Focus
Accueil Mél News Espaces Vie pratique Tribus Emploi Archives de cette rubrique RSS
  Stationnement : une amende dissuasive ?
  Plus d'un an après la forte augmentation de la contravention, qu'est-ce qui a changé en matière de respect du stationnement réservé ? Enquête.

Lecture de cette page par la synthèse vocale de ReadSpeaker.

L'infraction au stationnement réservé demeure un sujet sensible parmi les personnes handicapées physiques qui la vivent comme un manque de respect caractérisé. 253.127 contraventions ont été dressées en 2003 (+ 64% par rapport à 2002) par la Gendarmerie et la Police Nationale (Source : Délégation Interministérielle à la Sécurité Routière) à l'encontre de cet incivisme, mais la situation a-t-elle évolué depuis que l'amende a augmenté de 100 euros en juillet 2003 ? Quand on examine les chiffres communiqués par la Gendarmerie Nationale pour les sept premiers mois de 2004, on constate une baisse de 6% du nombre de contraventions. Ce chiffre traduit-il une amélioration du respect du stationnement réservé ? Voici ce que répondent les élus municipaux de trois villes françaises : une métropole régionale, une cité touristique, et une petite ville.

Lyon, troisième ville de France, a une topographie diversifiée : la presqu'île entre Saône et Rhône est plane, composée de rues passantes ou piétonnes; l'ancien quartier antique de la Croix Rousse est pentu, bâti à flanc de coteau. La circulation automobile est chargée, le stationnement de surface difficile. La ville dispose de statistiques précises sur les infractions au stationnement réservé : leur moyenne mensuelle s'établit à 618 en 2001, 667 en 2002, 672 en 2003 et 674 pour les trois premiers mois de 2004, traduisant une certaine stagnation. Durant ces années, 10% des véhicules ont été mis en fourrière, sauf durant les quatre premiers mois de 2004 : 7,5% seulement des voitures en infraction ont été enlevées. Quelques places disposent d'une "super- signalisation" (peinture au sol), le quart des emplacements est conforme aux normes de dimensionnement. La ville a inclus le stationnement dans la charte d'accessibilité du grand Lyon mais n'évoque pas d'actions particulières en direction du public.

Image : Stationnement réservé à Lyon.

Aix-en-Provence est une ville touristique dont la circulation et le stationnement sont très difficiles : rues étroites dans le centre historique, congestion dans les quartiers universitaires. Gérard Géraci, adjoint au Maire chargé des personnes handicapées, affirme que la disponibilité des places a progressé. En l'absence de statistiques relatives aux 220 emplacements de l'agglomération, il ne peut néanmoins quantifier son impression : "Pour le boulevard périphérique et le centre ancien, les places sont plus souvent libres et la règle du stationnement est respectée. Le passage au procès- verbal à prix fort a dissuadé, c'est une bonne chose alors que je me souviens d'un rapport ministériel publié en 2002 qui désespérait de pouvoir faire respecter ces emplacements". La répression s'applique à tous les véhicules, français et étrangers. Les voitures sont enlevées si un officier de police judiciaire peut intervenir. La quasi- totalité des emplacements a été mise aux normes avec peinture bleue au sol en plus du pictogramme habituel. La ville avait lancé en 2003, à l'occasion de l'Année Européenne des Personnes Handicapées, une campagne d'information; deux spots diffusés dans les cinémas mettaient en scène un "fauteuil" et un "béquilleux". Ces films sont actuellement repris dans les salles des Bouches du Rhône. Enfin, pour pallier la suppression de nombre d'emplacements réservés qui ne pouvaient être mis aux normes dans le centre ancien, la ville doublera l'an prochain le nombre de véhicules affectés au service de transport des personnes handicapées, dont un pourra assurer la desserte des rues très étroites.

Image : Stationnement réservé à Lyon.

Vierzon, enfin, est une ville tranquille de 33.000 habitants, ancienne cité industrielle qui poursuit une lente reconversion. La circulation et le stationnement sont sans réel problème; les habitants ont un esprit civique pétri de qu'en-dira-t-on. Une seule exception, en septembre, lors de la foire exposition annuelle, le nombre de contraventions double, 24 en 2003. "Le stationnement réservé n'est pas trop mal respecté, estime le Maire Jean Rousseau [le conseil municipal ne comporte pas de délégation aux personnes handicapées. NDLR]. L'agglomération compte 87 emplacements de stationnement réservé, la police municipale a des consignes strictes. L'enlèvement est très exceptionnel, la ville n'a pas de fourrière. En revanche, des sabots de Denver sont posés sur des voitures dans certains cas". Les véhicules étrangers sont traités de la même manière que les autres, le Maire avouant son impuissance à faire recouvrer les amendes. Sur une période d'un an, 121 infractions ont été réprimées; depuis l'augmentation de l'amende, les PV sont en baisse et stagnent aux environs d'une douzaine. Les périodes de vacances (mars, juillet, août) connaissent très peu d'infractions, de deux à six cette année. La ville, qui affirme n'avoir reçu aucune demande en la matière, ne consacre pas d'efforts particuliers au stationnement réservé puisqu'il n'apparaît pas problématique.

Un an après l'augmentation de la contravention pour entrave au stationnement réservé, l'analyse statistique traduit donc une légère baisse des infractions. Une tendance à confirmer ?


Laurent Lejard, octobre 2004.




| ACCUEIL | MÉL | NEWS | ESPACES | VIE PRATIQUE | TRIBUS | NEWSLETTER | EMPLOI | ARCHIVES |


| ISSN 1777-5191 | Informations légales | Plan du site |

© Yanous! 2004. Reproduction et diffusion interdites sans autorisation.


Fin de page