Vendredi 15 octobre – Santé/Emploi – Pas de crise des masques.

Fabrication de masques dans une Entreprise Adaptée de Pau ©Jérôme Deya

Alors que les fabricants français de masques chirurgicaux dénoncent des achats massifs en Chine qui les mettent en péril, la fabrication de masques inclusifs se poursuit. « A ce jour nous avons vendu environ 3 millions de masques transparents, constate William Bastel, responsable marketing du réseau Entreprises d’APF France Handicap. En 2020, APF Entreprises a fabriqué et livré (en 4 commandes) à l’Éducation Nationale mi-octobre, 410.000 masques transparents. En juin 2021, nous avons livré à France Sécurité, qui est un fournisseur d’équipements individuels de protection référencé au catalogue de l’Union des groupements d’achats publics deux commandes pour un total de 355.000 masques. Ce dernier fournit l’Éducation Nationale. Le 11 octobre dernier, France Sécurité nous a passé trois commandes de 180.000 masques transparents (pour un total de 540.000 masques). » A ces commandes importantes s’ajoutent une multitude de collectivités locales, établissements publics ou privés, et des entreprises de toutes tailles. Une dizaine d’entreprises adaptées de l’activité Mode éthique fabriquent les masques, ce qui représente un peu plus de 170 travailleurs handicapés. « L’activité diminue sensiblement en comparaison des derniers mois, conclut William Bastel. Cependant les salariés de la filière sont affectés à d’autres projets en lien avec la couture et la fabrication textile. Il n’y a pas de baisse d’effectifs. » Et donc pas de perte d’emploi.

Vendredi 15 octobre – Les ratés de la compensation.

  • L’entreprise de carrosserie, déjà condamnée pénalement en 2017, dans laquelle un ouvrier est devenu paraplégique en août 2018 est condamnée par le tribunal judiciaire de Coutances (Manche) à 5.000€ d’amende et 800€ de frais de justice à payer à la victime.
  • Le baromètre 2021 des proches aidants publié par l’Unafam montre une dégradation de la situation d’un tiers des personnes malades, un fort sentiment de stigmatisation des troubles mentaux et de délaissement des aidants.

Jeudi 14 octobre – Sports – La FFF enquête.

Places fauteuil dans un stade. © UEFA

La puissante Fédération Française de Football demande leur avis aux supporters handicapés de clubs de football sur l’accessibilité dans les stades. Un sondage en ligne leur permet jusqu’au 14 novembre, ainsi que leurs accompagnants, d’exprimer leurs besoins d’accessibilité et souhaits en matière de contacts à distance (plateformes et sites web) et sur place, de participation aux matchs, aux événements des clubs, accueil, facilités, obstacles, nuisances, discrimination, sécurité, etc. Les supporters peuvent répondre directement au questionnaire en ligne, assez long et mal lisible, ou par courrier électronique en renvoyant une version Word en facile à lire. Cette enquête concerne également quelques pays européens et sera suivie d’une autre l’an prochain « afin de mesurer l’impact de la stratégie et la collaboration étroite entre les fédérations, les ligues et leurs associations de supporters en situation de handicap. Elle permettra de comparer les situations et d’évaluer les améliorations. Ce projet Erasmus+ servira de pilote et favorisera la mise en place d’un plan d’actions et d’une palette d’outils de soutien pour les autres associations nationales, les ligues et les groupes de supporters en situation de handicap dans toute l’Europe et au-delà, afin d’appliquer des mesures similaires dans leurs pays. »

Mercredi 13 octobre – Culture/Handicap Visuel – Lauréats Accessibil’histoire.

Les membres du jury d'Accessibil'histoire

La fondation Lucie Care annonce le résultat de son appel à projets Accessibil’histoire doté de 50.000€ (lire Les initiatives du 15 mai 2021) pour soutenir la littérature jeunesse adaptée à la déficience visuelle. Le jury attribue 7 prix dont un Coup de coeur à « Manga en relief » porté par l’association L’Image au Bout des Doigts (LIBD). Les six lauréats sont l’éditeur Les Doigts Qui Rêvent pour la création des albums jeunesse tact’illustrés (Scritch Scratch dip clapote déjà paru, Où es-tu Spot mon petit chien et Le chevalier qui cherchait ses chaussettes), l’édition des sagas Disney en braille avec illustrations en relief du Centre de Transcription et d’Édition en Braille (CTEB), la création d’un livre jeunesse à partir de 4 ans (La sorcière Fripouille) « illustré et mis en voix par des apprenants en situation de handicap pour des enfants déficients visuels » par Creative Handicap, l’adaptation par Voir Ensemble/SAFEP de l’Allier de 12 livres de l’École des loisirs accompagnés d’une valise d’éléments sensoriels afin de proposer aux enfants un voyage à travers ce département, l’adaptation sensorielle d’un conte scientifique naturaliste « La forêt merveilleuse » par Les petits débrouillards du Gard (mouvement associatif d’éducation populaire à la culture scientifique et technique). Une vingtaine de projets a été présentée dans le cadre de cet « appel à projets visant à faciliter l’accès des jeunes déficients visuels à la littérature jeunesse, grâce aux livres adaptés (audios, tactiles, braille et gros caractères). » Les prix seront remis lors du Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil, début décembre.

Mardi 12 octobre – Allocations – Le Sénat rétablit la déconjugalisation.

Hémicycle du Sénat

C’est à la quasi-unanimité des sénateurs que la proposition de loi supprimant la prise en compte des revenus du conjoint et assimilé dans le calcul de l’Allocation Adulte Handicapé (AAH) a été adoptée. Sur les 343 votants, seuls les 23 du groupe pro-gouvernemental du Rassemblement des démocrates, progressistes et indépendants s’y sont opposés. Le texte ayant été examiné deux fois par chaque chambre, il appartient maintenant au Premier ministre de décider la suite du parcours législatif : poursuite de la navette parlementaire avec une 3e lecture à l’Assemblée Nationale, le groupe communiste ayant annoncé le 7 octobre qu’il inscrirait le texte dans sa niche parlementaire, ou convocation d’une Commission Mixte Paritaire chargée de trouver un accord sur un texte commun. S’il est d’usage de convoquer rapidement cette CMP, le Gouvernement n’est tenu ni par un délai ni d’en déposer les conclusions devant les deux chambres pour leur adoption définitive. Dans les annales Dalloz, on relève son refus en 1992 de déposer les conclusions de la CMP sur le projet de loi de responsabilité du fait des produits défectueux, et les services de l’Assemblée Nationale ajoutent le projet de loi relatif à l’Agence du médicament et à la maîtrise négociée des dépenses de médicaments remboursables, en 1991. « Il y a eu plus d’une cinquantaine de compromis de CMP rejetés depuis le début de la Ve République, selon les données fournies par l’Assemblée nationale, précise Dalloz. Mais ces rejets sont devenus rares depuis les années 1990. Outre Hadopi en 2009, le seul texte dont les conclusions furent rejetées depuis 1993 fut une proposition de loi sur la protection de l’identité (2012) ». C’est donc le Premier ministre, qui assure la tutelle du secrétariat d’État aux personnes handicapées, qui décidera de l’avenir parlementaire de la proposition de loi sur la déconjugalisation.

Lundi 11 octobre – Ça nous avait échappé.

Dessin de Thibault Soulcié Tokyo a passé le flambeau des jeux paralympiques à Paris

Le 7 septembre dernier, Thibault Soulcié a publié dans L’Équipe un étonnant dessin : sous le titre « Tokyo a passé le flambeau des jeux paralympiques à Paris » on voit un gars chauve en fauteuil roulant de sport au sommet d’un escalier conduisant sur un quai de métro. Sauf que l’humoriste a poussé le bouchon un peu trop loin en ajoutant sur la paroi le panneau de station « Olympiades » de la ligne 14 du métro parisien. La seule qui soit entièrement accessible aux clients en fauteuil roulant ! Certes, une ligne accessible sur 14, c’est bien peu, et 294 stations inaccessibles sur 303 c’est beaucoup. Mais il est quand même étonnant que personne à la rédaction de L’Équipe n’ait remarqué cette incohérence, bien regrettable alors que ce dessin d’humour a été repris par plusieurs internautes.

Samedi 9 octobre – Les initiatives de la semaine.

  • Sous la pression médiatique (lire Les ratés du 3 septembre), le footballeur de l’équipe de France Odsonne Édouard a finalement versé à l’homme qu’il a rendu partiellement sourd les dommages et intérêts auxquels il a été condamné.
  • La MDPH de la Marne lance un site portail permettant de déposer un dossier ne ligne, recensant les structures d’aide, de prendre rendez-vous et de localiser les points d’accueil départementaux.
  • Extension du service de transport adapté gratuit de l’ancienne commune de Saint-Macaire au territoire de celle de Sèvremoine (Loire-Atlantique).
  • Le Conseil Départemental décide de créer une aide à l’équipement et à l’adaptation des logements, ainsi qu’un pole Art et handicap pour renforcer les relations entre structures culturelles et établissements médico-sociaux.
  • Des collégiens de Douvres-la-Délivrande (Calvados) découvrent en l’expérimentant le handicap d’une de leurs camarades.
  • Une auto-école disposant d’une voiture adaptée ouvre à Chars (Val d’Oise).
  • Fondateur en 2000 de La Mutuelle des Étudiants, le militant mutualiste aveugle Eric Chenut est élu à la présidence de la Mutualité française.
  • Le Parlement Européen adopte une résolution proposant notamment la création d’une carte européenne d’invalidité afin d’harmoniser les procédures d’aide et d’assistance.

Vendredi 8 octobre – Vie Autonome – Le CCNE et l’assistance sexuelle.

Le Comité Consultatif National d’Éthique vient de publier sa réponse à la saisine en février 2020 par Sophie Cluzel, secrétaire d’État aux personnes handicapées, sur la question de la vie affective et de l’assistance sexuelle aux personnes handicapées. S’il se prononce en faveur d’un « accompagnement aux gestes du corps et de l’intimité » dans le cadre législatif actuel, in se garde d’approuver ou rejeter l’assistance sexuelle : « S’agissant des personnes en situation de handicap empêchées physiquement d’accéder à des relations sexuelles, la recherche d’une solution à leur égard (possiblement de type expérimental), de nature à permettre un droit effectif d’accès à une vie sexuelle ne soulève pas de questions éthiques, mais nécessiterait de modifier le cadre légal relatif à la prostitution et donc de s’affranchir des principes éthiques qui s’y réfèrent […] Cette décision est éminemment politique et législative. » Le CCNE renvoie donc au pouvoir politique la responsabilité d’autoriser l’assistance sexuelle en légiférant. Les autres propositions du Comité relèvent de dispositifs déjà connus ou expérimentés en établissements médico-sociaux ou dans la vie à domicile. Curieusement, sa réponse a été adressée au secrétariat d’État aux personnes handicapées le 13 juillet dernier, sans réaction de sa part, et n’a été publiée que ce mercredi.

Vendredi 8 octobre – Politique – Propagande préélectorale ?

Invitation à la présentation de la campagne nationale de sensibilisation au handicap

Des informations commencent à filtrer sur la « grande campagne nationale de sensibilisation au handicap » que va présenter mercredi prochain la secrétaire d’État aux personnes handicapées, Sophie Cluzel, lors d’un cocktail parisien. 3,5 millions d’euros seront consommés pour réaliser et diffuser à la télévision jusqu’à la fin de l’année trois spots réalisés par le cinéaste Yvan Attal (qui n’a pas de lien de parenté avec le secrétaire d’État Gabriel Attal) avec comme slogan « Avant de voir le handicap, regardons nos points communs ». Pour inonder la presse écrite, la photographe Sylvie Lancrenon a été mobilisée ; amputée fémorale il y a 44 ans, elle a caché son handicap jusqu’en mai dernier où elle l’a révélé dans Paris Match. On saura dans quelques jours si cette campagne de sensibilisation constituera un outil de propagande de l’action gouvernementale à quelques mois des élections présidentielle et législatives, plutôt que la simple réponse à une demande de l’Organisation des Nations-Unies.

Vendredi 8 octobre – Les ratés de la compensation.

  • En s’installant au sommet d’une grue à Toulouse, un père obtient dans l’heure la place en établissement médico-social qu’il demandait dans le Gers pour son fils depuis 4 ans.
  • Lancé le 1er octobre, le numéro national 3114 de prévention du suicide ne sera accessible aux personnes handicapées que plus tard.
  • Une année de lutte et de multiples certificats médicaux auront été nécessaires à un quinquagénaire creusois pour qu’il retrouve le bénéfice de l’Allocation Adulte Handicapé (AAH).
  • Deux psychiatres dénoncent les errements gouvernementaux par l’instauration d’une tarification à l’activité pour rentabiliser les soins, détruire les collectifs de travail, le recours à des plateformes vides et l’accentuation de l’isolement des malades.
  • Manifestation à Champhol (Eure-et-Loir) de salariés du médico-social exclus de la revalorisation du Ségur de la santé, parmi les 500 concernés dans le département.
  • Un escroc sexagénaire récidiviste des Côtes d’Armor reprend trois ans de prison pour avoir vendu du mauvais vin pour des grands crus à des personnes âgées ou handicapées qu’il ciblait en exploitant leur faiblesse.
  • Réponse politicienne et cherchant l’incident de séance de la secrétaire d’État aux personnes handicapées, Sophie Cluzel, en répondant à la question d’une sénatrice socialiste sur le refus gouvernemental de déconjugaliser l’AAH.
  • 125 postes vacants, des services fermés et 150 usagers renvoyés vers leur famille dans des établissements médico-sociaux de l’Adapei de Haute-Savoie et pas de candidats du fait de la concurrence exacerbée accrue dans ce département subissant l’exil salarié vers la Suisse.
  • Grèves et manifestations nationales pour le pouvoir d’achat et l’augmentation des salaires, notamment dans le médico-social.
  • Un homme handicapé moteur dépendant des Sables d’Olonne (Vendée) doit dormir sur son fauteuil roulant faute de personnels qualifiés d’aide humaine.
  • Un Sarthois handicapé dépendant compte sur une cagnotte pour agrandir la maison familiale et pouvoir enfin disposer d’une salle de bains lui permettant de prendre une douche.
  • La crise du Covid-19 fait reculer de 20 ans l’accessibilité des établissements publics, des commerces et professions libérales, estime un niçois militant.

Vendredi 8 octobre – Les ratés de la scolarisation.

  • Cinq collégiens de Moncoutant (Deux-Sèvres) sont privés d’AESH alors que la MDPH leur a attribué ce droit.
  • Six collégiens orientés en ULIS sont contraints d’intégrer une 6e « normale » à Bagnols-sur-Cèze (Gard), l’Éducation Nationale refusant de créer cette unité spécialisée cette année et l’an prochain.

Jeudi 7 octobre – Allocations – Loi Pradié à l’Assemblée.

Aurélien Pradié

La proposition de loi défendue par le député Les Républicains du Lot, Aurélien Pradié, comportant plusieurs dispositions d’extension et amélioration de la Prestation de Compensation du Handicap ainsi que la déconjugalisation de l’Allocation Adulte Handicapé (AAH) a été rejetée par la majorité gouvernementale. Tous les articles ont été supprimés lors d’un débat marqués par les arguments fallacieux et la mauvaise foi de la secrétaire d’État aux personnes handicapées, Sophie Cluzel. Concernant l’AAH, elle a prétendu que sa proposition introduite en juin dans une autre proposition de loi est davantage redistributive : remplacer l’abattement proportionnel sur les revenus du couple et assimilé par un montant forfaitaire de 5.000€ majoré de 1.100€ par enfant à charge permettant à 120.000 foyers de percevoir en moyenne 120€ de plus, pour une dépense supplémentaire du budget de l’État de 185 millions d’euros. Or, la réduction progressive du plafond des revenus a généré depuis sa mise en place 456 millions d’euros d’économies (12 millions en 2018, 157 en 2019 et 287 millions l’an dernier. Si l’abattement Cluzel s’applique à partir de 2022, les couples en seront encore d’une centaine de millions puisés chaque année dans leur poche. L’examen en commission de la proposition Pradié n’avait duré cinq minutes, la secrétaire d’État aux personnes handicapées refusant alors d’être auditionnée. Face à ce mépris gouvernemental, le député communiste Stéphane Peu a annoncé que son groupe porterait dans sa niche parlementaire une proposition de loi similaire qui devrait être adoptée par le Sénat le 12 octobre prochain ; ce texte avait été voté en première lecture par l’Assemblée Nationale le 13 février 2020, puis le Sénat l’avait modifié le 9 mars 2021 offrant ainsi à la majorité gouvernementale une chance de rattrapage le 17 juin dernier.

Jeudi 7 octobre – Culture/Cécité – Bachelot veut son portail.

Cent Titres, création de Clémentine Mélois ©Yanous.com

La ministre de la culture, Roselyne Bachelot, a proposé aux associations de personnes handicapées qu’elle a réunies de lancer une mission devant élaborer un rapport destiné à définir la création d’un portail numérique du livre adapté. Cette proposition a suscité dans l’heure la très vive protestation de la Fédération des Aveugles et Amblyopes de France. « Voilà des années que notre Fédération et les autres grandes associations du monde de la déficience visuelle se mobilisent autour de ce que nous considérons comme un droit fondamental, l’accès au livre, s’insurge sa présidente, Anne Renoud. Je rappelle qu’aujourd’hui, seulement 8 % des livres sur le marché sont accessibles aux personnes aveugles, moins encore si l’on s’intéresse au seul livre braille. C’est intolérable et comment peut-on encore parler d’inclusion quand des dizaines de milliers de personnes sont exclues de ce droit fondamental qu’est le droit au savoir. » Elle ajoute que la ministre de la Culture n’a pas répondu aux « nombreuses demandes d’audiences que nous lui avons adressées » et dénonce « son absence de réponse aux projets que nous lui avons soumis […] Un projet visant à permettre aux personnes aveugles et amblyopes de disposer du livre qu’elles souhaitent ou un besoin de lire, dans un délai raisonnable, (deux à trois semaines) dans le format de leur choix, (braille, numérique, sonore,) au prix du marché, a été déposé voici trois ans maintenant. Le financement : moins de 3 millions d’euros par an. » La Fédération conclut en qualifiant cette attitude « indigne d’une personne qui, en d’autres temps, fut Ministre des Solidarités. » La création d’une mission élaborant un rapport pour définir les contours d’une plate-forme numérique (ou d’un numéro vert) est un procédé systématique du Gouvernement pour retarder une action ou ne pas la réaliser.

Mercredi 6 octobre – Notre meilleure ennemie.

La secrétaire d’État aux personnes handicapées, Sophie Cluzel, se prend désormais pour une grande politicienne. Interviewée sur Sud Radio, elle a voulu régler son compte au député Les Républicains qui défend aujourd’hui une proposition de loi contenant notamment la déconjugalisation de l’Allocation Adulte Handicapé (AAH) : « J’ai pas attendu Aurélien Pradié pour agir sur le handicap […] Il faudrait qu’il connaisse un peu mieux les territoire et la façon dont ça fonctionne […] Quand ils étaient au Gouvernement ils auraient pu le faire si vraiment ils trouvaient que c’est important […] C’est de la politique politicienne. Il faut arrêter d’instrumentaliser le handicap à des fins politiques. » Ce qu’évidement Sophie Cluzel ne fait pas ici, elle ne fait pas de politique politicienne quand elle évoque la prochaine élection présidentielle : « Il y a des candidats qui manipulent des peurs […] Je pense que la France que propose Eric Zemmour est une France qui se ratiocine, qui se rabougri ». Et elle n’hésite pas à mentir sur la question des territoires démunis : « Nous renouons avec des services publics de proximité, que les gens ne se sentent pas abandonnés dans certains territoires. » Les habitants qui doivent faire des kilomètres pour se rendre dans un bureau de poste, une recette des impôts et autres services administratifs dont les fermetures se sont accélérés ces dernières années apprécieront.

Mercredi 6 octobre – Éducation/Droits – Données de santé non confidentielles.

Un arrêté précise « la liste des données traitées dans le traitement automatisé de données à caractère personnel dénommé « Livret de parcours inclusif » et les accès à ces données ». Ce livret individuel diffusée sous la forme d’une application numérique suivra chaque enfant et contiendra son identification personnelle (état-civil, famille, scolarité), état de santé, « documents médicaux, paramédicaux, bilans psychologiques », avis du médecin scolaire et soins en cours, aménagements en toutes matières. S’il réduit aux seuls médecins la consultation des données à caractère médical, elles seront également vues par les « sous-traitants en charge de l’hébergement et de la maintenance de l’application » ce qui constitue une entorse à leur confidentialité. Le Livret de parcours inclusif est créé par un décret du 29 septembre 2021.

Mardi 5 octobre – La perle de la semaine.

Tramway sur la place Masséna à Nice

Après avoir suivi dans ses déambulations en août dernier un représentant de l’APF France Handicap qui a dit tout le mal qu’il pensait de l’accessibilité dans la ville de Nice, preuves à l’appui, le journal Nice Presse rétablit l’équilibre en donnant la parole au conseiller municipal paraplégique Jacques Dejeandile, qui fut jusqu’en décembre 2019 journaliste pour France Télévisions. Au parcours du combattant dénoncé par Pierre G., Jacques D. réplique : « Je suis au regret de vous dire que sur le collinaire, il n’y a parfois rien à entreprendre ». Sauf que Pierre G. ne critiquait pas les rues pentues de certains quartiers, mais une inaccessibilité assez généralisé des cabinets médicaux, bars et restaurants sur laquelle Jacques D. n’exprime pas d’opinion bien qu’il siège depuis 13 ans au Conseil Municipal. Ni sur l’invraisemblable cheminement vers le Musée d’art moderne, déjà dénoncé par nombre de visiteurs et pas forcément handicapés. Jacques D. pousse le bouchon un peu loin quand il affirme « on a été la première ville de France à donner la gratuité de tous les emplacements de stationnement pour les personnes à mobilité réduite », alors que Paris à accordé cette gratuité dès 1986 sur toutes les places et pas uniquement réservées. Et il nous apprend que la ligne 2 du tramway, ouverte en juin 2018, a une accessibilité défaillante : « Le tram’ souterrain n’était pas assez accessible aux mal-voyants. Après une période d’expérimentation, nous avons installé des bornes pérennes actionnées avec les télécommandes que les concernés ont tous. Ils pourront être guidés dans tout le sous-sol. C’est fait pour Jean-Médecin, ce sera le cas dans les trois autres stations en 2022. » Soit 4 ans après.

Lundi 4 octobre – Justice/Discriminations – Prison indigne à Toulouse.

Une cellule de la prison surpeuplée de Seysses, avec un matelas au sol pour un troisième détenu

Le juge des référés du Tribunal Administratif de Toulouse (Haute-Garonne) enjoint le ministre de la justice « de procéder à une réfection et à une réorganisation des quatre cellules réservées aux personnes à mobilité réduite ». Cette injonction fait partie de la liste des vétustés et conditions inhumaines faites aux détenus du centre pénitentiaire surpeuplé de Toulouse-Seysses. Le juge relève que « les cellules accueillant les personnes à mobilité réduite, particulièrement vétustes, sont dans un état de délabrement avancé caractérisé notamment par la présence de moisissures aux murs des sanitaires, des douches bouchées, des portes de sanitaires cassées et, de manière générale une inadaptation à leur fonction en raison du manque de place nécessaire à l’intervention des personnels soignants […] Une telle situation caractérise une urgence au sens de l’article L. 521-2 du code de justice administrative et est de nature à porter une atteinte grave et manifestement illégale, ainsi que le soutiennent la Section française de l’Observatoire international des prisons et l’ordre des avocats au barreau de Toulouse, à la dignité des détenus handicapés qui y sont incarcérés. Il y a lieu par suite d’enjoindre à l’administration de procéder à une réfection et à une réorganisation de ces quatre cellules, mesure qui, eu égard à leur nombre et aux adaptations demandées, est susceptible d’intervenir à brève échéance. »

Lundi 4 octobre – Accessibilité – Aucun Ambassadeur recruté.

Missions d'Ambassadeur de l'accessibilité en Service Civique

Alors que la secrétaire d’État aux personnes handicapées, Sophie Cluzel, avait le 25 mai dernier annoncé le lancement en septembre de la campagne nationale de recrutement d’Ambassadeurs de l’accessibilité, aucune offre nouvelle n’a été déposée sur le site web de l’Agence du Service Civique. C’est en effet dans le cadre de ces missions que devaient être employés un millier de jeunes chargés de sensibiliser et informer sur l’accessibilité du cadre bâti. Cette action devait cibler les propriétaires et exploitants de petits commerces et établissements de proximité. Les 6 missions actuellement disponibles ont été déposées il y a plus de cinq semaines, et portent sur 14 postes. Il reste donc moins de trois mois à la secrétaire d’État pour espérer voir déposer les 986 offres de postes manquantes, puisqu’elle affichait l’objectif de recruter 1.000 ambassadeurs de l’accessibilité d’ici à 2022.

Samedi 2 octobre – Culture/Surdité – Nouvelles littéraires avec LSF.

Zanzan Films, la société de production du réalisateur infirme moteur cérébral Philippe Thomas, propose une émission intitulée « Lu & signé ». Diffusée tous les 15 jours sur Youtube, elle invite tous les publics à écouter et voir la lecture de nouvelles littéraires avec sous-titrage et Langue des Signes Française, dans une ambiance sonore descriptive. La première série présente L’île de Pâques, récit d’exploration de Pierre Loti, lue par Lionel Monier et interprétée en LSF par Pascal Di Piazza. « Pierre Loti : né, Louis-Marie-Julien Viaud le 14 janvier 1850 à Rochefort, ce jeune officier de marine français entré à l’École navale en 1867, commence à sillonner les mers à la fin de l’année 1869. Il croque, dessine, lors de ses différentes escales. L’aspirant devient écrivain au cours de sa longue et lointaine campagne dans les mers du sud, sur le navire amiral, la frégate mixte Flore qui fait route vers Tahiti. Sur le trajet, il découvre l’île de Pâques. Mais c’est à Tahiti qu’il sera affublé du surnom de Loti, du nom d’une fleur tropicale (1872), par la reine Pomaré. Viaud devient Loti qu’à partir de 1876. Le récit de L’île de Pâques est extrait de son oeuvre, un Mariage de Loti (1880), inspiré par son périple polynésien. L’île de Pâques s’y révèle aussi « mystérieuse » que celle de Jules Verne ». Le texte intégral de L’île de Pâques est disponible en accès libre.

Samedi 2 octobre – Les initiatives de la semaine.

Quentin Ratieuville
  • Filmé au Montreux Comedy, le sketch d’autodérision du normand handicapé moteur Quentin Ratieuville dépasse les 10 millions de vues.
  • Regain de fréquentation des handisports à Toulouse (Haute-Garonne) après les Jeux Paralympiques, engouement constaté tous les 4 ans.
  • Le Département de la Loire expose un appartement témoin adapté (avec quelques lacunes) à la foire de Saint-Étienne.
  • Le drapeau des Sourds orne l’école Turgot, à Tulle (Corrèze), qui est pole d’enseignement des jeunes sourds.
  • Et à Montbert (Loire-Atlantique), le nouveau porte-drapeau des anciens combattants est un aide-soignant quadragénaire sourd dont le père et le grand-père ont combattu.
  • Le Grand-Quevilly (Seine-Maritime) crée une subvention à l’achat d’une aide motorisée à la mobilité moyennant la participation à une action citoyenne, sociale ou humanitaire.
  • Ouverture à Meaux (Seine-et-Marne) d’un hammam spa salon de thé accessible par un homme lui-même handicapé.
  • La Fédération des Aveugles Alsace Lorraine Grand Est reprend l’exploitation d’un champignonnière en pleine ville de Strasbourg (Bas-Rhin) qui s’annonce prometteuse.
  • Le designer CvOdesign, de La Baule (Loire-Atlantique) a conçu un roadster électrique au poste de conduite adaptable au handicap moteur.

Vendredi 1er octobre – Surdité/Communication – Plus d’heures de centre-relais.

Les différents centres-relais des conversations téléphoniques

A compter d’aujourd’hui les clients sourds d’opérateurs de téléphonie mobile bénéficient de trois heures de communication (au lieu d’une seule précédemment) avec interprète en Langue des Signes Française ou transcription. Depuis leur lancement le 8 octobre 2018, les deux sous-traitants RogerVoice et Deafi n’offraient qu’une heure par mois, au moyen d’applis mobiles. Les horaires de services sont également étendus : de 8h30 à 21h en semaine (au lieu de 19h) plus le samedi matin de 8h30 à 13h (hors jours fériés). Leur service est disponible en Langue des Signes Française, Langue française Parlée Complétée, et transcription essentiellement automatique. Il est toujours impossible d’appeler une personne sourde si on ne connaît pas l’application qu’elle utilise. Les abonnés sourds auprès d’un opérateur de téléphone fixe restent exclus du service de centre-relais, ce qui est contraire à l’objectif fixé par la loi pour une République numérique, ce qui fait que les deux applis mobiles sont utilisées par moins de 4.000 usagers sur un potentiel estimé à 500.000.

Vendredi 1er octobre – Les ratés de la scolarisation.

  • Manque d’AESH et fin de leur intervention à la cantine en janvier prochain, une école catholique de Landivisiau (Finistère) lance une pétition qui a déjà récolté 11.000 signatures et met en demeure la secrétaire d’État aux personnes handicapées.
  • Bien qu’attribués par la MDPH de Haute-Garonne et malgré une préparation de la rentrée dès juin avec les familles, l’Éducation Nationale n’a pas recruté les 5 AESH nécessaires aux enfants d’une école maternelle de Toulouse.
  • Deux élèves orientés en ULIS sont en fait en 6e classique et d’autres sans AESH, dénoncent des enseignants d’un collège de Rebais (Seine-et-Marne).
  • La direction des services académiques du Calvados invoque des difficultés de recrutement, notamment en zone rurale, pour justifier le manque d’AESH.

Vendredi 1er octobre – Les ratés de la compensation.

Boulevard Lamarck, à Bourges, sans trottoir piéton à droite ©Google
  • Un piéton en fauteuil roulant est percuté par une voiture à Bourges sur le boulevard Lamarck à quatre voies automobiles et qui n’a de trottoirs que sur le côté pair.
  • Un couple du Calvados dont le mari est sourd et l’épouse comprend mal le français se disputent en plein tribunal lors d’une audience où ils s’accusent mutuellement de violences conjugales.
  • Le suppression du bureau de vote de la commune de Marmesse (Haute-Marne) fait polémique sur fond de difficultés de déplacement des électeurs âgés ou handicapés.
  • C’est la charité publique qui a permis aux volleyeurs sourds de participer au championnat d’Europe en Toscane (Italie), alors qu’en Pologne les joueurs sont primés et subventionnés, relève Sportmag.
  • Placer de l’argent dans un établissement pour personnes handicapées ou âgées rapporte 4 à 6 fois plus que le livret A d’épargne.
  • Une auxiliaire de vie et sa cliente handicapée affirment que la police des Yvelines n’est pas intervenue après leur appel téléphonique pour agression.
  • Le programme de la conférence gouvernementale des familles oublie totalement celles qui comptent des enfants ou parents handicapés.
  • Le jeune conducteur mayennais qui a rendu sa passagère paraplégique lors d’un accident dû à une vitesse excessive est condamné à un an de bracelet électronique ce qui lui évite l’emprisonnement.
  • Alors que la moyenne d’âge des usagers augmente, 378 sont sur liste d’attente pour intégrer l’un des foyers et 82 un ESAT de l’Adapei de la Drôme.
  • Le syndicat de retraitement des déchets de Dordogne est contraint de retarder le déploiement d’une réforme de l’enlèvement des ordures ménagères qui impose aux personnes handicapées ou âgées d’aller les déposer dans des bacs éloignés de leur domicile (lire Les ratés du 16 juillet 2021)
  • La commune de Donnery (Loiret) attendra d’être subventionnée pour mettre en accessibilité l’arrêt de bus (coût de 6.825€) d’une ligne créée cet été.
Partagez !