Accueil Mél News Espaces Vie pratique Tribus Emploi Archives de cette rubrique RSS
  L'actualité française du handicap.
 
Mars 2016.

Lecture de cette page par la synthèse vocale de ReadSpeaker.

 

Jeudi 31 mars - Vie Autonome - La PCH devient variable.
L'extension à tous les particuliers employeurs d'un accord professionnel de classification des personnels entraine à partir du 1er avril une revalorisation de l'aide humaine attribuée au titre de la Prestation de Compensation du Handicap. Elle sera désormais décomposée en plusieurs taux, selon la nature du contrat (emploi direct ou service mandataire), de la classification du salarié dans la convention collective nationale des salariés du particulier employeur du 24 novembre 1999 et d'une éventuelle délégation de soins. Les emplois à domicile sont répartis en quatre catégories correspondant à la technicité des gestes à accomplir, avec une grille de salaire. Il appartient à chaque personne handicapée employant des personnels d'aide humaine de leur signifier la nouvelle classification dans les six mois et de mettre leur rémunération en conformité. Pour leur part, les Conseils Départementaux actualiseront les PCH qu'ils versent en fonction des déclarations des particuliers employeurs dans la limite de nouveaux montants plafonds.

Mercredi 30 mars - Vie Autonome - Concertation sur le décret PCH.

Interrogée en fin de séance de l'Assemblée nationale par le député PRG des Hautes-Alpes, Joël Giraud, sur la publication des derniers décrets d'application manquants à la loi du 11 février 2005, notamment celui qui doit réglementer les Fonds départementaux de compensation et le reste à charge, la secrétaire d'Etat chargée des personnes handicapées, Ségolène Neuville, annonce une concertation : "Un seul décret n'a pas été publié à ce jour. Ce décret visant à limiter le reste à charge des personnes bénéficiaires de la PCH à 10% de leurs revenus aurait dû être pris depuis très longtemps. J'ai donc décidé qu'il y avait besoin d'une concertation avec les départements et avec les associations sur ce sujet, parce que depuis 10 ans les choses ont pu bouger, et donc cette concertation est engagée, les conclusions seront rendues en septembre et le sujet avancera donc à ce moment-là." La ministre a effectivement lancé une concertation sur l'évolution de la Prestation de Compensation du Handicap (lire l'actualité du 15 février) à laquelle elle n'aura plus qu'à ajouter ce sujet qui résulte d'une décision du Conseil d'Etat : il a sanctionné le Premier ministre, le 25 février dernier, pour avoir implicitement refusé de publier ce texte et le condamne à le faire dans les neuf mois sous astreinte financière par jour de retard.

Mercredi 30 mars - Institutions - Accord sur la dette du 91.

Dans un communiqué, trois fédérations et syndicats d'organismes gestionnaires d'établissements médico-sociaux pour personnes handicapées ou âgées (FEGAPEI-SYNEAS, FEHAP et SYNERPA) annoncent la signature d'un accord d'étalement de la dette du Conseil Départemental de l'Essonne. La collectivité avait en effet concédé fin décembre 2015 devoir plus de 100 millions d'euros de factures d'aide sociale obligatoire à des institutions d'aide sociale à l'enfance ou pour personnes handicapées (lire cet Editorial). Selon le protocole d'accord, le paiement de la dette sera étalé sur cinq ans au lieu de six, avec prise en compte des intérêts d'emprunt, des établissements en grande difficulté, et "engagement de payer les factures à partir de 2016 dans un délai maximum de 20 jours". Un comité de suivi est chargé de veiller à la bonne exécution du protocole. Rappelons que les dépenses d'aide sociale qui incombent aux départements de par la loi sont obligatoires.

 

 

Mardi 29 mars - Accessibilité - Places parisiennes rénovées.
Le Conseil de Paris a adopté un plan de rénovation de sept grandes places parisiennes (Bastille, Nation, Panthéon, Madeleine, Italie, Fêtes, Gambetta) dans l'optique d'accroitre les espaces de circulation et d'activité piétonnes et de réduire ceux dévolus aux voitures. Selon la délibération approuvée, "les espaces piétonnisés sont rendus intégralement accessibles et désencombrés du mobilier obsolète ou gênant. Des parcours ménagés pour les personnes à mobilité réduite et malvoyantes sont dégagés et signalés par un 'fil d'Ariane' détectable à la canne pour faciliter le repérage sur la place. Des outils numériques sont également développés à cet effet." Lors de la concertation préalable, deux visites de terrain ont associé des "acteurs associatifs du handicap". L'une d'elles, qui s'était déroulée le 4 février 2015 place de la Bastille, avait permis aux élus concernés de constater les importantes difficultés rencontrés par les piétons aveugles ou malvoyants sur un vaste espace public.

Lundi 28 mars - Matériels - Fermeture annoncée à Garches.

Le centre d'essai de fauteuils roulants de la Fondation Garches, installé dans l'hôpital Raymond Poincaré de cette ville des Hauts-de-Seine, devrait fermer dans les prochaines semaines. "Suite à un manque de soutien des mécènes se faisant de plus en plus rare, explique dans un communiqué l'ergothérapeute qui le dirige, Sébastien Bouche, la Fondation Garches a progressivement sombré vers un déficit budgétaire. La mauvaise gestion de ces dernières années vient d'être découverte et j'ai le regret de vous annoncer la fermeture définitive de la Fondation Garches qui dans les conditions actuelles fermerait au mieux en juin 2016, au pire en avril 2016. C'est donc 5 salariés qui vont se retrouver en licenciement économique mais surtout un savoir-faire et un service indispensable à de nombreux patients (plus de 600 patients par an) qui va se perdre." On remarque toutefois un problème : comment cinq salariés peuvent-ils ne "traiter" que deux personnes par jour de travail alors que le délai d'attente pour un premier rendez-vous est de six mois ? "Deux personnes travaillent à temps-plein sur les essais et adaptations pour les patients", précise Sébastien Bouche, qui ajoute que les autres activités de la Fondation Garches ne sont pas concernées par la déconfiture financière.

  Image : projet de rénovation de la Place de la Bastille.

 

Samedi 26 mars - Métiers - La France 4e aux Abylimpics.
La France se classe au quatrième rang des nations participantes aux Abilympics, jeux olympiques des métiers adaptés qui se sont déroulés sur deux jours à Bordeaux (Gironde). Les trois premiers vainqueurs sont la Corée du Sud (pour la sixième fois consécutive !) avec 32 médailles dont 15 en or, devant la République Populaire de Chine (20 médailles dont 10 d'or) et Taiwan (16 médailles dont 10 d'or). Ces Abilympics, organisés tous les quatre ans depuis 1981 et pour la première fois en France, mettaient en compétition des travailleurs handicapés dans une cinquantaine de métiers ou spécialisations. Ils ont réuni 500 candidats provenant de 35 pays.

Vendredi 25 mars - Logement - Correctif d'un arrêté.

Le Journal Officiel publie un arrêté, pris sans concertation, modifiant l'arrêté du 24 décembre 2015 relatif à l'accessibilité des bâtiments d'habitation collectifs et des maisons individuelles (lire l'actualité du 24 décembre 2015), texte résultant de la réforme de l'accessibilité par l'ordonnance du 26 septembre 2014. Le texte supprime l'obligation de réaliser des places de stationnement adapté de telle manière qu'un usager en fauteuil roulant puisse la quitter une fois le véhicule garé, dans les chambres l'emprise du débattement des portes pour en définir les circulations minimales accessibles, et remplace la notion d'espace libre de 1,50m par celle d'espace de manoeuvre avec possibilité de demi-tour.

Jeudi 24 mars - Emploi - Loi El Khomri en Conseil des ministres.

La ministre du Travail et de l'emploi, Myriam El Khomri, a présenté en Conseil des ministres le projet de loi visant à instituer de nouvelles libertés et de nouvelles protections pour les entreprises et les actifs. Elle donne une base légale à la réforme du code du travail en créant une commission d'experts et de praticiens des relations sociales chargée d'en élaborer la réécriture. Parmi les dispositions concernant les travailleurs handicapés, on relève la création d'un droit à aménagements d'horaires de travail "individualisés propres à faciliter leur accès à l'emploi, leur exercice professionnel ou le maintien dans leur emploi." Cette disposition s'appliquerait également aux aidants familiaux et aux proches d'une personne handicapée, qui disposeraient également d'un droit à congé sans solde d'un an (sur l'ensemble de leur carrière professionnelle), fractionnable au besoin, avec garantie de retour dans l'emploi. Le texte réduit le droit à reclassement pour inaptitude constatée par le médecin du travail à la proposition par l'employeur d'un "autre poste approprié" aux capacités du salarié. Il supprime la visite médicale à l'embauche d'un travailleur handicapé, rendant plus délicate l'éventuelle adaptation du poste de travail, et transforme la surveillance médicale spécifique en "suivi individuel renforcé de son état de santé". Enfin, le projet de loi maintient le droit à l'ensemble des Entreprises Adaptées et centres de distribution de travail à domicile d'employer des travailleurs handicapés en Contrat de travail intermittent (contrat dit zéro heure), un contrat à durée indéterminée sans horaire de travail préétabli ni rémunération garantie, obligeant sans contrepartie le salarié à répondre aux besoins de l'entreprise.

Mercredi 23 mars - Administration - Les MDPH ne respectent pas la loi.

Quatre associations du handicap mental ou cognitif (Autisme France, EgaliTED, TouPI et Dys nos droits) publient une enquête réalisée auprès de personnes handicapées et de leurs familles relative au respect des procédures légales par leur Maison Départementale des Personnes Handicapées. Près de 1.900 réponses ont été analysées, montrant que plus de la moitié des MDPH dépassaient le délai de quatre mois pour statuer sur une demande, que plus des deux-tiers ne transmettaient jamais au futur bénéficiaire le projet de Plan Personnalisé de Compensation avant que la Commission des Droits et de l'Autonomie des personnes Handicapées ne l'examine. "45% des répondants concernés indiquent qu'ils n'ont pas pu rencontrer l'Equipe Pluridisciplinaire d'Evaluation malgré leur demande, précise le rapport final. 46% des répondants concernés indiquent qu'ils n'ont pas pu assister à la commission (CDAPH) malgré leur demande [et] 71% des répondants indiquent que leur MDPH ne motive pas ses décisions." L'enquête et ses résultats détaillés par département sont téléchargeables au format PDF. Dans le même temps, le Collectif Contre Les Dyscriminations dénonce la politique de plusieurs MDPH qui rejettent les demandes de compensation du handicap présentées pour des enfants et jeunes "Dys", qui sont renvoyés vers un Plan d'Accompagnement Personnalisé qualifié de "dispositif contraint" qui ne permet pas d'aider efficacement les jeunes à surmonter leur handicap.

Mardi 22 mars - Justice - Médecin violeur dans la Loire.

Un médecin quadragénaire exerçant à l'hôpital de Roanne (Loire) soupçonné de viols répétés d'une femme de ménage handicapée mentale invalide à 80% a été mis en examen, sous contrôle judiciaire et avec interdiction d'exercer. Les abus sexuels se seraient déroulés de 2008 à 2015, période pendant laquelle la victime a été contrainte d'avorter par deux fois, des interruptions de grossesse dissimulées par le praticien en falsifiant le dossier médical de l'employée. Il aurait également menacé sa victime de mort.

 

 

Lundi 21 mars - Loisirs - Le roman des papillons.
Pour son premier roman, Emilie Esté raconte la rencontre entre deux jeunes gens, l'un étudiant handicapé moteur et l'autre éducatrice. En 200 pages d'un style qui s'affirme lyrique, l'auteure expose leurs états d'âmes, l'évolution de leur relation, leurs inquiétudes et espoirs mutuels de cette aventure qui se dénouera en moins de cinq mois, sur fond de voyages, de conquête de l'autonomie et d'un monde de gens heureux (à l'exception des horribles animateurs d'une colonie de vacances qui ne l'est pas moins). On pourra estimer assez cérébrales les digressions sur la "différence", dont on ne perçoit guère l'impact par comparaison aux vertus dont sont parés les deux "papillons" de ce roman... Le roman des papillons, par Emilie Esté, Editions Complicités, 17€ en librairies.

Vendredi 18 mars - Politique - Marine présidente ?

Dans un roman graphique de politique fiction, l'universitaire François Durpaire et le dessinateur polio Farid Boudjellal relatent ce que pourraient être les premiers mois de Marine Le Pen à la Présidence de la République si elle était élue en mai 2017. Ancré dans la réalité politique du moment de son écriture, ce récit met en scène les politiciens et leur positionnement face à l'élection de la présidente du parti d'extrême droite Front National. Le dessin uniquement noir et blanc, très réaliste et au contraste fort, génère une angoisse quasi-permanente et alimente la tension d'une histoire qui se perd néanmoins à plusieurs reprises dans le didactisme et le pamphlet, amoindrissant l'intérêt du propos. Les auteurs veulent alerter les citoyens sur le désastre humain, économique, financier et géopolitique que constituerait selon eux l'accession de la président du Front National à la magistrature suprême. La présidente, par François Durpaire et Farid Boudjellal, Les arènes BD, 20€ en librairies.

  Image : Le roman des papillons.

 

Jeudi 17 mars - Justice - 18 mois pour une paraplégie.
Un jeune homme qui conduisait sans permis a été condamné à 18 mois de prison ferme par le Tribunal Correctionnel de Dieppe (Seine-Maritime). Début juin 2013, il avait perdu le contrôle de son véhicule, l'accident blessant tous les passagers et rendant paraplégique un footballeur professionnel officiant alors à l'OGN Nice, Kevin Anin.

Mercredi 16 mars - Humour - Rémi Gaillard fait l'aveugle.

L'humoriste et burlesque montpelliérain Rémi Gaillard a mis en ligne une vidéo où on le voit circuler en aveugle avec lunettes noires. Il conduit une vieille Peugeot 205 en raclant une glissière de sécurité tout en "guidant" la voiture au moyen d'une longue canne blanche passée par la fenêtre du conducteur, marche sur le rebord d'un précipice et à la corde d'un giratoire en pleine circulation, emprunte à contresens l'escalator pour chariots d'un centre commercial... Sur fond de musique rock, il attire l'aide de passants ou témoins pour se sortir de situations potentiellement périlleuses pour un véritable aveugle. Mais quand il passe en zigzaguant à côté d'une escouade de gendarmes qui contrôlent des véhicules, rien ne se passe !

Mercredi 16 mars - Logement - Petite annulation du Conseil d'État.

Le Conseil d'État annule une disposition de la réglementation applicable aux logements neufs destinés à une occupation temporaire ou saisonnière (résidences de tourisme, foyers de jeunes travailleurs, cités universitaires, etc.), celle qui concerne les sas d'isolement. Il retient l'argumentation de l'Association Nationale Pour l'Intégration des Handicapés Moteurs (ANPIHM) qui relevait que la dimension réglementaire de 1,2m de large ne permet pas aux personnes en fauteuil roulant d'effectuer un demi-tour, ce qui met en danger leur sécurité et celle des autres occupants. Le Conseil d'Etat juge en conséquence que cette disposition de l'arrêté du 14 mars 2014 fixant les dispositions relatives à l'accessibilité des logements destinés à l'occupation temporaire ou saisonnière dont la gestion et l'entretien sont organisés et assurés de façon permanente ne permet "pas de garantir une accessibilité conforme aux exigences de la loi". Cette disposition se retrouve dans un arrêté sur les immeubles d'habitation, attaqué par l'ANPIHM, et pris en application de la réforme de l'accessibilité par l'ordonnance du 26 septembre 2014. En revanche, l'ANPIHM est déboutée de ses autres demandes d'annulation portant notamment sur le pourcentage de logements qui doivent être accessibles, et leurs caractéristiques.

Mardi 15 mars - La perle de la semaine.

Décrochée par sept ministères qui n'ont jamais répondu aux questions écrites, toutes identiques, que leur avait adressées Jean-Vincent Placé, ex-sénateur Europe Ecologie Les Verts. En novembre 2013, il avait interrogé tous les ministères afin de connaître leur action en faveur de l'emploi des travailleurs handicapés dans leur domaine de compétence. Si la plupart ont répondu au fil du temps, les ministres de la Culture, de la Justice, de l'Artisanat, du Travail, de la Famille, des Personnes âgées et de l'autonomie, des Affaires sociales et de la santé ont fait silence. Cerise sur le mutisme, si l'on peut dire, la secrétaire d'Etat chargée des Personnes handicapées et de la lutte contre l'exclusion a fait de même ! Devenu (enfin) secrétaire d'Etat le 11 février dernier, chargé de la réforme de l'État, Jean-Vincent Placé, qui a opportunément quitté le parti EELV en aout 2015, pourra directement s'informer auprès de ses collègues ministres visiblement peu impliqués dans l'emploi des personnes handicapées au sein de leurs ministères...

Mardi 15 mars - Emploi/Administration - Bilan du FIPHFP.

Le président du Comité National du Fonds pour l'insertion des personnes handicapées dans la fonction publique (FIPHFP), André Montané, a présenté à la presse le bilan de ses trois années de mandat et annoncé son départ de la gouvernance de l'établissement public dirigé depuis cinq mois par Marc Desjardins. Il a annoncé que le Fonds disposerait dans le courant de l'année de correspondants dans chaque région de Métropole, confortant son implantation locale, rappelé la réactivation de son Conseil Scientifique et la création d'un Comité d'animation. "Nous avons voulu, a-t-il déclaré, que le fonds ne soit pas qu'un simple financeur, mais accompagne dans l'emploi pour faire reconnaître les compétences dans un parcours linéaire et sans rupture. Ce que nous souhaitons, c'est le changement de regard, de posture, pour aller vers une société inclusive, banaliser les différences." Le Fonds n'a toutefois pas effectué de Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences alors que les quadra et quinquagénaires représentent plus de la moitié des fonctionnaires handicapés, ce qui l'empêche d'estimer les départs en retraite dans les prochaines années, ainsi que les besoins de recrutement pour atteindre l'obligation légale de 6% dans chaque établissement et de formation des agents, toutes informations qui lui donneraient une visibilité sur ses recettes et dépenses à venir.

Lundi 14 mars - Surdité - Méprise.

Un artisan plombier sourd a été pris par des policiers pour un cambrioleur alors qu'il effectuait des travaux dans un salon de coiffure de Comines (Nord). Les voisins avaient alerté la police après le déclenchement d'une alarme sonore. La gérante du salon de coiffure a finalement confirmé que l'artisan réalisait des travaux qu'elle lui avait commandé...

Vendredi 11 mars - Justice - Tutelle pour Vincent Lambert.

Le juge des tutelles de Reims (Marne) a confié pour dix ans la tutelle de Vincent Lambert, qui vit en état neuro-végétatif depuis 2008 à la suite d'un accident automobile, à son épouse, Rachel, favorable à l'euthanasie de son mari (lire cette analyse). Les parents catholiques pratiquants de Vincent Lambert ont immédiatement annoncé leur intention de faire appel de la décision, ils espéraient la désignation d'un tuteur extérieur à la famille. Aussi invraisemblable que cela puisse paraître, le combat judiciaire sur la fin de vie de Vincent Lambert s'était déroulé depuis trois ans sans que lui-même soit représenté aux audiences puisqu'il était empêché d'exprimer ses volontés et qu'aucun représentant légal n'était désigné, frappant potentiellement de nullité toutes les décisions rendues. Le Centre Hospitalier Universitaire de Reims avait annoncé en juin dernier la saisie du juge des tutelles pour que leur patient dispose enfin d'une représentation légale.

Jeudi 10 mars - Politique/Accessibilité - Fillon-Sarkozy même combat.

Suivant fidèlement les propos de Nicolas Sarkozy (lire l'actualité du 4 février), président du parti Les Républicains et ancien Président de la République de 2007 à 2012, son ex-Premier ministre et candidat à la primaire pour l'élection présidentielle de 2017 François Fillon défend également l'idée de l'inaccessibilité des logements : "Il est absurde de vouloir par exemple que tous les logements de notre pays soient accessibles aux handicapés", a-t-il déclaré lors d'un colloque de la Fondation Concorde. A l'instar du Président qu'il servait en tant que chef du Gouvernement, François Fillon n'a, pendant ses cinq ans de fonction, pris aucune disposition en faveur du logement des personnes handicapées, ni réformé les normes applicables depuis la loi chiraquienne du 11 février 2005. Par ailleurs, entre autres grandes idées, François Fillon veut supprimer la durée légale du travail et 500.000 postes de fonctionnaires, sans préciser si cela inverserait la tristement célèbre courbe du chômage, et notamment celle des travailleurs handicapés.

Mercredi 9 mars - Tourisme - Destination pour tous 3e.

Le troisième appel à candidatures Destination pour tous a été lancé par les services concernés de l'Etat dans une discrétion qui fait se demander si des candidatures sont réellement souhaitées ! Ce label concerne les territoires touristiques qui ont engagé une démarche d'accessibilité pour les visiteurs handicapés, incluant les sites majeurs et activités, hébergements et restauration, transports et services à la personne. Ils ont jusqu'au 5 septembre 2016 pour déposer un dossier mentionnant les réalisations, parcours de visite et autres adaptations. La procédure, particulièrement contraignante, prévoit un audit du territoire concerné. Actuellement, seul le centre ancien de Bordeaux bénéficie du label Destination pour tous pour deux handicaps (moteur et mental) jusqu'en juin 2017, le second appel n'ayant reçu qu'une candidature finalement sans suite.

 

 

Mardi 8 mars - Loisirs - Papa vous tuera tous !
Le second roman noir publié par Guy Escure aux Editions de l'Officine conduit le lecteur à la découverte du Venezuela, pays aussi fascinant que dangereux du nord-est de l'Amérique latine. La fille, âgée de 13 ans, d'un riche importateur de bois a été enlevée lors d'un voyage d'agrément, mais pourtant aucune demande de rançon ne parvient au père alors que le business du kidnapping bat son plein. Qu'est-il donc advenu de Lilah ? Gilles, le père, va se révolter et embarquer son fils, douanier de choc, dans la recherche de l'enfant en remontant une maigre piste. Entremêlant récits historiques sur les dictatures sud-américaines de la seconde moitié du XXe siècle et l'implantation locale de nazis fuyant la débâcle allemande de 1945 avec la narration de l'intrigue, l'auteur construit un roman ancré dans la situation actuelle du Vénézuéla dont il expose les tensions sociales, la criminalité endémique mais également les beautés des paysages et de la faune, sur fond de réseau pédophile. "Papa vous tuera tous", par Guy Escure, Editions de l'Officine, 22,50€ en librairies.

Dimanche 6 mars - Institutions - Brulé vif à Tremblay.

Le corps d'un pensionnaire quadragénaire d'un foyer de vie de Tremblay (Ille-et-Vilaine) a été retrouvé carbonisé dans l'incendie de la douche de la chambre où il dormait. Un incendie s'étant déclaré à 2h du matin, les pompiers sont intervenus et ont fait la macabre découverte après avoir maitrisé le sinistre qui n'a pas eu le temps de se propager au reste de l'établissement. L'enquête judiciaire devra élucider les causes de cet incendie mortel. Plusieurs résidents ont été incommodés mais sans gravité.

  Image : couverture de 'Papa vous tuera tous'.

 

Vendredi 4 mars - Transports/Fiscalité - Réduction pour handbike.
Les entreprises qui mettent ou mettront des vélos adaptés à la disposition de leurs salariés handicapés bénéficieront d'une réduction d'impôt dans le cadre des dispositions d'un décret publié le 24 février dernier. Il définit les dépenses ouvrant droit à réduction d'impôt ainsi que les formalités nécessaires. Le Conseil général de l'environnement et du développement durable (CGEDD) et la Délégation ministérielle à l'accessibilité (DMA) précisent que cette réduction d'impôt "s'applique donc aux tricycles ou quadricycles utilisés par des personnes handicapées, qu'ils soient propulsés par pédalage manuel ou classique, y compris assisté (sous réserve que le moteur auxiliaire électrique réponde aux conditions définies par l'article 6.11 de l'article R311-1 du code de la route). La mise à disposition par l'entreprise de ce type d'engins à ses salariés souffrant de difficultés physiques de déplacement représente un signal tout à fait positif de prise en compte de ces handicaps, le prix élevé de ces matériels constituant un obstacle à leur achat par des personnes à mobilité réduite." Lire cet article sur les matériels transformant un fauteuil roulant en handbike, également éligibles à cette réduction d'impôt.

Jeudi 3 mars - Justice - 4 millions pour une tétraplégie.
Le Conseil d'Etat condamne au terme d'une très longue procédure la ville d'Etables-sur-Mer (Côtes-d'Armor) à indemniser de ses préjudices la victime d'un plongeon depuis un ponton installé face à une plage. Le 24 juillet 1999, un garçon âgé de 13 ans était devenu tétraplégique après que sa tête eut heurté le sable lors d'un plongeon depuis ce ponton sans que la faible hauteur d'eau et le danger soient signalés. Le Conseil d'Etat avait jugé le 19 novembre 2013 que la commune "avait commis une faute dans l'exercice de ses pouvoirs de police en s'abstenant de prendre les mesures appropriées à l'usage de la plate-forme flottante qu'elle avait installée sur la plage publique des Gobelins et qui était destinée au divertissement des baigneurs", déjugeant ainsi le Tribunal Administratif de Rennes et la Cour Administrative d'Appel de Nantes. La victime et sa famille percevront 1,5 millions d'indemnités pour leurs préjudices, et la Sécurité Sociale 2,5 millions en couverture de ses dépenses passées et futures. L'ensemble devrait être payé par l'assurance de la commune.

 

 

Mercredi 2 mars - Culture/Surdité - Koji Inoue en DVD.
La documentariste Brigitte Lemaine publie en DVD le film "Koji Inoue photographe au-delà des signes", qu'elle avait réalisé en 1999 et qui a été projeté à maintes reprises lors d'événements, tel le festival de Cine Deaf de Rome (Italie) en juillet 2015. Ce film biographique raconte l'enfance de Koji Inoue, devenu sourd à l'âge de trois ans dans un Japon où la langue des signes était interdite, et l'émergence de son intérêt pour la photographie dont il fit son métier. Brigitte Lemaine montre comment la surdité du jeune Koji a déterminé son choix, imprégné son travail de prise de vue et son rapport avec les gens qu'il photographiait, et raconte la découverte tardive de l'aspect documentaire de son oeuvre dans un Japon alors en pleine mutation économique et sociale. Photographe sourd, Koji Inoue est mort en février 1993, quelques mois avant une exposition aux célèbres Rencontres Internationales de la Photographie d'Arles qui aurait constitué la première reconnaissance artistique hors du Japon de son travail. Brigitte Lemaine poursuit actuellement un travail de mise en lumière du travail d'artistes sourds, tel l'américain James Castle. Koji Inoue photographe au-delà des signes, DVD sous-titré en français, Fotofilmécrit, 20€ chez l'éditeur.

  Image : Koji Inoue, photographe au-delà des signes.

 

Mardi 1er mars - Transports/Discrimination - Zèle coupable.
"Le conducteur a fait un excès de zèle, on travaille à ce que cela ne se reproduise pas." Telle est l'explication du responsable d'exploitation du Réseau des Deux-Sèvres (RDS), confié à la société HM Voyages par le Conseil Départemental, après le refus vendredi dernier d'embarquer une jeune adulte handicapée sur la ligne Parthenay-Niort. Le chauffeur avait annoncé à l'éducateur l'accompagnant qu'elle n'avait pas réservé alors que c'est obligatoire. Dans ses explications, le responsable d'exploitation a confirmé cette obligation, qui n'est pourtant pas mentionnée dans la rubrique Accessibilité, avant de reconnaître que la réservation n'était que fortement conseillée pour que le passager soit assuré de disposer d'une place "fauteuil roulant".

 

>> Actualités précédentes



Retrouvez-nous sur Facebook ! | ACCUEIL | MÉL | NEWS | ESPACES | VIE PRATIQUE | TRIBUS | NEWSLETTER | EMPLOI | ARCHIVES |


| ISSN 1777-5191 | Informations légales | Plan du site |

© Yanous! 2016. Reproduction et diffusion interdites sans autorisation.


Fin de page