Flop
  La SNCF invente les trains accessibles... inaccessibles.
  L'imagination des technocrates de la SNCF pour compliquer la vie des voyageurs handicapés et leur faire préférer d'autres modes de transport ne connaît pas de limites, comme en témoignent les trains Intercités 100% éco. Expérience vécue.


 

           Depuis quelques années, la SNCF a multiplié les trains dont les billets ne sont vendus que sur Internet. Outre les TGV Ouigo, c'est le cas des Intercités 100% éco (composés en fait de vieux wagons Corail) qui empruntent des lignes traditionnelles. Les deux catégories sont accessibles aux voyageurs sur fauteuil roulant, sauf qu'en pratique les Intercités 100% éco leur sont interdits : on ne peut acheter de billets sur ces trains que sur OuiSncf comme n'importe quel voyageur valide, et si on coche la case "voyageurs handicapés" ils n'apparaissent pas !

Essayons d'effectuer un trajet Vierzon-Nantes aller-retour dans la journée du samedi 21 septembre pour suivre un événement local. D'abord via le TER Vierzon-Saint-Pierre des Corps de 8h14 puis un Intercités 100% éco pour arriver à Nantes trois heures et demie plus tard, la meilleure combinaison possible ce matin-là; retour en soirée avec des trains et durée identiques. Appel téléphonique au service Accès Plus pour s'entendre répondre par un employé qu'il ne trouve pas sur son informatique le Saint-Pierre des Corps-Nantes. On énonce donc l'horaire et le type, un Intercités 100% éco. "Les billets pour ces trains ne peuvent être achetés que sur Internet, répond l'employé, on ne les a pas sur notre informatique." Pourtant, ils sont signalés accessibles par pictogramme sur l'interface de réservation tous voyageurs. "Il faut réserver et acheter sur Internet puis recontacter Accès Plus pour qu'on mette en place l'assistance nécessaire à l'embarquement/débarquement." Simple. On reprend donc tout et on recommence : achat des billets sur OuiSncf, paiement en ligne et intégration des billets électroniques sur l'appli OuiSncf qu'il faut télécharger, puis nouvel appel auprès d'Accès Plus pour tomber sur une autre correspondante : "Je ne peux pas créer la demande d'assistance parce que je n'ai pas accès aux trains Intercités 100% éco", répond-elle très ennuyée. Précisons que ces billets ne sont ni échangeables ni remboursables, ça se corse au bout du fil puisque le premier interlocuteur, retenu par une réunion, ne peut reprendre le dossier alors qu'il a lui-même conseillé de réserver sur Internet. Vous suivez toujours ? La suite est délicieuse...

 



 

"Je vais voir avec mon collègue, propose l'employée Accès Plus, et je vous rappelle." Une petite heure plus tard, elle indique avoir réussi à trouver le moyen de réserver l'emplacement fauteuil roulant des Intercités 100% éco de l'aller et du retour, que les Intercités 100% éco apparaissent dans l'interface de réservation Voyageurs handicapés (vérification faite, il n'en est rien.) Sauf qu'il faut établir de nouveaux billets et annuler partiellement les précédents en donnant accès au compte personnel sur l'appli OuiSncf, communiquer identifiant et code d'accès personnels, puis les coordonnées de la carte bancaire pour le paiement, valider par le code de certification reçu sur le mobile... avec lequel on est en communication avec Accès Plus ! Bon, ça y est, les nouveaux billets sont achetés et les anciens vont être remboursés ("ils ne sont pas remboursables mais on a la main pour le faire"), tout va bien après quelques émotions et énervements au bout de deux heures de tentatives sur le web et au téléphone. "La prochaine fois, conclut l'employée, appelez-nous pour qu'on puisse faire la réservation avec l'assistance". On l'avait pourtant fait une première fois, sans résultat. La SNCF serait-elle entrée dans un autre espace-temps ou sont-ce les clients handicapés ?


Laurent Lejard, septembre 2019.

 



| ACCUEIL | MÉL | NEWS | ESPACES | VIE PRATIQUE | TRIBUS | NEWSLETTER | EMPLOI | ARCHIVES |


| ISSN 1777-5191 | Informations légales | Plan du site |

© Yanous! 2019. Reproduction et diffusion interdites sans autorisation.


Fin de page