Comment font des travailleurs qui, du fait de leur handicap, rencontrent des difficultés pour obtenir le permis de conduire et acquérir une voiture ? En France, aucun dispositif public n’existe et les rares initiatives privées concernent peu de monde : le permis de conduire est préparé en auto-école parmi tous les autres candidats, de même que l’examen, et l’achat d’un véhicule ne bénéficie d’aucune aide nationale. L’État encaisse la même TVA de 20% et ne fait aucun « cadeau ». Si des collectivités locales proposent des aides à la préparation du permis, elles ne tiennent généralement pas compte des particularités des candidats handicapés.

Confronté à ce délaissement, l’Établissement et Service d’Aide par le Travail « Les compagnons de Maguelone » a décidé de structurer une action d’accès à la mobilité pour ses travailleurs handicapés. Installé sur la presqu’île de la Maguelone, site patrimonial et nature à une grosse demi-heure de route de Montpellier (Hérault) mais impossible à rejoindre en transports collectifs, cet établissement de 84 places exploite un vignoble, gère un restaurant, organise les visites de la cathédrale romane. L’ESAT comporte également d’autres ateliers et activités (métallerie, conditionnement, entretien espaces verts, etc.). Ses usagers utilisent, pour leurs déplacements entre foyer-domicile et lieu de travail, le service de transport de l’ESAT. Seize de ces travailleurs handicapés viennent d’intégrer un parcours d’accès au permis de conduire qui leur ouvrira la voie de la liberté de déplacement. Éducatrice spécialisée coordinatrice au Foyer Logement Éclaté des Compagnons de Maguelone, Nathalie Ammour explique cette action et les moyens employés pour lever les freins financiers.

Question : Comment avez-vous sélectionné parmi vos usagers ceux qui avaient le plus de chances d’obtenir le permis de conduire ? 

Séance d'apprentissage du code de la route

Nathalie Ammour : Un des outils de la loi 2002 rénovant l’action sociale et médico-sociale est le projet personnalisé pour chaque personne accompagnée. Chaque compagnon accueilli dans nos établissements possède donc un projet personnalisé annuel où il exprime ses souhaits et ses attentes. Certains compagnons ont ainsi pu exprimer leur souhait de passer le permis de conduire. A partir de cette analyse de terrain, les professionnels des différentes structures des établissements des « Compagnons de Maguelone » ont mobilisé et mutualisé des moyens pour construire ce projet. Après des recherches et investigations sur la faisabilité, les personnes accompagnées ont tout d’abord effectué des tests psychotechniques auprès d’un psychologue agréé et une visite médicale obligatoire auprès d’un médecin généraliste agréé également. L’entrée en formation « permis B » est donc conditionnée à la réussite de ces deux tests.

Question : Quel est le coût moyen de la formation au permis par usager et la part restant à leur charge ? 

Nathalie Ammour : Le prix de la formation est de : 

  • Test psychotechnique : 50 à 120 euros ;
  • Visite médicale avec médecin généraliste : 36 euros ;
  • Test de positionnement et évaluation de départ avec l’enseignante de sécurité routière : 50 euros.

Soit un maximum de 206 euros à la charge de la personne accompagnée. 

  • Forfait code : 380 euros ;
  • Conduite : 48€/heure, soit a minima 624 euros pour une formation sur boîte automatique (la législation impose un minimum de 13h de conduite) ; 960 euros pour une formation sur boîte manuelle (la législation impose un minimum de 20h.)

Pour les compagnons, la quasi-totalité voire la totalité de la formation sera prise en charge par le Compte Personnel de Formation. En effet, chaque personne travaillant en ESAT bénéficie de 800 euros/an abondé sur son CPF. La formation au permis B y est éligible.

Question : Que prévoyez-vous pour accompagner les lauréats vers l’acquisition d’un véhicule, et pour vos établissements en termes de stationnement et recharge électrique ? 

Les étangs de Villeneuve-les-Maguelone

Nathalie Ammour : Les personnes travaillent en ESAT et de ce fait ont des revenus, ce sera à chacune d’elles de se projeter vers l’acquisition d’un véhicule. Le projet financier est anticipé en amont. Pour le stationnement, le Domaine des Compagnons de Maguelone est vaste et propose deux parkings gratuits. Nous possédons déjà un véhicule électrique au sein de l’association, qui est utilisé pour les accompagnements. En fonction du type de véhicule, nous verrons si une seconde prise est nécessaire.

Question : Pour résumer, jusqu’où la structure est allée pour organiser l’accès individuel à la mobilité ? 

Nathalie Ammour : Tout d’abord un partenariat sous convention a été acté avec l’auto-école « Clés de route » à Montpellier. Une enseignante de conduite et sécurité routière se déplace sur site une fois par semaine pour dispenser des cours de code. Des heures de soutien ont été dégagées par l’ESAT afin que chaque personne accompagnée puisse assister à ce cours. L’établissement met à disposition une salle préparée par le régisseur et un compagnon tous les vendredis matins. L’établissement a acheté des tablettes pour chaque foyer de façon à ce que les personnes accompagnées puissent s’entraîner et se familiariser avec cet outil.

Au sein des structures du pôle hébergement, les éducateurs organisent une séance hebdomadaire de code pour compléter celle du vendredi matin. Chaque personne accompagnée s’est aussi engagée à réaliser une fois par semaine une séance de code en ligne. La structure a mis tout en oeuvre pour la réussite des personnes en situation de handicap dans ce projet de mobilité et d’autonomie.

Qu’en pensent les usagers ?

Nathalie Ammour a posé la question à deux des travailleurs handicapés de l’ESAT qui préparent actuellement l’examen du code de la route.

Ancienne Cathédrale Saint-Pierre de Maguelone

Nathalie Ammour : Quel a été le déclic pour suivre la formation pour le permis B ? Quel est votre motivation ?

Aurélien : Pour être autonome, comme ça je peux me débrouiller tout seul et aller faire les courses.

Didier : Je veux passer le permis pour bouger un peu partout, pour aller au boulot, pour aller me promener, pour aller faire les courses. J’aurai la possibilité de changer d’endroit, et aller plus loin que le village de Villeneuve-les-Maguelone !

Nathalie Ammour : Quel est votre objectif ?

Aurélien : Avoir le permis, se débrouiller pour bouger sans demander.

Didier : Avoir le permis et une voiture automatique.

Nathalie Ammour : Est-ce que la formation du code vous plaît ?

Aurélien : Oui, ça me plaît, c’est intéressant.

Didier : Oui ça me plaît, parfois c’est difficile mais je progresse, il faut bien réfléchir. Je suis posé. Le rythme me convient une fois par semaine. La formatrice explique bien, c’est nickel.

Nathalie Ammour : Est-ce que vous trouvez cela difficile ?

Aurélien : Non, c’est très clair, la formatrice explique très bien. Depuis qu’on a commencé je ne fais pas beaucoup de fautes et je m’entraîne sur mon ordi. C’est bien que ce soit sur le temps de travail et sur place !

Nathalie Ammour : Avez hâte de passer à la conduite ?

Aurélien : Oui, je languis ! J’ai l’objectif de passer le permis sur boite manuelle. Avoir une voiture, ça sera mieux que le vélo, surtout l’hiver.

Didier : Une chose après l’autre !

Laurent Lejard, mai 2022.

Partagez !