Flop
Accueil Mél News Espaces Vie pratique Tribus Emploi Archives de cette rubrique RSS
  SNCF : c'est possible ?
  La compagnie de chemins de fer a transporté trois personnes handicapées motrices dans un fourgon à bagages du fait d'une piètre adaptation du matériel roulant...

Lecture de cette page par la synthèse vocale de ReadSpeaker.

La Société Nationale des Chemins de Fer Français a connu au début du mois de septembre un incident de transport qui lui vaut les horreurs de l'actualité : trois personnes se déplaçant en fauteuil roulant ont effectué, lundi 2 septembre, le voyage entre Paris et Le Havre dans un fourgon à bagages bien qu'ils aient normalement acheté un titre de transport. L'une des trois personnes ne pouvait pas - selon elle - ou ne voulait pas - selon la S.N.C.F - quitter son fauteuil électrique, effectuer un transfert sur un fauteuil manuel puis voyager sur un siège classique et opérer à nouveau ces transferts à l'arrivée. Beaucoup de manipulations en effet, confiées à des agents plus ou moins formés et habilités à les réaliser.

Louis Gallois, président de la S.N.C.F, a écrit le 9 septembre aux trois voyageurs : "les conditions dans lesquelles vous avez effectué votre déplacement, quelle qu'en soit l'origine, sont extrêmement regrettables [...] Elles ne correspondent pas au degré d'exigence que nous poursuivons en faveur de la clientèle handicapée qui emprunte nos trains". Louis Gallois les a informé du lancement d'une enquête interne et leur propose une rencontre prochaine pour en tirer "les meilleurs enseignements pour l'avenir". Le ministre des Transports, Gilles de Robien, s'est publiquement ému de cet incident et a demandé une enquête administrative qui était encore en cours le 18 septembre.

  Image : Logo SNCF

Au-delà des versions et des interprétations des uns et des autres sur les causes de l'incident, il apparaît que les conditions "floues" de transport des personnes handicapées motrices l'expliquent pour partie. "La S.N.C.F est un simple transporteur, il n'y a pas de texte obligeant à prendre en compte les besoins spécifiques", nous déclare Céline Sibert, de la Direction Grandes Lignes. Qui reconnaît que "la norme est mal définie". Comment alors organiser l'assistance aux voyageurs handicapés et former les employés qui devront les aider ?

Image : Locomotive, USA 1889. Quels progrès pour les passagers à mobilité réduite depuis cette époque ?...

La S.N.C.F s'est trop longtemps réfugiée derrière la Loi d'orientation sur les transports intérieurs (LOTI) pour déroger à l'amélioration de l'accessibilité de ses installations et matériels. Il lui manque également une politique cohérente de mise en accessibilité de lignes prévoyant des accès facilités et de plain- pied aux trains, avec des wagons qui soient tous adaptés aux besoins des personnes qui se déplacent sur fauteuil roulant. Comment comprendre qu'une liaison soit accessible à l'aller le matin mais inaccessible au retour le soir ?

Quant au fleuron de la S.N.C.F, le Train à Grande Vitesse, ses rames ne comportent qu'une place "fauteuil" sur 400 sièges : la S.N.C.F a depuis longtemps dissuadé les groupes de personnes handicapées de "préférer le train"...


Laurent Lejard, septembre 2002




| ACCUEIL | MÉL | NEWS | ESPACES | VIE PRATIQUE | TRIBUS | NEWSLETTER | EMPLOI | ARCHIVES |


| ISSN 1777-5191 | Informations légales | Plan du site |

© Yanous! 2002. Reproduction et diffusion interdites sans autorisation.


Fin de page