L'actualité française du handicap.
 
Mars 2018.


 

Samedi 31 mars - Administration - MDPH 59 fermée.
La Maison Départementale des Personnes handicapées du Nord fermera à nouveau son accueil du public, toute la semaine du 10 avril cette fois-ci. Sa direction invoque 7.000 dossiers en attente d'enregistrement, des délais de traitement en augmentation, des problèmes informatiques, une progression de 7% des demandes en 2017. Pendant cette semaine de fermeture, les agents se concentreront sur le rattrapage du retard.

Vendredi 30 mars - Les ratés de la compensation.

Les recettes de la troisième Run'Access organisée dans les Vosges vont aider deux associations créées par des parents pour financer les aides techniques et aménagements indispensables à leurs enfants. A Lannion (Côtes d'Armor), la réussite scolaire d'un lycéen autiste épris de théâtre est suspendue au bon vouloir de l'établissement quant aux adaptations préconisées par une intervenante comportementale. A Abbeville (Somme), les collégiens handicapés sont trop nombreux au collège Ponthieu, et doivent attendre en classe ordinaire qu'une place dans l'Unité Localisé pour l'Inclusion Scolaire se libère pour disposer de conditions adaptées d'enseignement. En Vendée, la MDPH finance l'aménagement de la chambre et de la salle de bains d'un enfant polyhandicapé... mais pas l'élévateur fauteuil indispensable pour la rejoindre.

Vendredi 30 mars - Sports/Finances - Première alerte pour Paris 2024.

"L'État veillera au respect des engagements de la France dans le cadre des enveloppes budgétaires prévues". Le titre du communiqué publié par les ministres des Sports, de la Cohésion des territoires et des Finances claque comme un avertissement quant aux dépassements budgétaires et à l'impréparation des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024. Ils tirent les enseignements d'un rapport d'audit faisant état de risques techniques "tenant tout particulièrement à la nature de certains sols; juridiques, en raison de l'enchevêtrement de certaines compétences; budgétaires, liés à certaines dépenses initialement sous-évaluées ou à des recettes surestimées." Le risque financier est actuellement évalué à 500 millions d'euros, concernant la construction des villages olympique et des médias, et du complexe aquatique de Saint-Denis. Les propositions formulées consistent essentiellement à réduire l'implantation des installations à construire en maintenant des bâtiments promis à la destruction avec relogement des personnes ou activités, resserrer la gouvernance et abandonner certains projets annexes.

Jeudi 29 mars - La perle de la semaine.

"Ma plus grande déception concerne les personnes handicapées. Cette rénovation aurait dû prévoir la mise aux normes de la station en termes d'accessibilité." Ainsi s'exprime l'ancienne présidente du Comité des usagers la ligne 13 du métro parisien, Sonia Gomar, en parlant de la station Basilique Saint-Denis rénovée. Elle tire ainsi les conséquences de la politique de la RATP qui a lancé un vaste programme de rénovation des 300 stations du métro mais sans inclure leur mise en accessibilité aux clients handicapés moteurs ou à mobilité réduite. Et relève que "cette rénovation n'arrange rien à l'enfer quotidien qu'est la ligne 13 pour tous ses usagers, qu'on continue de transporter comme du bétail, dans des trains toujours aussi bondés." Lire aussi ce Flop.

Mercredi 28 mars - Emploi - Arnaques handicap.

Des escrocs utilisent le site web de Pole Emploi pour duper des demandeurs, comme le relate dans L'Est Républicain une dame qui a failli tomber dans le panneau. Auxiliaire de vie, elle s'était vue proposer de s'occuper d'une personne handicapée par un pseudo employeur qui lui versait même une avance destinée à ce qu'elle achète un fauteuil roulant livré au domicile de la personne dont elle était censée prendre soin. L'arnaque réside dans le chèque sans provision adressé à la future employée qui aurait, elle, payé de sa poche un matériel livré à l'escroc. Pole Emploi répertorie d'ailleurs d'autres arnaques montées par des escrocs sans scrupule, prêts à abuser des demandeurs d'emploi trop naïfs.

Mercredi 28 mars - Accessibilité/Manifestation - Grenoble supprime les feux.

La suppression de feux tricolores par la municipalité grenobloise suscite la protestation d'associations de personnes handicapées. Elles constatent que les traversées de rues deviennent hasardeuses voire impossibles, obligeant à faire un détour ou à renoncer à se déplacer. Les personnes aveugles ou malvoyantes ne peuvent plus traverser en sécurité, au moment où les véhicules sont arrêtés par le rouge, et les personnes handicapées motrices doivent, pour leur part, compter sur la volonté des conducteurs de s'arrêter lorsqu'elles manifestent l'intention de traverser. La suppression de feux tricolores sur des carrefours est déployée dans plusieurs villes de France pour fluidifier la circulation, généralement sans concertation.

Mardi 27 mars - Education - Scolarisation obligatoire dès 3 ans.

Le Président de la République, Emmanuel Macron, a annoncé, lors des Assises de l'école maternelle, que les enfants seraient scolarisés dès leurs 3 ans par l'abaissement de l'âge de scolarisation obligatoire. Déjà très répandue, l'entrée en école maternelle des petits enfants est pourtant légalement facultative. La nouvelle règle, applicable à la rentrée 2019, nécessitera une modification législative et le dégagement de moyens supplémentaires pour accueillir les petits enfants handicapés. Nombreuses sont encore les Maisons Départementales des Personnes Handicapées qui refusent d'accorder, lors de leur entrée en maternelle, du personnel d'accompagnement scolaire aux enfants handicapés, et rares dans ces écoles les Unités Localisées pour l'Inclusion Scolaire (lire Les ratés de la compensation des 9 mars, 16 et 2 février 2018).

Lundi 26 mars - Surdité - Congrès mondial des Sourds.

Le 18e congrès de la Fédération mondiale des Sourds se déroulera à Paris du 23 au 27 juillet 2019. Il aura comme thème "Le droit à la langue des signes pour tous". Un appel à communications est lancé pour alimenter les travaux des commissions du congrès, dédiées à l'éducation, à la coopération internationale et au développement, aux technologies d'accessibilité, à la santé, à l'emploi, et aux langues des signes. Les contributeurs doivent adresser un résumé de leur communication d'ici le 15 juin prochain, en anglais écrit et vidéo en langue des signes internationale.

Vendredi 23 mars - Les ratés de la compensation.

Près de Toulouse (Haute-Garonne), un septuagénaire qui se déplace en fauteuil roulant électrique ne peut quitter son appartement neuf depuis trois mois, pour cause de panne d'ascenseur sur fond de malfaçons. Dans l'Aisne, l'association Myosotis organise des actions caritatives pour aider deux enfants handicapés, l'un pour une intervention chirurgicale à l'étranger, l'autre afin de financer un tricycle motorisé. Dans le Doubs, une fillette trisomique sera bien admise en primaire à la rentrée prochaine, mais seulement avec une AVS collective d'Unité Localisée d'Inclusion Scolaire de 12 élèves, ce qui effraie sa mère. Dans le Bas-Rhin, la MDPH estime que la reconnaissance des visages de la caméra Orcam MyEye est un luxe pour les personnes aveugles, relate une utilisatrice.

Vendredi 23 mars - Institutions/Emploi - Garantie de ressources en ESAT.

Un décret publié au Journal Officiel annule à compter du 1er janvier l'effet négatif sur la rémunération garantie aux travailleurs handicapés accueillis dans les Etablissements et Services d'Aide par le Travail de la majoration de la Contribution Sociale Généralisée. Introduite dans la loi de finances pour 2018, cette augmentation s'applique aux travailleurs d'ESAT mais le Gouvernement avait, sous la pression des associations gestionnaires, finalement décidé d'en neutraliser les effets. La méthode retenue par le décret consiste à augmenter de 0,7 point le pourcentage du Salaire minimum qui sert à calculer la rémunération des travailleurs en ESAT.

Jeudi 22 mars - Associations/Justice - L'APF perd contre Odile Maurin.

L'Association des Paralysés de France sera bien jugée à Toulouse pour avoir exclu en décembre 2015 l'une de ses militantes les plus actives, Odile Maurin (lire cette enquête). Le Conseil d'Administration avait utilisé une facilité statutaire, le retrait de la qualité d'adhérent, (procédure appliquée à l'encontre de l'administrateur Didier Faivre d'Arcier pendant l'été 2007) pour écarter la représentante départementale élue par les adhérents de Haute-Garonne et qui prônait la séparation des activités gestionnaires et de défense, ainsi qu'un débat interne réellement démocratique. Odile Maurin avait été contrainte de saisir la justice pour faire annuler cet oukase mais voulait se défendre dans le territoire où elle militait, et pas auprès d'un tribunal du siège parisien de l'APF. Après la Cour d'Appel de Toulouse, la Cour de Cassation lui a donné raison, considérant qu'un adhérent pouvait saisir le tribunal du territoire dans lequel il milite et est élu par les membres, et ajoutant qu'une grande partie des faits imputés à Odile Maurin résultait de son action territoriale. Cet arrêt de la plus haute cour civile est appelé à faire jurisprudence.

Mercredi 21 mars - Société - Femmes handicapées oubliées.

Le projet de loi renforçant la lutte contre les violences sexuelles et sexistes ne contient aucune disposition concernant celles infligées aux femmes du fait de leur handicap. Ce texte repousse notamment à 30 ans le délai de prescription d'un viol et fixe à 15 ans l'âge en dessous duquel un acte de pénétration ne peut être réputé consenti. A l'exception du rappel des dispositions en matière de discrimination, l'étude d'impact annexée au projet de loi n'évoque pas le handicap. Enfin, aucune fiche diagnostic handicap n'est annexée au texte malgré la demande du Premier ministre de prévoir un volet handicap dans chaque action ministérielle qui le nécessite (lire l'actualité du 4 novembre 2017). Lire aussi cet article en Espace Femmes.

Mercredi 21 mars - Transports - Thello rénove ses trains.

L'unique opérateur de droit privé concurrençant la SNCF sur grandes lignes, Thello, a présenté le programme de rénovation de ses trains effectuant des liaisons entre des grandes villes françaises et italiennes. Le train de nuit Paris-Venise ne dispose toujours pas d'accessibilité et les voyageurs en fauteuil roulant ne peuvent l'emprunter. Le train de jour Marseille-Milan comporte dans l'une des voitures de 2e classe un compartiment ouvert sur le couloir, pour que deux personnes voyagent en restant sur leur fauteuil, sans siège ni possibilité de se transférer. Il n'est pas proposé de service à la place, ni de palliatif à l'inaccessibilité de la voiture bar. Un tarif réduit, non compensé par l'État, est accordé à un accompagnateur sur "justificatif officiel attestant la mobilité réduite".

Mardi 20 mars - Éducation - Parcoursup contesté.

Deux mois après l'ouverture de Parcousup (lire l'actualité du 15 janvier) et quelques jours après la clôture des inscriptions, plusieurs articles de presse contraignent les ministères de l'Education nationale et de l'enseignement supérieur, ainsi que le secrétariat d'État aux Personnes handicapées à communiquer. Ils affirment que les lycéens handicapés qui n'obtiendraient pas une place satisfaisante en première année d'études supérieures pourront saisir le Recteur de leur académie aux fins de "demander le réexamen de leur situation et d'obtenir, par décision du recteur, une affectation dans la formation de leur choix, compatible avec leurs besoins". Des équipes spécifiques devraient, dans chaque académie, faire le lien entre les candidats et les établissements universitaires. Rappelons que Parcoursup a été élaboré dans la précipitation pour remplacer la défaillante Admission Post Bac, en oubliant l'information spécifique et l'accessibilité de la plateforme web des lycées handicapés. La première lacune a été comblée la semaine dernière (lire ci-dessous au 13 mars), la seconde ne devrait l'être qu'en 2019 (lire l'actualité du 17 février). De plus, la loi qui règle l'inscription aux études supérieures n'a été adoptée qu'après le lancement de Parcoursup et son texte initial ne comportait aucune disposition pour les candidats handicapés, des mesures particulières ayant été introduites par amendement lors du débat parlementaire (lire l'actualité du 24 janvier), une pratique permettant d'éviter de concerter au préalable. Lire aussi cet Éditorial.

Lundi 19 mars - Transports - 20 millions pour les tarifs sociaux.

Le cabinet de la ministre des Transports, Elisabeth Borne, a finalement communiqué le montant compensé par l'État à la SNCF au titre des tarifs sociaux (lire ci-dessous l'actualité du 14 mars 2018). Elle s'élevait à 25,7 millions d'euros en 2017 et la loi de finances pour 2018 inscrit 19,7 millions. En 2008, le Gouvernement avait envisagé de réformer ces tarifs sociaux mais avait rapidement renoncé face aux protestations; en 2009 et 2010, l'État les compensait alors à hauteur de 73,13 millions, dotation diminuée au fil des années et désormais réduite des deux tiers. Ce forfait global couvre les tarifs sociaux destinés aux familles nombreuses, abonnements de travail, scolaire, universitaire et apprentissage, congés payés et accompagnateurs de personnes handicapées civiles. "Dans le cadre de l'ouverture prochaine à la concurrence des transports domestiques de voyageurs, précise le cabinet de la ministre, les modalités de mise en oeuvre des tarifs sociaux sont amenées à évoluer. En effet si dans la situation actuelle SNCF est chargée d'appliquer ces tarifs, cette obligation ne saurait s'appliquer à cette seule entreprise dans un marché ouvert à de nouveaux opérateurs. C'est l'objet des adaptations qu'il convient d'apporter dans le cadre de la réforme, qui donne actuellement lieu à des concertations avec l'ensemble des parties prenantes." Des tarifs spécifiques devront donc être proposés aux voyageurs handicapés accompagnés par d'éventuelles entreprises intervenant dans les gares dans le cadre de la mise en concurrence des chemins de fer français.

 

 

Dimanche 18 mars - Sports - Fin des paralympiques d'hiver.
L'équipe de France qui a participé aux Jeux Paralympiques d'hiver de Pyeongchang (Corée du Sud) clos aujourd'hui se classe au 4e rang des 49 nations participantes, avec 20 médailles dont 7 en or, 8 en argent et 5 de bronze. Marie Bochet en est la grande triomphatrice, avec quatre titres olympiques en ski alpin debout (Descente, Super-G, Slalom géant et Slalom), suivie par Benjamin Daviet (2 médailles d'or et 1 d'argent en ski nordique, 1 d'or en cross country et 1 d'argent en relais). Les États-Unis terminent en tête avec 36 récompenses, suivis des Russes repêchés dans une équipe "apatride" (24 médailles) et le Canada (28 médailles).

Samedi 17 mars - Discrimination - Le handicap en tête.

Dans son avis relatif à la simplification du parcours administratif, le Défenseur des Droits révèle que le handicap est devenu en 2017 le premier motif de saisine de cette autorité administrative indépendante, représentant 22% des demandes. Jusqu'alors, les discriminations liées à l'origine/race/ethnie (classification du Défenseur des Droits) tenaient la première place. On doit voir dans la progression des discriminations liées au handicap le résultat des politiques publiques de ces derniers mois qui ont accentué les obstacles en matière d'accès au cadre bâti, aux transports mais également à l'emploi et la formation professionnelle. Si l'on ajoute les discriminations liées à l'état de santé, on atteint le tiers des réclamations, ce qui confirme le phénomène de progression de l'exclusion sociale des personnes les plus vulnérables. L'avis évoque notamment les inégalités territoriales entre Maisons Départementales des Personnes Handicapées dans les réponses apportées aux demandes, et le respect variable selon les collectivités et administrations des dispositions législatives et réglementaires. Démentant les discours des ministres qui ont décidé de l'élaboration et mise en oeuvre de la Carte Mobilité Inclusion, le Défenseur des Droits fait état de réclamations de titulaires déplorant qu'elle ne soit pas reconnue dans les autres États de l'Union Européenne, confirmant ce que l'on redoutait au moment du lancement de cette carte mal conçue.

 

 

Vendredi 16 mars - Les ratés de la compensation.
L'Éducation Nationale reconduit son refus d'aménagement des épreuves du baccalauréat pour des candidats atteints de troubles Dys alors qu'ils en bénéficient au fil de leur scolarité, déplorent des parents du Finistère. Sur les rives du lac d'Annecy (Haute-Savoie), les Bouchons d'Amour ont collecté 3.200€ pour boucler le financement du fauteuil verticalisateur d'un jeune tétraparésique. Dans l'Hérault, les parents d'élèves de l'école maternelle Jean-Moulin craignent que la fermeture d'une classe entraine un sureffectif préjudiciable à l'inclusion d'enfants autistes accueillis dans la seule unité d'enseignement spécialisée du département. A Quimperlé (Finistère), une fonctionnaire à quelques mois de la retraite et dont l'invalidité liée à la polio progresse se voit refuser un logement adapté parce que ses revenus de référence sont trop élevés alors qu'ils seront probablement inférieurs au plafond exigé quand elle sera retraitée. En Ille-et-Vilaine, un enfant âgé de huit ans perd son tour pour entrer en Institut Médico-Educatif à cause de formalités à répétition, avec perte de documents ou de dossier, ce qui épuise sa mère. A Calais (Pas-de-Calais), c'est la générosité (cagnotte, diverses actions et dons) qui va permettre au petit Terence de disposer prochainement d'une salle de bains adaptée et d'un monte-escalier (lire les Ratés du 2 février).

Vendredi 16 mars - Sports - Les bleus aux Paralympiques.

L'équipe de France qui participe aux Jeux Paralympiques d'hiver de PyeongChang a battu son record de médailles des Jeux de Sotchi 2014, avec 16 breloques dont 5 en or et 7 en argent. Marie Bochet approche son record de Sotchi (quatre titres) en triomphant dans le slalom géant, le super-G et la descente, en ski alpin debout. Toujours en debout mais ski nordique, Benjamin Daviet rafle le 7,5 km sprint et le 12,5 km, et se classe second du 15 et du 20 km. Autres médailles d'argent pour Cécile Hernandez en surf debout, Arthur Bauchet en combiné et descente debout, et Frédéric François en combiné assis. Enfin 4 médailles de bronze récompensent Thomas Clarion en cross country aveugle (et son guide Antoine Bollet), Frédéric François en super-G, Cécile Hernandez en surf cross et Anthony Chalençon en biathlon aveugle (avec son guide Simon Valverde). A deux jours de la fin de la compétition, la France est 7e d'un classement dominé par les USA suivis d'une équipe "neutre" composée en fait de Russes repêchés par le Comité International Paralympique. La Russie demeure suspendue de participation aux Jeux Paralympiques pour ne pas avoir pleinement satisfait à ses obligations de lutte contre le dopage, mais l'IPC a accepté des handisportifs en conformité avec ces règles.

 

 

Jeudi 15 mars - La perle de la semaine.
Marcel Nuss n'est plus "excessivement handicapé" mais simplement "affecté d'un lourd handicap". Ce "miracle" résulte de la transcription très arrangée de l'audition de la secrétaire d'Etat aux personnes handicapées, Sophie Cluzel, par la commission des affaires sociales de l'Assemblée Nationale le 21 février dernier. Il est en effet d'usage que les personnes auditionnées prennent connaissance de la transcription de la séance et opèrent des rectifications. Or, la comparaison entre la vidéo de la séance en cause et sa version écrite présente des différences qui donnent un caractère plus professionnel et moins approximatif ou stigmatisant aux propos de Sophie Cluzel. Par exemple, "qui a les 3x8 avec lui parce qu'il est totalement dépendant" devient "s'appuie sur une équipe qui tourne sur trois plages de huit heures pour être en permanence auprès de lui" ce qui est très différent du travail en usine auquel renvoyait l'expression première d'une secrétaire d'Etat que l'on constate lectrice attentive de Yanous et des tribunes de Marcel Nuss...

Mercredi 14 mars - Transports - Réforme des tarifs sociaux ferroviaires.

C'est par ordonnances que sera prochainement réformée la tarification sociale appliquée aux billets de chemin de fer, dans le cadre de la réforme libérale de la SNCF dont le projet de loi a été présenté aujourd'hui en Conseil des Ministres. Il comporte huit articles et six ordonnances, dont l'une (article 4) "fixe des obligations de service public visant à établir des tarifs maximaux pour l'ensemble des voyageurs ou pour certaines catégories d'entre eux ainsi que leurs modalités de compensation". Elle devra également préciser "les règles en matière de vente, d'information, d'assistance, de réacheminement et d'indemnisation des voyageurs ferroviaires". Ces dispositions concernent les tarifs appliqués aux titulaires de cartes d'invalidité et l'aide aux voyageurs à mobilité réduite. Interrogé depuis plusieurs semaines, le cabinet de la ministre des Transports a refusé d'indiquer les modalités de la réforme des tarifs appliqués aux voyageurs handicapés, et le montant compensé à la SNCF par l'État.

 

 

Mardi 13 mars - Éducation - Parcoursup informe les candidats.
Une rubrique destinée aux lycéens handicapés a été ajoutée à la plateforme d'inscription aux études supérieures Parcoursup. Elle les informe de la possibilité de "faire figurer dans les rubriques 'projet de formation motivé' ou 'Éléments liés à ma scolarité' du dossier Parcoursup, tous les éléments qui leur paraissent utiles et notamment des particularités liées à leur scolarité, à leur projet de formation ou encore apporter des éléments d'information sur leur handicap." Ils ont jusqu'au 31 mars pour le faire. Ces dispositions s'appliquent également aux étudiants handicapés en réorientation. Par ailleurs, la loi du 8 mars qui officialise Parcoursup deux mois après son lancement permet aux candidats handicapés de bénéficier d'aménagements pour le parcours de remise à niveau éventuellement proposé par l'établissement universitaire auxquels ils postulent, et d'une priorité conditionnelle à un établissement spécifiquement choisi.

Mardi 13 mars - Transports - Mobi Métropole déplafonné à Marseille.

Confronté à la saturation du service de transport à la demande de personnes handicapées, Mobi Métropole, et à une protestation inter-associative (lire l'actualité du 17 février 2017), le vice-président chargé des transports et de la mobilité à la métropole Aix-Marseille Provence, Jean-Pierre Serrus, annonce un déplafonnement de l'offre : "Des mesures sont prises avec la Régie des Transports Marseillais [qui exploite Mobi Métropole] pour gérer les voyages programmés régulièrement et les autres. On essaie de trouver des solutions pour l'optimiser en fonction des besoins." Il veut faire le point fin avril sur ces besoins pour couvrir l'année, Mobi Métropole ayant atteint le plafond contractuellement défini de 150.000 transports en rythme annuel. "On déplafonne depuis 15 jours", affirme Jean-Pierre Serrus, sans préciser les moyens complémentaires qui doivent permettre de transporter tous les habitants handicapés qui font appel à Mobi Métropole. Ce service constitue le transport de substitution au réseau bus et métro inaccessibles de la seconde ville de France, mais pour les seuls résidents de la métropole. Une illégalité dont Jean-Pierre Serrus a conscience : "C'est contraire à la loi mais je ne peux pas faire autrement. Si le service n'a pas été mis en service pour les touristes et visiteurs, je ne vois pas comment faire autrement. Mobi Métropole rend un service qui a les défauts de ses avantages" conclut-il.

Mardi 13 mars - Accessibilité - Stationnement vingt fois sanctionné.

BFM TV a interviewé un automobiliste handicapé, titulaire de la nouvelle carte mobilité inclusion, qui aurait été sanctionné plus de vingt fois pour ne pas voir acquitté le stationnement alors qu'il bénéficie de la gratuité. Il impute ce phénomène à une lacune de formation des agents contrôleurs des sociétés Streeteo et Moovia qui opèrent à Paris pour le compte de la ville (lire ce Flop). Cela l'oblige à effectuer de multiples demandes d'exemption de paiement du Forfait de Post-Stationnement indu. "La mairie de Paris nie l'existence du problème, commente le reporter. Elle a déclaré que les formations seront renforcées pour les employés verbalisateurs."

Lundi 12 mars - Logement - Apartheid à Vence ?

Une résidence construite à Vence (Alpes-Maritimes), commune chic à l'ouest de Nice, comporte une accessibilité différenciée selon le statut des occupants, relate Nice-Matin. Construits à flanc de coteaux, deux immeubles contiennent des appartements en copropriété, les deux autres des logements sociaux, l'ensemble cloturé. Ces derniers disposent d'une entrée distincte avec digicode sans interphone, inaccessible en fauteuil roulant ce qui bloque dans son appartement une habitante handicapée : le seul cheminement accessible part du parking entre les immeubles, or cette locataire n'a pas de voiture. L'accès aux deux immeubles en accession à la propriété comporte, lui, une entrée avec interphone. Lors de l'installation dans les lieux, il a bien été précisé aux habitants qu'aucune différence n'était marquée entre les immeubles pourtant desservis par des entrées distinctes et un escalier extérieur inaccessible.

Vendredi 9 mars - Les ratés de la compensation.

En Seine-Saint-Denis, département sinistré en matière de qualité de scolarisation pour tous les enfants, des élèves handicapés sont laissés sans Auxiliaires de Vie Scolaire pendant plusieurs mois. A Orange (Vaucluse), un enfant autiste n'est plus scolarisé, "il est trop autiste pour avoir une vie et une scolarité normales, mais de l'autre il ne l'est pas assez pour être bien pris en charge ! ", s'insurge sa mère. Parce qu'il "faut lui laisser le temps de grandir et de mûrir", la MDPH des Côtes d'Armor refuse, sans avoir évalué ses capacités, d'accorder un accompagnement scolaire à une enfant trisomique en petite section de maternelle, et de l'orienter vers un Institut Médico-Educatif parce que c'est "prématuré" dans un secteur où la liste d'attente varie de 5 à 9 ans selon les établissements. A Laon (Aisne), ce sont les Bouchons d'Amour qui complètent le financement du nouveau fauteuil roulant d'une adolescente tétraplégique. A Saint-Avold (Moselle), Valentin du haut de ses 18 ans voudrait être libre comme l'air mais une arthrogrypose le paralyse d'autant plus que la MDPH réduit les aides dont il a besoin.

Vendredi 9 mars - Administration - 7.000 contributions.

La consultation publique de la mission Egalité Handicap qui s'est achevée hier (lire l'actualité du 6 février) a recueilli 6.868 contributions et 3220 votes. Près de la moitié porte sur l'annonce et la reconnaissance du handicap. Le traitement de ces contributions doit alimenter la mission de simplification administrative Taquet-Serres dont les propositions devraient nourrir la Conférence Nationale du Handicap de juin prochain. Il semble toutefois, selon plusieurs dirigeants associatifs, que le processus de concertation en vue de la préparation de cette conférence ne soit pas engagé.

Jeudi 8 mars - La perle de la semaine.

Pour ne pas porter le chapeau du refus d'aider les aidants, la majorité La République en Marche a voté à l'Assemblée Nationale une motion de renvoi en commission d'une proposition de loi pour une reconnaissance sociale des aidants. Défendue par le député communiste Pierre Dharréville, elle visait à donner un véritable statut aux aidants familiaux d'une personne handicapée ou malade, ainsi qu'une rémunération minimale. Actuellement, une personne qui suspend son activité professionnelle pour s'occuper d'un parent invalide ou gravement malade n'est rémunérée que dans le cadre limité du don de jours de congés par ses collègues de travail ou par l'Allocation journalière de présence parentale pour les parents s'occupant d'un enfant handicapé pendant un maximum de 310 jours.

Jeudi 8 mars - Handicap Mental/Politique - Les Républicains "scandalisés".

La secrétaire d'État aux personnes handicapées, Sophie Cluzel, a réuni hier les députés La République en Marche (LREM) membres du groupe d'études Autisme constitué par l'Assemblée Nationale (lire l'actualité du 8 janvier). Ils ont été informés de l'élaboration du 4e plan Autisme et ont fait part de leurs réflexions sur ce sujet. Toutefois, cette invitation sélective rompt avec la pratique : "On a été surpris, et même scandalisé que madame Cluzel n'ait réuni que les députés En marche, déplore Patrick Hetzel au nom du groupe Les Républicains. C'est assez inhabituel de voir un traitement partisan de la part d'un membre du gouvernement. Alors que les groupes d'études ont pour objectif de mener un travail au-delà des clivages partisans." Co-président de ce groupe de travail, Daniel Fasquelle (Les Républicains - Pas-de-Calais) a également tweeté sa réprobation : "Pourquoi la ministre Cluzel a-t-elle réuni les seuls députés En Marche du groupe d'étude autisme ce mercredi matin au ministère ? Triste de voir que le gouvernement divise et fait de la politique sur ce sujet autour duquel on doit se rassembler." Lire aussi cet Éditorial.

Jeudi 8 mars - Transports/Handicap Moteur - Emirates oublie un fauteuil.

Le champion palois de paratriathlon Ahmed Andaloussi se rappellera son séjour en Nouvelle-Zélande : d'abord parce qu'il a remporté le semi Ironman d'Auckland en catégorie fauteuil, ensuite parce qu'il est qualifié pour celui d'Hawaï, et enfin parce qu'à son retour en Europe via Londres, la compagnie aérienne Emirates a égaré ses bagages et son fauteuil roulant. Il affirme avoir été laissé en plan par la compagnie à l'escale londonienne mardi, son entraineur et son épouse devant seuls prendre le relais, sans fauteuil de prêt, le temps de trouver un vol pour Toulouse. En effet, le vol intercontinental a décollé avec cinq heures de retard, empêchant le trio de prendre le vol prévu. Deux jours après son retour, il attendait toujours des nouvelles de son fauteuil roulant qu'Emirates était encore incapable de localiser...

Mercredi 7 mars - Justice/Cécité - Prison avec sursis pour violences.

Un quinquagénaire qui a tabassé un passant aveugle hier matin a été condamné en comparution immédiate à deux mois de prison avec sursis par le Tribunal Correctionnel de Paris. Alors qu'il déambulait boulevard Murat, dans le 16e arrondissement, avec son yorkshire en laisse, il avait reproché au chien guide d'un aveugle d'avoir aboyé sur son "quiqui", puis avait frappé son maitre, brisant lunettes et canne blanche ! La police a interpellé l'agresseur, fortement aviné, puis l'a déféré à la justice qui l'a condamné dans la foulée.

Mercredi 7 mars - L'autre perle de la semaine.

"Oui, 70 % des femmes handicapées sont victimes de violences !" a asséné à l'Assemblée Nationale la secrétaire d'Etat aux personnes handicapées, Sophie Cluzel. Elle répondait ainsi à une question orale de la députée LREM du Val-de-Marne, Albane Gaillot. L'Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques (INSEE) estimait, en 2007, à 5,2 millions le nombre de femmes handicapées. Si l'on doit croire Sophie Cluzel, plus 3,6 millions d'entre elles ont été victimes de violences, ce que les statistiques de la délinquance ne reflètent pas. Mais la secrétaire d'Etat a toutefois reconnu une méconnaissance de ce phénomène "car nous avons très peu de connaissances aujourd'hui. Je veux mettre en place une base de données sécurisée, partagée avec les associations locales, lesquelles font un travail remarquable en accompagnant ces femmes victimes de violences, intégrant un item handicap pour permettre au numéro 3919 de bien mieux orienter les femmes." Ce numéro avait reçu en 2012 (lire cet article) moins de 200 appels de femmes handicapées.

Mercredi 7 mars - Accessibilité/Transports - Paris escroquée.

Des agents contrôleurs du stationnement payant de la société Streeteo, créée à cet effet par Indigo filiale de la multinationale Vinci, sont accusés d'avoir trompé la ville de Paris. A la demande de leur hiérarchie, ils gonflaient le nombre de véhicules contrôlés en utilisant un véhicule avec Lecture Automatique de Plaques d'Immatriculation (LAPI) pour enregistrer des numéros, puis exemptaient du forfait de post-stationnement les voitures qui n'avaient pas été sanctionnées "manuellement". Parmi les motifs d'exemption figuraient notamment "PMR", pour les véhicules arborant une carte de stationnement, ce qui a fait littéralement exploser le nombre d'usagers handicapés, 4.000 par jour ! Cet excès de zèle résulte de l'obligation contractuelle d'effectuer un minimum de 50.000 contrôles par jour, ce que les agents ne peuvent physiquement réaliser véhicule après véhicule, d'où cette tentative de gonfler les chiffres. La ville de Paris affirme que ces errements ont pris fin après le 22 février, et qu'aucun usager n'aurait été lésé. Si Streeteo rejette la faute sur des employés, l'un d'eux, démissionnaire, a dénoncé publiquement une pratique instituée par la hiérarchie. Cette société qui opère sur une partie du territoire parisien poursuit son activité : la municipalité n'a pas dénoncé le marché concédé et simplement infligé une pénalité de 60.000€.

Mardi 6 mars - Handicap Mental - Pour un plan Autisme réussi.

Sésame Autisme, Autisme France et l'Unapei rappellent dans une lettre ouverte au Gouvernement les actions qu'elles estiment indispensables pour que le 4e plan Autisme ne déçoive pas les personnes concernées. Elles demandent que ces actions s'appuient sur les recommandations de bonnes pratiques concernant les troubles du spectre de l'autisme publiées récemment par la Haute Autorité de Santé, une gouvernance forte, et reposent sur une "politique volontariste de réforme des formations [et de] faire de la politique du repérage, du diagnostic et des interventions précoces des jeunes enfants, quel que soit l'âge, un objectif majeur, conditionné à la politique de formation des équipes médicales et pluridisciplinaires." Ces trois associations insistent sur l'élaboration de "parcours de vie aux personnes autistes et à leurs familles conformes à leurs besoins, à leurs souhaits et à leurs droits, le plus possible en milieu ordinaire, en particulier pour la scolarisation et l'emploi" et l'urgence d'agir auprès des adultes, "grands oubliés des plans autisme successifs". Lire aussi cet Éditorial.

 

 

Lundi 5 mars - Loisirs - Perfect World tome 6.
Le jeune architecte paraplégique Ayukawa a refusé le projet de construire une maison adaptée pour Kaede, jeune femme paralysée du fait d'une maladie qui ne lui laisse que peu d'années à vivre, et son compagnon, Keigo, cuisinier qui rêve d'ouvrir son propre restaurant. L'ex petite amie d'Ayukawa, Tsugumi Kawana, n'accepte pas ce refus et décide de le convaincre de s'engager au risque de remettre en cause le nouvel équilibre qu'elle a trouvé... Dans ce nouveau tome de la manga Perfect World (lire l'actualité du 24 octobre 2017), Rie Aruga confronte ses personnages à leur appréhension de l'avenir, leur difficulté de vivre leurs désirs et de réaliser leurs rêves, alors qu'une simple péripétie peut tout faire basculer. Perfect World tome 6, par Rie Aruga, éditions Akata, 6,95€ en librairies. Le 7e tome devrait paraître en juillet prochain.

Vendredi 2 mars - Justice - Ivrogne récidiviste violent à Lorient.

Le Tribunal Correctionnel de Lorient (Morbihan) vient d'infliger à un Lorientais pas encore quadragénaire sa dixième condamnation pour ivrognerie sur la voie publique... et sa trentième tous délits confondus. Il était jugé pour avoir, le 12 mai 2017, violemment giflé sans raison une femme handicapée âgée de 67 ans alors qu'il descendait fin saoul d'un autobus, bouteille de vodka en main. Arrêté par des policiers, il a été incarcéré et poursuivra pendant huit mois son séjour en prison puisqu'il y résidait déjà, pour d'autres fait de violences. Il devra également indemniser sa victime handicapée à hauteur de 650€.

 

 

Vendredi 2 mars - Les ratés de la compensation.
En Seine-Maritime, l'association Tous pour Henzo multiplie les actions de solidarité, dont un spectacle de magicien, afin de financer l'adaptation de la maison pour ce garçonnet infirme moteur cérébral, et des matériels non pris en charge. Dans l'Ain, la mère d'un enfant handicapé a manifesté dans un froid glacial, en compagnie de son fils atteint de trois maladies orphelines, contre la décision de la MDPH d'abaisser l'allocation d'éducation de l'enfant handicapé dont elle s'occupe à temps-plein. Dans le Rhône, un élève handicapé moteur de Vaulx-en-Velin s'est retrouvé interdit de sortie à la neige parce que l'autocar utilisé n'était pas accessible et le minibus adapté pas équipé pour les routes hivernales.

 

 

Jeudi 1er mars - Loisirs/Cécité - Marius de l'audiodescription.
La Confédération Française pour la promotion sociale des aveugles et amblyopes (CFPSAA) a remis le premier Marius de l'audiodescription au film Petit paysan, réalisé par Hubert Charuel en 2017 et audiodécrit par Morgan Renault pour Titra Film. Un jury de cinéastes aveugles a visionné les sept films sélectionnés pour les Césars 2018, qui se sont tous avérés audiodécrits à la grande surprise des organisateurs. Au Revoir Là-Haut, d'Albert Dupontel, et 120 battements par minute, de Robin Campillo, se sont classés 2e et 3e des sept films par ailleurs sélectionnés pour le César du meilleur film décerné demain par l'Académie des Arts et Techniques du Cinéma. Les initiateurs du Marius de l'audiodescription espèrent d'ailleurs convaincre cette académie d'en faire un César technique lors de ses prochaines éditions.

 

 

Jeudi 1er mars - Loisirs - La FOP racontée aux enfants.
Dysplasia est une méchante sorcière qui lance des sorts aux enfants pour qu'ils se statufient progressivement. Mais Prince, le petit frère intrépide de Princesse, ne veut pas que sa soeur devienne une statue et part combattre Dysplasia... Dans cette histoire, Caroline Pistinier sensibilise les petits en texte et images à la lutte contre une maladie invalidante, la Fibrodysplasie Ossifiante Progressive (FOP) plus communément nommée "maladie de l'homme de pierre" : les articulations se rigidifient lentement, réduisant la mobilité et l'espérance de vie. Au fil des pages d'une histoire optimiste à lire en famille pour bien en faire comprendre la portée aux petits lecteurs, l'auteure raconte cette maladie et le seul moyen de la combattre, la recherche médicale. La prophétie de Dysplasia, texte et dessins de Caroline Pistinier, éditions Kaléidoscope, 13€ en librairies.

 

>> Actualités précédentes



| ACCUEIL | MÉL | NEWS | ESPACES | VIE PRATIQUE | TRIBUS | NEWSLETTER | EMPLOI | ARCHIVES |


| ISSN 1777-5191 | Informations légales | Plan du site |

© Yanous! 2018. Reproduction et diffusion interdites sans autorisation.


Fin de page