Éditorial
Accueil Mél News Espaces Vie pratique Tribus Emploi Archives de cette rubrique RSS
  Blair et les zanzans.
 

Le Premier ministre du Royaume-Uni annonce sa retraite sur fond de commisération et de cécité sélective...

Lecture de cette page par la synthèse vocale de ReadSpeaker.

Nos voisins britanniques vont changer en douceur de chef du gouvernement dans quelques semaines : le "Très Honorable" Tony Blair, en poste depuis dix ans, se retire. En annonçant publiquement son départ, le 10 mai dernier, il a eu ces quelques mots sur sa fonction : "Les gens me disent que c'est un travail dur, mais pas vraiment. Une vie dure c'est celle des jeunes, des enfants lourdement handicapés et de leurs parents qui m'ont rendu visite au Parlement la semaine dernière".

Tony Blair parle d'or : durant ses trois mandats au titre du parti Travailliste, présumé de gauche, les conditions de vie des Britanniques les plus pauvres et vulnérables ne se sont pas améliorées, bien au contraire. Si le chiffre officiel du chômage fait des envieux chez les libéraux français, il masque la réalité de l'expulsion systématique des listes de demandeurs d'emploi et d'allocataires des personnes qui n'acceptent pas ce que les bureaux privés de placement leur imposent, un système que nous promettent certains hommes politiques français. Verra-t-on prochainement dans les rues de nos villes des travailleurs pauvres attendant près d'une officine une embauche hypothétique à la journée, comme on le voit au Royaume-Uni ? Un pays dans lequel la mortalité infantile progresse, exemple unique dans les pays dits développés. Et où la tentative de retour forcé au travail des dizaines de milliers d'allocataires handicapés s'est heurtée aux conditions d'emploi moyenâgeuses qui sont appliquées aux travailleurs peu qualifiés. Dans le même temps, la qualité du service public de santé s'est davantage dégradée au point que les britanniques qui en ont les moyens se font opérer en France...

Et que dire de la politique belliqueuse de Tony Blair, toujours à flairer la trace laissée par le Président américain Georges Walker Bush ? Visiblement, ça n'a pas été "dur" pour lui d'engager ses militaires en Afghanistan et en Irak; pas "dur" non plus d'ignorer les cercueils et les soldats mutilés rentrant au pays. Des soldats invalides dont les géniteurs connaissent désormais "la vie dure de parents d'enfants handicapés" par la volonté du jeune retraité de la politique Tony Blair. Lequel rejoindra bientôt la société d'investissements américaine Carlyle, qui a connu son essor alors qu'elle était dirigée par un ancien directeur de la C.I.A, et qui possède des intérêts dans les entreprises d'armement, les grandes gagnantes du blairisme.

Blairisme sur lequel lorgne avec insistance la nouvelle équipe politique qui s'apprête à gouverner la France...


Laurent Lejard, mai 2007.




| ACCUEIL | MÉL | NEWS | ESPACES | VIE PRATIQUE | TRIBUS | NEWSLETTER | EMPLOI | ARCHIVES |


| ISSN 1777-5191 | Informations légales | Plan du site |

© Yanous! 2007. Reproduction et diffusion interdites sans autorisation.


Fin de page