L'actualité française du handicap.
 
Juin 2019.


 

Dimanche 30 juin – Transports – Restrictions supplémentaires à Paris.
Ce dimanche est le dernier de libre-circulation dans les rues de Paris des voitures arborant le macaron Crit'Air 4 et plus. A partir de demain, ils ne pourront plus circuler dans la journée, du lundi au vendredi à 8 heures à 20 heures, sous peine d'une amende de 68 ou 135€. Cela concerne les deux-roues, tricycles et quadricycles à moteur en circulation avant le 1er juillet 2004, les véhicules diesel (utilitaires compris) d'avant le 1er janvier 2006 et les poids lourds diesel mis en circulation avant le 1er octobre 2009. Les bois de Vincennes et de Boulogne, le boulevard périphérique et les communes comprises dans le périmètre de l'A86 sont, eux, interdits aux véhicules Crit'Air 5 et supérieur. Rappelons toutefois que les titulaires d'une carte de stationnement pour personne handicapée, européenne ou mobilité inclusion, font bénéficier le véhicule qui les transporte d'une exemption de ces restrictions (lire l'actualité du 29 juin 2016).

Samedi 29 juin – Les initiatives de la semaine.
Organisés par l'agence Pole Emploi de Château-Thierry (Aisne), des ateliers vidéos ciblant les travailleurs handicapés vont être étendus nationalement. La commune de Cormelles-le-Royal (Calvados) met le sport adapté au menu de son conseil municipal. Le Défi des pâtissiers choletais mobilise des professionnels et des usagers handicapés de l'Adapei 49. Le festival Jazz à Vienne (Isère) soigne l'accueil et le placement des spectateurs handicapés.

Vendredi 28 juin – Les ratés de la compensation.
Entre autres tripatouillages, la pétition en ligne en faveur d'un référendum concernant la privatisation d'Aéroports de Paris n'est pas accessible aux citoyens déficients visuels. Il en est de même pour la "Grande consultation nationale sur le handicap" récemment lancée par make.org avec le soutien de la secrétaire d'Etat aux personnes handicapées. Aux Thermes de Plombières-les-Bains (Vosges), la cabine adaptée aux curistes handicapés sert de passage pour le personnel, entre autres errements. Un conducteur de bus a été condamné à huit ans de prison pour viols et agressions sexuelles sur trois usagers de l'APF France Handicap par la Cour d'Assises de Besançon (Doubs). Une députée de l'Ariège relate comment des voyageurs d'un train de nuit sont traités par la SNCF, handicapés ou pas. Un prestataire indolent met huit jours pour remplacer une pièce défectueuse d'un ascenseur desservant quatre appartements pour personnes handicapées motrices, malgré l'intervention du bailleur social, du maire de Sarreguemines et du sous-préfet de Moselle. Une jeune béarnaise compte sur une cagnotte pour trouver les 95.000€ nécessaires à l'achat d'une voiture adaptée à son handicap moteur. Les personnels de bord et d'assistance mettent une demi-heure pour installer à bord d'un avion Easyjet une passagère handicapée du vol Toulouse-Bristol. Ce n'est pas sa faute si la voiture de la députée Olga Givernet (La République en Marche – Ain) s'est garée sur une place réservée à Lyon...

Vendredi 28 juin – Société/Justice – Cassation mortelle pour Vincent Lambert ?
Réunie en assemblée plénière, la Cour de Cassation a cassé à la demande du Gouvernement l'arrêt de la Cour d'Appel ordonnant le maintien des soins et de l'alimentation de Vincent Lambert (lire l'actualité du 31 mai 2019). Sans se prononcer sur le fond de l'affaire, les plus hauts magistrats judiciaires ont jugé que la Cour d'Appel n'était pas compétente pour prendre la décision contestée, ce cas d'espèce relevant uniquement de la juridiction administrative qui s'est déjà prononcée. Cela autorise le Centre Hospitalier Universitaire de Reims (Marne) à mettre fin aux jours de ce quadragénaire qui vit en état neuro-végétatif depuis un accident. Il fait l'objet d'un affrontement entre clans familiaux et de multiples procédures juridiques, dont un recours devant le Comité des Droits des Personnes Handicapées de l'Organisation des Nations-Unies. C'est pour donner à ce Comité le temps d'examiner la situation de Vincent Lambert que la Cour d'Appel avait été saisie alors que le protocole d'euthanasie venait d'être enclenché. Dans le même temps, le Gouvernement français par la voix de la ministre de la santé, Agnès Buzyn, avait affirmé que la France n'était pas légalement tenue par la CDPH, ce qui pose la question fondamentale du respect par la France d'une convention qu'elle a signée (lire l'actualité du 5 mai 2019).

Jeudi 27 juin – Culture/Cécité – Mort de Louis Thiry.
L'organiste et compositeur Louis Thiry est décédé, à l'âge de 84 ans. Né aveugle, dans la banlieue de Nancy (Meurthe-et-Moselle), il avait été pensionnaire de l'Institut National des Jeunes Aveugles, appréciant particulièrement l'enseignement d'André Marchal, professeur de musique et organiste également aveugle, puis avait poursuivi ses études musicales au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris. Il fut par la suite professeur à Metz (Moselle) et au conservatoire de musique de Rouen (Seine-Maritime). Il avait notamment enregistré une intégrale des oeuvres pour orgue d'Olivier Messiaen.

Jeudi 27 juin – Transports/Justice – Kevin Fermine gagne contre la SNCF.
Débouté de toutes ses demandes en première instance, Kevin Fermine a obtenu une décision favorable de la Cour d'Appel de Toulouse (Haute-Garonne). Les magistrats jugent qu'il n'a pas eu "accès à toutes les prestations annexes au contrat de transport à la différence des voyageurs valides". Le jeune homme handicapé moteur, qui se déplace en fauteuil roulant électrique, se plaignait de ne pouvoir accéder aux toilettes de bord, au risque de se faire dessus, et à la voiture-bar. La Cour a rappelé que "le contrat de transport de voyageurs [est] générateur d'une obligation de résultat mise à la charge du transporteur [et qu'il] a également, au regard des voyageurs, une obligation générale de soins et doit leur assurer un transport dans des conditions normales d'hygiène, de sécurité et de confort." Elle relève "que les billets réglés par M. Fermine, pour un prix identique à celui des autres voyageurs, ne lui permettent pas l’accès à toutes les prestations annexes au contrat de transport à la différence des voyageurs valides. Et, l’inconfort généré par l’inaccessibilité des toilettes caractérise une atteinte à la dignité et un manquement à l’obligation de SNCF Mobilités d’assurer un transport dans des conditions normales d'hygiène". La compagnie est en conséquence condamné à verser à son client 5.000€ de dommages et intérêts, 2.000€ au titre des frais d'avocat et devra payer les entiers dépens, y compris du jugement de première instance. Cet arrêt bat en brèche l'argumentation de la SNCF qui prétendait notamment que "le contrat de transport [...] n’implique pas d'assurer le transport d'usagers dans des conditions dites 'normales' à savoir en permettant, notamment, l'accès aux toilettes". Il va également contraindre la compagnie ferroviaire à proposer un service à la place aux voyageurs qu'elle prive de mobilité à bord de ses trains, ce qu'elle refuse jusqu'à maintenant de faire.

Mercredi 26 juin – Emploi – Télétravail et obligation dans les fonctions publiques.
Trois décrets modifient le champ d'intervention du Fonds pour l'insertion professionnelle des personnes handicapées dans la fonction publique (FIPHFP). Le premier supprime le financement de certaines actions (aides à des organismes, outils de recensement des bénéficiaires de l'obligation d'emploi, dépenses d'études, accessibilité des locaux autres que professionnels), introduit un coefficient multiplicateur pour certains agents handicapés ayant dépassé 50 ans, modifie la prise en compte des achats auprès d'Entreprises Adaptées, d'Etablissements et Services d'Aide par le Travail ou de travailleurs indépendants handicapés. Le second décret accorde un délai de trois ans aux employeurs publics qui atteignent ou dépassent le seuil de 20 employés pour se mettre en conformité avec l'obligation d'emploi de travailleurs handicapés. Ces nouvelles dispositions entreront en vigueur le 1er janvier 2020. Enfin, le troisième décret introduit une dérogation, limitée dans le temps, au nombre de trois jours par semaine pouvant être télétravaillés par un employé handicapé.

Mercredi 26 juin – Transports/Cécité – La SNCF punit un client aveugle.
Un octogénaire aveugle a été sanctionné de 100€ d'amende pour n'avoir pu acheter un billet. Il était parti le 29 mai de Dôle (Jura) pour aller à Ranchot, à 18 kilomètres de là. Le guichet de vente de Dôle étant fermé, le client n'a pu acheter un billet à 3,50€ sur un distributeur automatique puisque ce matériel est inutilisable par un aveugle. Il est allé trouver le contrôleur de bord pour lui expliquer la situation, et ce dernier lui a infligé d'abord 50€ de sanction, puis l'a doublée après la protestation du client. Depuis, ses multiples courriers et réclamations n'ont reçu aucune réponse. Depuis le printemps dernier, la SNCF a supprimé la vente de billets dans les trains et traite tous les clients qui n'ont pu en acheter faute de guichet accessible comme s'ils fraudaient.

Mardi 25 juin – Politique – La CNH aura-t-elle lieu ?
Maintes fois annoncée, la Conférence Nationale du Handicap est à nouveau repoussée, elle est envisagée au second semestre 2019 nous indique le secrétariat d'Etat aux personnes handicapées. Lors du Comité Interministériel du Handicap du 20 septembre 2017, le Premier ministre, Edouard Philippe, avait annoncé sa tenue en mai 2018 mais elle avait été reportée au printemps 2019 afin d'organiser une longue préparation de terrain ponctuée de nombreux événements labellisés (lire l'actualité du 14 juin 2018). Après avoir évoqué juin 2019, puis juillet, le gouvernement repousse à nouveau la CNH mais sans que cela soit officiellement annoncé. La loi du 11 février 2005 a institué ce rendez-vous triennal de l'action gouvernementale envers les personnes handicapées, ce qui fait que l'échéance est désormais en retard de deux ans sur le calendrier légal, et témoigne de l'écart entre le discours maintes fois réitéré de faire des personnes handicapées une priorité du quinquennat d'Emmanuel Macron et la réalité des faits.

Lundi 24 juin – Ca nous avait échappé.
Pour l'Association Valentin Haüy, une personne qui veut s'abonner à sa revue imprimée en braille, nommé logiquement Le Louis Braille, doit prouver qu'elle est aveugle. Tel est le sens de la circulaire qu'ont reçu des lecteurs dans le courant du mois de mai : il leur était demandé de fournir une copie de leur carte d'invalidité mention cécité, à cause de la nouvelle loi instituant une exception handicap aux droits d'auteurs. L'un de ces lecteurs s'est étonné auprès de l'AVH qu'on demande un justificatif d'invalidité à des personnes qui achètent une revue adaptée, en rappelant que l'exception handicap ne concerne pas les livres ou revues vendus : "Le fait de payer un abonnement, estime-t-il, nous donne un droit qui se suffit à lui-même sans qu'il y ait besoin d'autres justifications." Et finalement, après avoir discuté par téléphone de cette situation ubuesque, ce lecteur a obtenu de l'AVH qu'elle ne demande plus de justifier d'un handicap visuel pour s'abonner à une revue publiée ou adaptée en braille par cette association qui oeuvre "pour le bien des aveugles". Comme quoi en protestant, on peut obtenir des ménagements...

Dimanche 23 juin – Société/Cécité – Fétichiste de l'odeur de pieds.
Un quinquagénaire aveugle qui réside dans les Landes inflige à des femmes un rituel étrange, comme l'une d'entre elles l'a subi aujourd'hui. Prétextant d'un besoin d'aide en sortant de la gare de Mont-de-Marsan, il s'est jeté aux pieds de sa victime pour lui toucher les pieds puis sentir ses doigts. Plusieurs femmes ont rapporté ce comportement fétichiste depuis huit ans, dont des employées de la SNCF, aucune n'ayant porté plainte du fait de l'étonnement interrogatif face à un tel comportement.

Samedi 22 juin – Les initiatives de la semaine.
Le centre hospitalier de Paimpol (Côtes d'Armor) créé un dispositif d'accueil et de consultation pour les personnes handicapées refusées en médecine libérale. Une auvergnate devenue aveugle du fait d'un accident de voiture reprend le volant sur le circuit automobile d'Issoire (Puy-de-Dôme). Après 13 ans de fermeture, le théâtre à l'italienne d'Evreux (Eure) rouvre après une rénovation complète incluant une mise en accessibilité via un bâtiment neuf accolé. Des alsaciens bricoleurs réalisent des Segways assis sur mesure pour des utilisateurs handicapés moteurs. Le président du Medef annonce son intention de renoncer au financement qu'il obtient d'organismes paritaires, dont l'Agefiph. Après les maires du Morbihan, ce sont ceux du Finistère que Yann Jondot fait rentrer dans sa démarche d'accessibilité.

Vendredi 21 juin – Justice/Cécité – Automobiliste irascible poursuivi.
Le conducteur qui a failli renverser sur un passage piéton un homme aveugle et son frère dans une rue du 12e arrondissement de Paris, puis les avait violemment agressé parce qu'ils ont osé protester, sera jugé au Tribunal Correctionnel courant juillet (lire ci-dessous au 16 juin). Mis en examen pour ces violences et refus de céder le passage à un piéton, il a été placé sous contrôle judiciaire, ce qui lui interdit de conduire jusqu'à l'audience.

Vendredi 21 juin - Les ratés de la compensation.
Un septuagénaire diabétique d'Hirson (Aisne) ne parvient pas à faire contrôler sa vue à cause de la pénurie d'ophtalmologistes et de procédures absconses. A Belfort, un enfant autiste âgé de 6 ans sera sans solution éducative à la rentrée, tous les IME affichant complet. Habituée à maltraiter ses clients, Ryanair a abandonné les passagers d'un vol Marrakech-Bordeaux (dont une voyageuse en fauteuil roulant) détourné sur Toulouse pour cause d'orage, les obligeant à dormir sur le sol.

Jeudi 20 juin - La perle de la semaine.

Un projet italo-corse présenté officiellement à Ajaccio a consommé 1,4 millions d'euros de subvention de l'Union Européenne pour recenser l'accessibilité de 250 sites touristiques et les inclure dans une appli mobile, Itaca. Le coût de recensement et de diffusion de cette accessibilité s'établit donc à près de 5.600€ par site ! Le développement de ce recensement passera par une prolongation d'Itaca pendant deux ans, si bien évidemment elle est à nouveau largement subventionnée. Les sites recensés sont 13 à Ajaccio (Corse), 96 à Cagliari (Sardaigne), 41 à La Spezia (Ligurie) et 108 à Pise (Toscane), et portent sur les handicaps moteur, auditif, visuel, cognitif et alimentaire (sic!). Etrangement, l'appli n'est toutefois pas adaptée aux aveugles, comme l'indiquait Pierre Pugliesi, président de l'office intercommunal du pays d'Ajaccio : "On souhaite la faire évoluer pour qu'elle soit accessible aux non-voyants." Conçue en italien, la version française est incomplète. Une recherche web n'a pas permis de trouver le site opérationnel Itaca présentant la cartographie et les sites recensés, mais conduit vers cette présentation du groupe Socialistes et Démocrates du Parlement Européen : "Una buona pratica territoriale di utilizzo dei fondi europei - Une bonne pratique territoriale d'utilisation des fonds européens"...

Mercredi 19 juin - Citoyenneté - Le SNU s'expérimente.

La première session du Service National Universel (SNU) débute cette semaine sous forme expérimentale. 2.000 jeunes volontaires âgés de 16 ans vont pendant 15 jours effectuer une période d'éducation civique et citoyenne assortie d'une discipline militaire, dont une cinquantaine d'adolescents handicapés selon le ministère de l'Education Nationale qui assure la tutelle de l'opération. "L'accueil des jeunes en situation de handicap est emblématique de l'universalité du service national, précise un porte-parole. Tous les jeunes en situation de handicap ont vocation à être accueillis au séjour de cohésion du SNU, avec pour certains la nécessité de prévoir et organiser des adaptations, dans le but de rendre leur séjour possible, en prenant en compte leur situation particulière de handicap." Les adaptations et aménagements de l'hébergement et des activités seront réalisées au cas par cas, "une participation partielle, voire minimale, au séjour ou aux activités, sera toujours préférable à une absence de participation." Selon ce porte-parole, tous les jeunes handicapés participants ne sont pas volontaires, une partie d'entre eux placés en établissements médico-sociaux a été incitée à effectuer ce stage de cohésion : "L'appréciation de la possibilité ou des conditions de la participation sera faite au cas par cas par le médecin de l'établissement ou du service médico-social qui suit habituellement le jeune appelé." Selon les besoins, il sera proposé "un accompagnement professionnel tout au long du séjour par un membre de l'équipe médico-sociale, dans le respect du code de l'action sociale et des familles." Le SNU pourrait être étendu à 40.000 adolescents l'an prochain. Le séjour de cohésion sera complété par des périodes de travail bénévole au sein d'organisations caritatives ou sociales.

Mardi 18 juin - Politique/People - Brigitte Macron à la rescousse.

Epouse du Président de la République, Brigitte Macron a convié la presse pour une visite de terrain et entrainé un emballement médiatique contraire à l'éthique dont elle se prévalait jusqu'alors pour agir en faveur de causes caritatives, dont les personnes handicapées. Elle a visité la maison de répit créée par la Fondation France Répit à Tassin-la-Demi-Lune, commune voisine de Lyon. Mais cette visite s'inscrit sur fond de bisbilles politiques au sujet du leadership sur la Métropole marquée par des dissensions entre le maire de Lyon, Gérard Collomb (72 ans), et le président du Conseil Métropolitain, David Kimelfeld (58 ans). De fait, cette visite inaugurale n'a constitué qu'un argument pour tenter de régler des querelles d'égo et d'ambitions politiciennes alors que se profile l'élection municipale de mars 2020. Si les articles de presse détaillent ce contexte, ils évoquent à peine la maison de répit qui permet à des aidants de prendre quelques jours de repos en plaçant le parent handicapé ou malade dont ils s'occupent. 450 en ont bénéficié depuis l'ouverture de l'établissement en octobre 2018, le prix de journée étant pris en charge (moins 20€) par la Sécurité Sociale. La maison de répit a coûté 5,5 millions d'euros récoltés auprès de mécènes et collectivités territoriales, sauf la ville de Lyon qui ne l'a pas financée. Enfin, contrairement aux propos de la secrétaire d'Etat aux personnes handicapées, Sophie Cluzel qui accompagnait Brigitte Macron, la maison France Répit n'est pas la première du genre, l'accueil temporaire s'étant développé en France depuis plus d'une dizaine d'années.

Lundi 17 juin - Manifestation/Solidarité - Répression des activistes.

La présidente d'Handi-Social, Odile Maurin, lance une action publique de solidarité pour aider les manifestants toulousains réprimés pour les actions de protestation auxquelles ils ont participé ces derniers mois. "Nous sommes contraints à des actions de désobéissance civile, non violente, pour espérer être entendus, justifie-t-elle. Si les personnes en situation de handicap se voient obligées de mener des actions de désobéissance civile, c'est parce que le gouvernement français se permet de piétiner allègrement leurs droits." Une campagne de don est lancée pour aider les militants poursuivis pour les blocages et intrusions résultant du laxisme des pouvoirs publics. Lire cet Editorial.

Lundi 17 juin - Politique - Quota municipal pour LREM.
Le délégué général du parti présidentiel La République En Marche, Stanislav Guerini, a présenté les premiers candidats investis pour les élections municipales de mars 2020. Parmi les règles retenues pour constituer les listes de candidats, ces dernières devront obligatoirement compter un citoyen handicapé... sans qu'il soit nécessairement en position éligible.

Dimanche 16 juin - La perle de la semaine.

Fautif et violent, le conducteur d'une grosse berline a frappé deux passants, dont l'un aveugle, auxquels il avait refusé la priorité sur un passage piéton, manquant de peu de les renverser dans une rue du 12e arrondissement de Paris. Comme l'homme non-voyant avait heurté la voiture de sa canne blanche, le conducteur a entrepris de gifler son accompagnateur et s'est avancé sur le piéton aveugle pour faire de même. D'autres passants ont tenté de s'interposer mais le conducteur violent a poursuivi ses agressions devant la caméra d'un cycliste témoin de la scène. La police n'est pas intervenue mais cette scène filmée devrait permettre d'identifier l'agresseur. De telles agressions sont fréquentes dans les rues de la capitale et ont entrainé la mort de six personnes ces cinq dernières années. Lire aussi cet Éditorial.

Samedi 15 juin - Les initiatives de la semaine.

Une MAS de Longwy (Meurthe-et-Moselle) organise pour ses salariés des ateliers "bien-être au travail." Panorama des festivals bretons accessibles à tous, Au foin de la rue, Beauregard, Hellfest. La webcup 2019 des iles de l'océan indien est consacrée à l'élaboration d'un portail d'informations accessibles aux personnes handicapées. Rugbyman devenu tétraplégique lors d'un match, le trentenaire Tony Moggio a traversé le golfe de Saint-Tropez (Var) en nage adaptée en à peine plus de trois heures, après un an d'entrainement intensif.

Vendredi 14 juin - Les ratés de la compensation.

La billetterie réservée aux spectateurs handicapés de la coupe du monde féminine de football est en rade sans que les clients soient informés. Manifestation de gilets jaunes à Colmar (Haut-Rhin) pour soutenir les parents de cinq enfants qui leur ont été retirés et placés par contrainte à l'Aide sociale à l'Enfance parce que la mère est épileptique. Avec un stade (Abbé Deschamps) qui n'est pas conforme aux normes d'accessibilité et dont la tribune d'honneur n'est plus en sécurité, le club de football AJ Auxerre (Yonne) pourrait être contraint de jouer ses matchs à Troyes (Aube). Une employée handicapée de la préfecture de la Marne tente de trouver auprès du public les 60.000€ à sa charge pour changer de voiture adaptée. Une enquête est ouverte à la suite de moqueries et humiliations infligées à une patiente handicapée, filmées par des employés de l'hôpital Necker (Paris 14e). A Tours (Indre-et-Loire), un avion Ryanair décolle pour Marrakech en oubliant d'embarquer des passagers valides, dont les deux accompagnateurs d'un couple de septuagénaires handicapés qui se sont retrouvés sans aide à l'arrivée. C'est avec d'incessantes actions de solidarité et charité publique que les parents d'une enfant handicapée motrice financent dans l'Ain les très coûteux aménagements nécessaires à la vie familiale.

Jeudi 13 juin - Droits/Accessibilité - Carte de stationnement.

Saisi d'un recours contre le refus du préfet de l'Hérault d'accorder une carte de stationnement pour véhicule de personne handicapée, le Conseil d'État ne s'est pas contenté de juger du respect de la procédure et a fait droit à la demande. Dans son arrêt, il a rappelé que "lorsqu'il statue sur un recours dirigé contre une décision par laquelle l'administration, sans remettre en cause des versements déjà effectués, détermine les droits d'une personne en matière d'aide ou d'action sociale [il] appartient au juge administratif, eu égard tant à la finalité de son intervention qu'à sa qualité de juge de plein contentieux, non de se prononcer sur les éventuels vices propres de la décision attaquée, mais d'examiner les droits de l'intéressé". Compte-tenu "de l'absence de communication, par l'administration, du dossier constitué pour l'instruction de la demande", le Conseil d'État a accordé cette carte pour une durée d'un an. Il aura donc fallu deux ans de procédure au demandeur pour obtenir ce droit qu'il va devoir faire renouveler dans quelques mois.

Mercredi 12 juin - Ça nous avait échappé...

Un couple suisse a été condamné fin mai à un an de prison ferme pour avoir exploité, dans tous les sens du terme, un établissement clandestin pour personnes handicapées sous tutelle ou curatelle et provenant de Suisse. Installée dans le Jura à Saint-Amour (!) dans un immeuble acquis par le couple, la structure d'hébergement ne disposait pas du confort minimum, elle n'employait pas de professionnels et les personnels de service étaient payés au noir, des chambres n'étaient pas chauffées l'hiver, et des pensionnaires ont été trouvés en état de dénutrition avancée. Si le Tribunal Correctionnel a sanctionné, c'est après une très longue enquête et procédure qui a duré 10 ans : l'inspection des services sociaux du Conseil Départemental qui a tout déclenché a eu lieu en 2010. On ignore si les autorités suisses se sont inquiétées du sort de leurs ressortissants...

Mardi 11 juin - Parents - Le Vaucluse contingente les résidants.

Désormais, les personnes handicapées hébergées en établissements médico-sociaux financés par le Conseil Départemental de Vaucluse n'auront droit qu'à 30 jours d'absence pour prendre des vacances ou voir leur famille le week-end ou les jours fériés. Des familles s'insurgent contre une décision qui met en péril l'équilibre psychologique de tous leurs membres. Un résident qui s'absenterait au-delà de ce quota devrait alors payer de sa poche le prix de journée, 110€. Cette décision a été prise sans concertation avec les familles et les usagers, qui viennent tout juste d'en avoir communication alors qu'elle s'applique à compter du 1er janvier. Résultat, des résidants ont déjà dépassé leur quota d'absence...

Lundi 10 juin - Finances - Journée de corvée.

La journée dite "de solidarité" devrait rapporter près de 3 milliards d'euros à la Caisse Nationale de Solidarité pour l'Autonomie (CNSA). Instaurée en 2005 à la suite de la canicule d'aout 2003 qui avait entrainé la mort de 15.000 personnes âgées ou handicapées en établissement ou vivant à domicile, elle vise à récolter un financement complémentaire aux aides à ces personnes. Cette journée prend la forme du jour férié de Pentecôte qui n'est pas payé aux salariés en taxant leur rémunération annuelle de 0,3%, et d'une ponction équivalente sur les pensions de retraites ; les travailleurs indépendants (professions libérales, artisans, gérants, etc.) sont exemptés. Les gouvernements successifs ont toutefois profité de ces recettes pour lui imputer la charge de dépenses précédemment à la charge du budget de l'Etat. L'actuel gouvernement a envisagé de doubler la taxe de 0,3% sous le prétexte de financer la dépendance, mais le Président de la République, Emmanuel Macron, préfère augmenter le temps de travail sans rémunération supplémentaire, ce qui reviendrait finalement au même mais au préjudice des seuls salariés.

Samedi 8 juin - Les initiatives de la semaine.

Le club de canoë-kayak d'Auray (Morbihan) a trouvé un kayak à pédales pour adapter la pratique d'un homme amputé d'un bras. Grands triomphateurs du championnat de France de sport adapté (38 médailles dont 20 en or) les jeunes nageurs de l'IME de Thierville sont honorés à la mairie de Verdun (Meuse). Dans le même département, la mère d'un ado autiste crée un organiseur de vêtements destiné aux enfants comme aux personnes handicapées intellectuelles ou âgées dépendantes. Un loueur de vélos de Dinan (Côtes d'Armor) propose des tandems pour les touristes déficients visuels et souhaite développer une offre pour les autres personnes handicapées.

Vendredi 7 juin - Les ratés de la compensation.
A Troyes (Aube), la maintenance de la sonorisation des feux tricolores est d'autant moins assurée que la municipalité et la communauté d'agglomération sont accusées de ne pas avoir informé la population déficiente visuelle de son installation ! Un taxi arrêté en double file à Evry (Essonne) le temps que le chauffeur aide une cliente aveugle est verbalisé. Une assistante maternelle jugée en appel à Amiens (Somme) après sa condamnation pour maltraitance d'un bébé de 4 mois s'occupe actuellement de personnes handicapées...

Jeudi 6 juin – Transports – La SNCF maltraite Vincent Michel.

Une fois de plus, le président de la Fédération des Aveugles de France, Vincent Michel, est victime d'errements de la SNCF (lire l'actualité du 30 janvier 2018). A cause d'une panne et de retards à répétition, il n'a pu rentrer chez lui depuis Bruxelles, le TGV direct pour Montpellier étant remplacé par des "tronçons" : Bruxelles-Lille puis changement de gare pour prendre un Lille-Paris gare du Nord pour ensuite traverser la ville et monter à bord d'un Paris gare de Lyon-Montpellier ! Mais un retard du Lille-Paris a contraint Vincent Michel à appeler la ligne d'assistance d'urgence d'Accès Plus pour demander que le TGV pour Montpellier soit retardé de 15 minutes, ce qui a été refusé, puis qu'on l'oriente vers un hôtel, refusé là encore. Pourtant, il est fréquent que la SNCF offre une nuitée à des voyageurs qui ont raté une correspondance à cause du retard de leur premier train. Mais Vincent Michel ainsi qu'un voyageur de 92 ans ont été laissés sans solution par la SNCF. Le président de la FAF envisage donc de porter plainte.

Jeudi 6 juin - La perle de la semaine.
La ministre chargée des Transports, Élisabeth Borne, reproche en séance de l'Assemblée Nationale aux députés de sa propre majorité d'oser demander la mise en accessibilité de 15% des stations du métro de Paris intra-muros ! Un amendement au projet de loi d'orientation des mobilités défendu par le député parisien Pacôme Rupin et soutenu par Benjamin Griveaux, ancien porte-parole du Gouvernement et candidat LREM pour les élections au Conseil de Paris de 2020, visait cet objectif dans la perspective des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024. "C'est un objectif tout à fait atteignable, pour Pacôme Rupin. Un retard a été pris sur l'accessibilité du métro parisien par rapport à d'autres territoires dans le pays [et] d'autres grandes métropoles dans le monde". Il a également rappelé que les Jeux de Londres 2012 "ont servi de catalyseur à l'accélération de chantiers de transports en commun". Présidente de la RATP de mai 2015 jusqu'à ce qu'elle devienne ministre des Transports deux ans plus tard, Élisabeth Borne n'entend pas suivre cette voie, elle qui avait alors refusé toute mise en accessibilité, la RATP empêchant même les élus de Paris comme du Conseil Régional ainsi que les associations de personnes handicapées de prendre connaissance d'études de faisabilité. Oubliant sa coresponsabilité dans ce constat en tant qu'ex-patronne de la RATP, elle a lancé aux députés "Est-ce que vous savez que les stations de bus en banlieue ne sont même pas accessibles, que les voiries ne sont pas même pas accessibles ? Oui Paris c'est important. L'ensemble du pays, l'ensemble de la banlieue, c'est aussi important !" C'est la députée La France Insoumise Caroline Fiat qui a tiré la bonne conclusion de cette escarmouche : "Ce qui m'inquiète, c'est à quelle date, dans quel siècle [...] on va donner les moyens de rendre accessibles ces transports." Lire en Editorial.

Jeudi 6 juin - Accessibilité - Fauteuils polémiques à Toulouse.

L'expérimentation de fauteuils roulants électriques en libre-service dans des parkings de Toulouse (Haute-Garonne) suscite une vive protestation d'associations locales. Proposés par Indigo Weel, filiale du géant du parking Indigo qui appartient à la multinationale Vinci, ces engins sont loués à des clients qui stationnent leur véhicule dans les parkings souterrains Capitole et Victor Hugo afin de poursuivre leurs déplacements dans la proximité. "Ce dispositif n'a pas été réfléchi avec les personnes concernées", dénonce Odile Maurin, présidente de l'association Handi-Social qui relève également que les parkings Indigo sont en pratique inaccessibles en fauteuil roulant. Et elle juge potentiellement dangereux le modèle d'engin retenu : "Ces fauteuils se pilotent au joystick et c'est loin d'être évident pour un novice. Les scooters pour Personne à Mobilité Réduite (PMR), des véhicules électriques légers qui se conduisent avec un guidon, auraient été plus adaptés au public visé." Résultat de cette initiative, une réunion de travail doit prochainement plancher sur l'accessibilité des parkings urbains avec Indigo, l'architecte des bâtiments de France, la mairie de Toulouse et des associaitons.

Mercredi 5 juin - Sports/Surdité - Foot féminin en langue des signes.

La Fédération internationale de football (FIFA) va produire un résumé en Langue des Signes Internationale de chacun des 52 matchs de la coupe du monde football féminin qui se déroulera en France du 7 juin au 7 juillet. Ils seront diffusés sur YouTube et cet espace dédié qui propose encore les vidéos LSI des matchs du Mondial de foot masculin 2018 qui avait lieu en Russie : un présentateur y résume les actions majeures sur fond de quelques images fixes, sans sous-titrage activable.

Mardi 4 juin – Politique/Handicap Mental – L'Unapei accuse.

Après de nombreux mois conciliants sur l'action de la secrétaire d'Etat aux personnes handicapées, Sophie Cluzel, l'Unapei adresse un sévère réquisitoire à l'ancienne dirigeante associative qui a siégé à son Conseil d'Administration de 2011 à 2013. Rappelant un engagement du Président de la République, Emmanuel Macron "Il n'y aura plus de personnes en situation de handicap sans solution", les associations de l'Unapei déplorent "que des réponses pragmatiques se font encore attendre" et que "plus de 12.000 enfants en situation de handicap intellectuel et cognitif sont sans solution éducative." L'Unapei proclame que "La société inclusive ne doit pas se construire au détriment de la protection sociale des personnes handicapées", prenant comme exemple les freins administratifs et règlementaires opposés aux initiatives innovantes de terrain, une fragilisation des travailleurs "handicapés en établissements et services d'aide par le travail (ESAT), sans toutefois envisager l'avenir de l'emploi des travailleurs les plus vulnérables", la demande faite aux instituts médico-éducatifs (IME) "de transférer 50% de leur effectif à l'école [alors que] les moyens mis à disposition ne sont pas à la hauteur des ambitions affichées par les pouvoirs publics." Elle réclame "une transition inclusive effectivement concertée et solidaire." Cette prise de position intervient en fin de préparation de la Conférence Nationale du Handicap annoncée pour ce mois-ci mais dont la date n'est toujours pas fixée.

Lundi 3 juin - Allocations - Réforme des minima sociaux.
Le Gouvernement lance la concertation préalable à la réforme des minima sociaux versés à près de 7 millions de personnes. S'il semble acquis que le Revenu de Solidarité Active, la Prime d'Activité et les allocations logement (APL, ALF, ALS) seront fusionnés dans un unique Revenu Universel d'Activité, il pourrait également englober l'aide aux chômeurs en fin de droits (ASS), le minimum vieillesse (ASPA) et l'Allocation Adulte Handicapé. L'intégration de ces minima sociaux résultera, selon les ministres concernés, du travail de concertation avec les associations et professionnels puis la population durant l'automne via une plateforme web. Si elle aboutit, cette réforme voulue par le Président de la République pour rationaliser les aides sociales (qui coûtent selon sa fameuse expression de juin 2018 "un pognon de dingue") sera traduite l'an prochain dans une loi applicable après l'élection présidentielle de mai 2022. On sait déjà que le futur Revenu Universel d'Activité entrainera l'obligation pour les bénéficiaires de rechercher activement un emploi et pourrait être suspendu en cas de refus de deux offres "raisonnables" même si elles ne correspondent pas au métier recherché. Au moment de sa mise en oeuvre, le RUA ne s'appliquerait aux bénéficiaires des minima sociaux qu'au fil du changement de leur situation.

 

 

Lundi 3 juin - Culture/Surdité - Voix Vives à Sète.
Sur le thème "la poésie chemin de paix", le festival Voix Vives aura lieu à Sète (Hérault) du 19 au 27 juillet. Entre autres événements dont des lectures en barque ou en hamac et des spectacles en soirée, il proposera des rencontres poétiques en langue des signes sous forme de lectures quotidiennes "pour lesquelles les textes des poètes invités sont traduits grâce à la collaboration des associations Arts Résonances et Des'L." Ces lecture parlées/signées présentées par Brigitte Baumié seront ouvertes à tous les publics.

Samedi 1er juin - Sports - Haltérophile suspendu pour dopage.

L'haltérophile français Rafik Arabat est déchu de son titre de champion d'Europe et suspendu de toute compétition pour neuf mois par le Comité International Paralympique (IPC). Un diurétique considéré dopant a été identifié lors du contrôle urinaire effectué quelques semaines après ce championnat d'Europe qui s'est déroulé à Berck-sur-Mer (Pas-de-Calais) en avril 2018. La suspension courant depuis le contrôle du 28 mai 2018, Rafik Arabat peut reprendre la compétition mais l'ensemble des points, médailles et résultats acquis jusqu'au 27 février 2019 lui sont retirés. Le Comité International Paralympique précise que "Rafik Arabat est le seul athlète français à avoir jamais été suspendu par l'IPC".

 

 

Samedi 1er juin - Les initiatives de la semaine.
Les futurs spectateurs handicapés du Festival du bout du monde qui se déroulera début août sur la presqu'ile de Crozon (Finistère) disposeront de services adaptés. Accueil adapté également pour les spectateurs en fauteuil roulant des 24 heures du Mans (Sarthe) pour le week-end des 15 et 16 juin, avec plateforme réservée au-dessus des paddocks ou en bas des tribunes. La bibliothèque sonore de Belfort propose aux jeunes dyslexiques près de 2.000 livres parlés. Un bailleur social de Compiègne (Oise) propose à tous ses locataires des ateliers de bricolage, le prêt de matériel et des aides aux travaux d'entretien. Au Havre (Seine-Maritime), le théâtre Le Volcan organise des ateliers de création musicale pour personnes déficientes visuelles. Le propriétaire d'un vieux gréement l'a adapté pour que des passagers handicapés participent aux sorties en mer et accèdent à son bar lorsqu'il est à quai à Concarneau (Finistère).

 

>> Actualités précédentes



| ACCUEIL | MÉL | NEWS | ESPACES | VIE PRATIQUE | TRIBUS | NEWSLETTER | EMPLOI | ARCHIVES |


| ISSN 1777-5191 | Informations légales | Plan du site |

© Yanous! 2019. Reproduction et diffusion interdites sans autorisation.


Fin de page