Grand port français à proximité des côtes anglaises, Dunkerque a connu du fait de cette situation une histoire mouvementée, parfois tragique. Depuis sa fondation peu avant l’an mil, l’église de la dune selon son étymologie a été possession flamande, anglaise, espagnole puis finalement française depuis son rachat au roi d’Angleterre en 1662 par Louis XIV. Son architecte militaire, Vauban, y créa le plus important port de guerre du royaume, dont ne subsistent que des fragments de fortifications.

Diorama de l'opération Dynamo au musée Dunkerque 1940

Remanié régulièrement, le port vécut l’épisode tragique de l’évacuation en mai-juin 1940 des troupes anglaises et d’une partie de l’armée française encerclées par l’envahisseur allemand : cette opération Dynamo est retracée au musée Dunkerque 1940 installé dans la courtine du bastion 32 rescapée des destructions et réaménagements. Ses vastes espaces présentent le contexte de la guerre éclair, les hommes et matériels en présence, des équipements, véhicules, armes, uniformes, etc. Quelques dioramas spectaculaires montrent la rudesse des conditions d’évacuation des soldats sous les bombes et la mitraille des avions allemands, et l’état de la ville. Il faut prendre le temps de voir le film de 12 minutes qui rappelle ces événements, sans sous-titrage sourds et malentendants malheureusement ; en attendant la création d’un audioguide, les personnes aveugles ou malvoyantes peuvent demander une visite personnalisée en prévenant.

Un port à découvrir

Le Port center de Dunkerque ©Yanous.com

Le port se découvre également dans un musée Portuaire que nous avons présenté en 2011, mais également au Port center (accès par le musée portuaire.) Cet outil pédagogique s’inscrit dans un label et réseau international, dont les ports d’Anvers et du Havre. Celui de Dunkerque présente l’évolution de l’activité portuaire et du trafic, son histoire depuis le hameau de pêcheurs de l’an 800 jusqu’aux développements les plus récents d’un port de commerce diversifié, traitant céréales, produits frais, énergie, sidérurgie, etc. L’ensemble dans une approche ludique favorisant l’image et les manipulations d’objets animés. Le Port center propose également des visites en bus accessible d’installations portuaires et d’industries locales.

La halle aux sucres

L’une, la Halle aux sucres jadis consacrée au stockage, est devenue un lieu dédié au développement durable, alliant ateliers pédagogiques, exposition, bureaux, mais dont l’accès en fauteuil roulant est un peu compliqué ; sa terrasse belvédère ouverte au public offre un panorama saisissant sur la ville, les darses, les industries, la mer…

Patrimoine et art contemporain

L'hôtel de ville de Dunkerque ©Yanous.com

On se déplace aisément à Dunkerque, à pied, en fauteuil et en bus ; tous sont accessibles, navettes comprises, et gratuits pour tous. La ville est plate, avec des rues à larges trottoirs ou piétonnes, la déambulation s’avère agréable. Bien que détruite en grande partie en mai-juin 1940, la ville a conservé quelques bâtiments patrimoniaux, telle la haute tour octogonale du Leughenaer (menteur) de 1409 qui en est l’édifice le plus ancien, l’hôtel de ville construit en 1901 par l’architecte de la Bourse de commerce de Lille, Louis Marie Cordonnier, et dont les statues honorent Louis XIV (il aurait dépensé plus d’argent pour la ville que pour « son » château de Versailles) et des personnages de l’histoire locale.

Statue de Jean Bart ©Yanous.com

Mais pas le corsaire Jean Bart, dont la statue monumentale érigée 215 ans après sa naissance orne la proche place éponyme ; en scrutant sa joue gauche, vous verrez la balle qui l’a traversée. Et si la tour beffroi Saint-Éloi est séparée, par une rue, de la nef de son église, ce n’est pas du fait de destruction guerrières mais de l’abandon de la construction de ladite nef où reposent les restes de Jean Bart. Les séquelles architecturales de la seconde guerre mondiale consistent en un quartier d’immeubles de reconstruction à parement de briques et des rues à angle droit. Ainsi que l’implantation de la porte de l’arsenal du XVIIe siècle déplacée ici.

En bordure ouest du coeur historique, c’est une immersion dans l’art contemporain que proposent le Lieu d’Art et d’Action Contemporaine (Laac), que l’on présentait dans ce panorama culturel régional en 2012, et le Fonds Régional d’Art Contemporain Grand Large installé, lui, dans un vaste bâtiment de bord de mer. Conçu par les architectes Lacaton et Vassal pour compléter celui des chantiers navals désormais affecté à l’exposition de grandes oeuvres spectaculaires, il est ouvert depuis 2013 et offre à tous un sublime panorama sur la mer et la ville depuis le dernier étage. Les amateurs d’art handicapés y trouveront des oeuvres diversifiées au fil d’expositions temporaires, ainsi qu’un livret Facile à lire et comprendre, un audioguide descriptif, des supports tactiles de perception du bâtiment, des vidéos sous-titrées, des visites en Langue des Signes Français réalisées par Accessourds, un fauteuil roulant et des cannes-sièges en prêt.

Malo-les-Bains depuis le FRAC Grand Large ©Yanous.com

Il faudra toutefois attendre la fin de sa rénovation, en juin prochain, pour profiter de la belle passerelle piétonne qui relie le FRAC à Malo-les-Bains et son bord de mer le long d’une promenade qui annonce celles des villes de la toute proche côte belge : une large et infiniment longue plage de sable fin bordée d’une vaste allée bétonnée longeant une succession ininterrompue d’immeubles d’habitation de tous styles, bâtis depuis la fin du XIXe siècle. Quelques maisons ont conservé leur ornementation historiciste, éclectique, Arts Nouveau et Déco, entre des immeubles plus ordinaires. Il est aisé de descendre sur la plage, et d’oser s’y baigner l’été quand les installations handiplage sont de sortie, dans une ambiance familiale et populaire. On peut aussi profiter des nombreux cafés et restaurants en terrasse, y compris en voiture, les nombreux stationnements réservés étant répartis tout le long.

Et hors de Dunkerque ?

Particularité de cette marque Destination pour Tous attribuée pour 5 ans par l’État le 11 mars 2021, elle couvre l’ensemble du territoire de la communauté urbaine dunkerquoise, et quelques propositions attrayantes.

Choeur de lumière de l'église de Bourbourg ©Yanous.com

Parmi elles, l’église de Bourbourg et son « choeur de lumière » qui fait entrer dans notre époque ce lieu de culte romano-gothique très abîmé pendant la Seconde guerre mondiale. Voulu par le maire dans les années 90 lors de la restauration de l’édifice, le choeur expose un travail, à la fois rugueux et spirituel, du sculpteur Anthony Caro.

Le CIAC de Bourbourg ©Yanous.com

Les pièces de métal et terre cuite relatent l’histoire du territoire, l’eau, la création du monde, Adam et Eve, invitent à la méditation. Deux tours en bois sont à gravir le matin et le soir par ceux qui le peuvent, pour une élévation autant physique que spirituelle. Une paroi vitrée sépare toutefois les parties cultuelle et artistique, quelques fidèles ayant mal accepté cette création renvoyant l’homme à ses actes… La création contemporaine s’expose également au tout proche Centre Interprétation Art et Culture (CIAC), installé dans l’ancienne maison de ville et doté d’un ascenseur conduisant à la salle d’exposition ; vous pourrez, en prévenant, bénéficier d’une visite commentée ou adaptée.

Plan tactile de Gravelines ©Yanous.com

Terminons cet aperçu d’un territoire riche en activités adaptées par Gravelines, ville natale du célèbre zouave du pont de l’Alma (Paris 16e), cité fortifiée par Vauban dont une grande partie des remparts est préservée, à la différence du château dont ne subsistent que quelques vestiges telles les bases de tours de l’époque Charles Quint. La place forte a subi plusieurs sièges, et heureusement peu de dégâts pendant les deux guerres mondiales. On pourra débuter la visite par l’office de tourisme qui dispose d’une maquette tactile de la ville fortifiée présentée dans son état actuel, constituant une excellente introduction à la découverte. Aux beaux jours, l’handiplage propose ses cabines adaptées, un Tiralo, des stationnements réservés au plus près. Entre farniente et culture, vous avez de quoi faire à Dunkerque !

Laurent Lejard, mai 2022.

L’office de tourisme communautaire de Dunkerque présente les activités, hébergements, restaurants, transports et services de la vie quotidienne qui lui ont valu de recevoir la marque Destination pour Tous. L’ensemble est réuni dans le gros Guide pour se faciliter la ville, réalisé avant la crise sanitaire.

Plage de Gravelines et Tiralo ©Yanous.com
Partagez !