Éditorial
Accueil Mél News Espaces Vie pratique Tribus Emploi Archives de cette rubrique RSS
  Auto-représentation en France.
 

Président de la seule association française de personnes déficientes intellectuelles, Jean Marie Coste expose l'enjeu fondamental que représente pour ces dernières l'accès aux droits et à la citoyenneté.

Lecture de cette page par la synthèse vocale de ReadSpeaker.

"Nous Aussi", l'association française des personnes handicapées intellectuelles, dirigée par et pour les personnes handicapées intellectuelles souffle, cette année, ses cinq bougies. Plus que jamais, notre vocation est d'être les porte-parole de l'ensemble des personnes handicapées intellectuelles. Ceci sur le chemin d'une citoyenneté que nous revendiquons pleine et entière et qui légitime notre existence. Travail, éducation, culture, loisirs, sport, vie de famille, vie affective et sexuelle, autant de droits auxquels nous devons pouvoir accéder comme tous les citoyens de ce pays, en prenant en considération nos capacités et nos difficultés.

L'association Nous Aussi a été créée en 2001 afin de permettre aux personnes handicapées intellectuelles d'affirmer, en France et en Europe, leur droit à prendre part aux décisions qui les concernent. Elle agit pour que les personnes handicapées intellectuelles changent leur regard sur elles-mêmes et fassent changer celui de la société pour plus de tolérance et de respect. Elle milite pour que soient mises en avant les capacités des personnes handicapées intellectuelles et leurs compétences, plutôt que leurs déficiences. Les personnes handicapées intellectuelles veulent être des acteurs responsables et aller le plus loin possible dans leurs capacités. Elle s'engage pour que toutes les personnes handicapées intellectuelles puissent bénéficier de cette évolution de l'accompagnement. En particulier, que les plus en difficulté d'entre elles ne soient pas oubliées. Et, en ayant recours à l'émulation, que les plus à l'aise aident ceux qui sont plus en difficulté. Elle demande que la participation s'exerce dans le respect des règles définies avec la famille, l'établissement et l'Association.

L'association s'est engagée cette année dans une démarche de promotion de l'accès aux droits des personnes handicapées intellectuelles. Ainsi, elle développe un projet dont l'objectif est de leur permettre de s'approprier les outils de participation, prévus par la Loi du 2 janvier 2002, au sein des services ou établissements spécialisés qui les accueillent. Par ailleurs, le Congrès 2006 a pour thème l'accessibilité aux activités sportives, de loisirs et à la culture qui ont été choisies comme sujet de réflexion et d'échange. Les souhaits qui seront exprimés lors de cette assemblée seront retransmis aux ministères compétents. L'accès à la culture, aux activités sportives, et aux loisirs constitue pour les personnes handicapées intellectuelles, un droit fondamental essentiel à l'expression de leur pleine citoyenneté.

C'est pourquoi notre association a souhaité organiser les débats menés dans le cadre de son Assemblée, les 10 et 11 novembre 2006 à Pau. Souvent considéré comme un droit secondaire ou "résiduel", l'accès à la culture aux loisirs et au sport constitue pourtant un droit fondamental. La nature fondamentale de ce droit vient d'ailleurs d'être réaffirmée de manière très volontaire par le texte final de la future Convention Internationale des Droits des Personnes Handicapées, qui devrait être adopté lors de la session de l'Assemblée Générale de l'ONU le 3 décembre 2006, dont l'article 30 traite de la "participation à la vie culturelle et récréative, aux loisirs et aux sports". L'accès aux sports à la culture et aux loisirs pour les personnes handicapées a été reconnu depuis longtemps comme relevant d'une obligation nationale (cf. Loi du 30 juin 75). Mais, en pratique, les lacunes en matière de dispositifs d'accompagnement humain, en matière d'aide financière et en matière d'offre de prestations adaptées ont réduit l'exercice de ces droits au statut de quasi voeux pieux.

Les personnes handicapées intellectuelles revendiquent leurs droits de citoyens à part entière. Accéder à la culture, aux activités sportives, et aux loisirs est non seulement nécessaire à une meilleure intégration dans la société française mais est également un droit inaliénable. Nos adhérents comptent bien le rappeler lors de notre Congrès.


Jean Marie Coste, Président de l'Association Nous Aussi, novembre 2006.




| ACCUEIL | MÉL | NEWS | ESPACES | VIE PRATIQUE | TRIBUS | NEWSLETTER | EMPLOI | ARCHIVES |


| ISSN 1777-5191 | Informations légales | Plan du site |

© Yanous! 2006. Reproduction et diffusion interdites sans autorisation.


Fin de page