Éditorial
Accueil Mél News Espaces Vie pratique Tribus Emploi Archives de cette rubrique RSS
  P'tit week-end.
 

Chaque vendredi, chacun s'interroge souvent sur ce qu'il pourra faire ou voir d'intéressant durant le repos hebdomadaire. Et se demande où s'informer sur les activités et sites adaptés...

Lecture de cette page par la synthèse vocale de ReadSpeaker.

Savoir ce qui est organisé en direction des publics handicapés, ou qui leur est accessible, demeure en effet une tâche ardue. L'information est diluée, les organisateurs communiquent dans les médias locaux et rarement auprès de la presse spécialisée. Il faut également être bien attentif pour dénicher une activité adaptée dans un programme tous publics. L'offre de loisirs et de courts séjours de week-end existe, mais elle est mal diffusée.

Au hasard de l'agenda publié dans nos colonnes, les franciliens pourront toujours aller voir si le 3e Défistival fait davantage recette que l'an dernier; les enfants, adolescents et adultes polyhandicapés auront ce samedi matin à Paris leur séance mensuelle de cinéma rien que pour eux; aveugles et sourds pourront participer à des visites guidées de quelques parcs et jardins dans le cadre de la fête annuelle que leur consacre la Ville de Paris; les Provençaux déficients visuels iront apprécier le bestiaire tactile exposé au château de Tarascon; les Girondins s'essayeront au parcours sensoriel du Musée d'Histoire Naturelle de Bordeaux; les Nordistes encourageront l'équipe de France féminine de handibasket dans sa compétition européenne; les sourds Limousins participeront à Limoges aux manifestations de leur Journée Mondiale, et ceux de Marseille à un festival de cinéma; les Auvergnats convergeront à Vichy pour participer à l'Entraidathlon des personnes handicapées mentales. Un programme intéressant mais qui laisse de côté bien des régions et des publics.

Les amateurs de sorties touristiques ne sont pas mieux lotis, ne pouvant guère compter sur le label Tourisme et Handicap pour composer une sortie d'une ou deux journées. Dans un secteur déterminé, on peut certes trouver des sites touristiques labellisés mais pas d'hébergement ou de restaurant à proximité; parfois l'inverse. Rares encore sont les Comités de Tourisme qui aient mis en place une démarche structurée, basée sur une zone délimitée, un "pays", et dans lequel chacun peut trouver ce dont il a besoin. On observe également une fâcheuse tendance dans les documentations touristiques : seules les activités labellisées Tourisme et Handicap disposent désormais d'une information d'accessibilité, alors que les sites accessibles sont bien plus nombreux. En ramenant l'accueil des publics handicapés aux seuls sites labellisés, l'offre touristique a considérablement fondu en quelques années. Si le label Tourisme et Handicap est un gage théorique de sécurité et de qualité, il repose sur la volonté d'un gestionnaire ou d'un exploitant qui a toute liberté de demander ou non à être labellisé, et peut même sélectionner le public qu'il souhaite recevoir. Un paradoxe étonnant alors que l'on parle de lutte contre les discriminations et de mise en accessibilité du cadre bâti à l'horizon 2015...


Laurent Lejard, septembre 2005.




| ACCUEIL | MÉL | NEWS | ESPACES | VIE PRATIQUE | TRIBUS | NEWSLETTER | EMPLOI | ARCHIVES |


| ISSN 1777-5191 | Informations légales | Plan du site |

© Yanous! 2005. Reproduction et diffusion interdites sans autorisation.


Fin de page