu plusieurs fois le délai pour la demander.

Dimanche 1er mai – L’humeur d’Agnès.

Peintre et dessinatrice sourde, Agnès Fédrizzi réagit à l’actualité du moment et hume l’air du temps…

Ce premier mai depuis ma villégiature !!!
Ce premier mai depuis ma villégiature !!!
Deauville-Trouville : un petit brin de bonheur iodé !
Partagez !