Handicap auditif
  Coronavirus : les Sourds mis en danger.
  Les pouvoirs publics n'ont pas tiré les leçons du désarroi des personnes sourdes lors des attentats du 13 novembre 2015 et l'information sur l'épidémie du coronavirus Covid-19 leur demeure peu accessible, les empêchant de se protéger et de préserver les autres. Enquête.


 

            A l'instar de bien d'autre pays, la France vit une crise sanitaire liée à l'épidémie de coronavirus Covid-19, mais une fois de plus l'information des personnes sourdes est délaissée par les autorités. Parce que si le message télévisé de prévention conçu par le ministère de la santé est diffusé avec traduction incrustée en Langue des Signes Française, c'est le seul qui soit effectivement visible sur les grands médias télévisés. Si les points quotidiens de situation effectués par le ministre de la Santé, Olivier Véran, et le Directeur Général de la Santé (DGS), le professeur Jérôme Salomon, sont diffusés en vidéo, il faut savoir sur quel média, cette information est introuvable. "Les points quotidiens de situation sont diffusés sur le site du ministère de la Santé, justifie une porte-parole de la DGS. Sur la page d'accueil du site, vous voyez une rubrique sur le Covid-19, vous l'ouvrez puis vous verrez sur la droite les points quotidiens de situation." Il faut donc savoir au préalable où trouver ce que l'on cherche, et il n'est précisé ni à la Une ni sur les autres pages que ces points quotidiens sont traduits en LSF. Depuis mercredi 16 mars, ils sont repris sur le fil Twitter et la page Facebook du  ministère de la Santé. Le secrétariat d'Etat aux personnes handicapées l'a bien signalé dans son communiqué du 6 mars (non archivé en ligne) mais en omettant de préciser où ils étaient diffusés... Secrétariat d'Etat qui a créé le 17 mars une plate-forme d'information dédiée aux personnes handicapées, avec interface de communication LSF-Langage Parlé Complété-transcription en oubliant d'en informer la presse et les publics concernés !

Ces vidéos touchent un faible nombre de personnes, entre 10.000 et 15.000 selon un pointage effectué sur leur archivage Dailymotion. Ils ne sont d'ailleurs pas à jour : à la date de mardi 17 mars, le plus récent point proposé était celui du 11 mars, avant les premières mesures de confinement annoncées le 12 mars par le Président de la République, Emmanuel Macron. Mesures qu'il a d'ailleurs renforcées dans une seconde allocution, le 16 mars. Toutes deux ont été traduites en Langue des Signes Française et sous-titrées par vélotypie. En dehors de cela, de quoi disposent les Sourds pour s'informer sur l'épidémie?

 

Capture d'écran du site du Ministère de la Santé.

 

La FNSF en alerte

Dans un communiqué publié le 4 mars, la Fédération Nationale des Sourds de France (FNSF, qui se mobilise pour publier des informations en vidéo LSF sur l'épidémie) s'est inquiétée de l'accessibilité des informations sur le coronavirus Covid-19 pour les personnes Sourdes. Son président, Vincent Cottineau, s'est exprimé le 10 mars sur des lacunes anciennes, malgré les promesses d'amélioration consécutives au désarroi des Sourds lors des attentats terroristes du 13 novembre 2015 :

Question :
Depuis ces attentats, qu'est-ce qui a changé en matière d'accessibilité de l'information ? Lors des manifestations de gilets jaunes et les grandes grèves entrainant des troubles dans les villes, comment les Sourds ont-ils été informés ?

Vincent Cottineau :
Depuis ces événements, pas grand chose a changé en matière d’information en LSF ou sous-titrage quand il s’agit du direct. Pour les émissions enregistrées, le sous-titrage devient de plus en plus présent au détriment de la LSF. Dans des situations de crise, le Gouvernement réagit très vite et les informations sont naturellement du direct et donc non accessibles en LSF. Nous avons plusieurs fois envoyé du courrier au Gouvernement, au Président de la République, au Conseil Supérieur de l'Audiovisuel pour réclamer la présence systématique d’un interprète lors des annonces officielles, surtout en situation d’urgence. Lors des grandes grèves de décembre 2019-janvier 2020 et pour l’épisode des Gilets Jaunes, aucune interprétation n’a été mise en place, comme pour les attentats de novembre 2015 ! Les Sourds s’informent eux-mêmes, ce qui est incroyable : certains Sourds et interprètes ont volontairement mis en place des informations à part, une sorte de journal télévisé présent dans les réseaux sociaux, je précise pour la plupart du temps bénévolement (pages Facebook Fusillade à Paris en direct LSF par exemple, ou Cop21LSF). C’est pourquoi de nombreux Sourds sont obligés de contribuer à Média’Pi [lire plus bas une interview de sa cofondatrice et directrice], média indépendant entièrement cofinancé par la Communauté Sourde qui a besoin d’informations.

Question : Des discussions ont-elles eu lieu avec le CSA après les attentats du 13 novembre 2015, ou avec les grandes chaines télés ? Que demande la FNSF immédiatement, et pour plus tard ?

Vincent Cottineau : La FNSF demandait depuis longtemps que toute annonce officielle de la part du Gouvernement (Premier ministre, ou autres ministres) soit accompagnée systématiquement d’une interprétation en LSF. Le 25 février 2020, un amendement déposé par la députée Caroline Janvier [lire plus bas sa brève interview NDLR] a été adopté pour rendre accessible en LSF les annonces officielles : c’est une avancée. De plus, pour la première fois de l’Histoire, les Sourds ont pu visionner en direct l’annonce officielle du Ministre des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran, avec un interprète en direct le dimanche 8 mars 2020 sur le sujet du coronavirus. Mais pour le projet de loi sur l'audiovisuel, il n'y a que cet amendement de la députée Caroline Janvier alors que les directives européennes demandent des chiffres d'évolution de la présence de la LSF sur les chaines françaises.

Que dit le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel ?

"Gendarme" de l'audiovisuel, le CSA avait publié un communiqué détonnant 11 jours après les attentats du 15 novembre 2015 (lire l'actualité du 26 novembre 2015). Relevant avoir "reçu un très grand nombre de plaintes portant sur l'absence de traduction en langue des signes française [...] des programmes d'information diffusés depuis les attentats du 13 novembre dernier, sur l'ensemble des chaînes de télévision", il s'était borné à rappeler leurs obligations légales et conventionnelles que ces chaines pouvaient "suspendre la diffusion des journaux accessibles aux personnes sourdes et malentendantes lorsque survient un événement exceptionnel lié à l'actualité". En clair, les chaines de télévision n'avaient aucune obligation de déployer une information adaptée aux Sourds, et avaient même le droit de suspendre les émissions sous-titrées ou avec LSF au moment où les personnes sourdes ou malentendantes en ont le plus besoin !

Cinq ans plus tard, la position du CSA n'a pas évolué : "En effet, pour l'heure, il n'existe pas d'obligation législative ou réglementaire pour les chaînes de rendre accessibles les événements exceptionnels donc le CSA ne peut rien imposer aux chaînes, justifie sa porte-parole. Toutefois, le Conseil se mobilise sur le sujet, au-delà des exigences légales, en sensibilisant régulièrement les opérateurs pour qu'ils rendent accessibles les événements exceptionnels (ex : attentats) ainsi que les voeux du président de la République, afin que les personnes sourdes ou malentendantes puissent avoir le même niveau d'information que tout le monde. Ainsi, au lendemain des attentats du 13 novembre 2015, le Conseil supérieur de l'audiovisuel a sensibilisé les médias audiovisuels afin que ces derniers aient recours au sous-titrage et/ou à la LSF lors d'événements exceptionnels." Pourquoi alors les avoir "blanchis" dans son communiqué du 26 novembre 2015 ?

Depuis, le CSA affirme avoir attiré l'attention des diffuseurs sur la taille et la visibilité de l'insert LSF lors des voeux du Président de la République chaque 31 décembre, "dans la continuité des échanges qui se sont tenus avec les représentants des associations en 2017 et 2018". Et pour ce qui concerne l'actuelle épidémie, il a demandé au ministère de la Santé de rendre accessibles par sous-titrage et LSF tous les spots d'alerte, et "aux chaînes de télévision qu'une attention particulière soit portée à l'accessibilité des informations liées au Covid-19 à destination des personnes malentendantes et sourdes (sous-titrage et LSF)." S'il n'est plus question de les exempter d'accessibilité "lors d'événements exceptionnels", le CSA ne demande pas encore la présence systématique d'un interprète LSF lors de communications de crise. A cet égard, les Australiens confrontés de novembre 2019 à février 2020 à de gigantesques incendies étaient mieux traités : toutes les interventions du chef des pompiers étaient traduites en langue des signes, de même que la plupart de celles du Premier ministre. Mais l'Australie n'est pas la France...

 

Image : Vperemen CC BY-SA 4.0 via Wikimedia Commons.

 

Mentions obligatoires image ci-dessus : Vperemen CC BY-SA 4.0 via Wikimedia Commons.

Du mieux... pour plus tard.

Députée La République En Marche, Caroline Janvier a défendu et fait adopter en Commission des affaires culturelles de l'Assemblée Nationale un amendement au projet de loi Communication audiovisuelle et souveraineté culturelle rendant obligatoire la traduction en LSF de certaines communications télévisées.

Question : Vous avez fait adopter une disposition importante pour l'information des Sourds, mais qui n'entrera en vigueur que dans plusieurs mois, bien après la fin de l'épidémie de Covid-19...

Caroline Janvier : Vous connaissez mon engagement sur ce sujet. Dès le début de l'épidémie, j'ai alerté Olivier Véran [ministre de la Santé] pour que les communications gouvernementales soient diffusées avec langue des signes et sous-titrage. C'est ce qui a été fait pour les allocutions du Président de la République. Avant cette épidémie, j'avais travaillé avec des associations à un amendement pour obliger les chaines de télévisions à rendre l'information accessible aux Sourds dans deux cas : une situation de crise lors de laquelle l'ensemble des citoyens doit avoir accès à l'information, et pour suivre le débat démocratique lors de grandes échéances électorales ou d'importants discours à la Nation. Cet amendement a été adopté en commission. En séance à l'Assemblée Nationale, je demanderai d'aller plus loin avec un dimensionnement minimum de l'insert LSF sur l'écran.

Question : Cette loi ne s'appliquera que bien après la crise sanitaire actuelle, mais dans l'immédiat les Sourds restent sans solution...

Caroline Janvier : Je fais le même constat, c'est une rupture d'égalité frappante. Une partie de la population n'a pas accès à l'information alors qu'elle a besoin d'éléments supplémentaires. Il y a deux choses, la communication des médias en situation de crise, et la façon dont les administrations adaptent leur communication. Des associations veulent qu'on avancent sur l'inscription de la langue des signes dans la Constitution de la République, à laquelle je suis favorable, et qu'on organise son apprentissage dans les écoles.

Médias inertes, médecins en première ligne

"Le ministère de la Santé n'a pas donné de consignes aux chaines de télévision", concède la porte-parole de la DGS. Par conséquent, les chaines de service public de France Télévisions engagent peu d'efforts d'accessibilité : quatre journaux en LSF dans la matinale commune France 2 FranceInfo à 6h30 et 9h du lundi au samedi, et deux sur Franceinfo à midi et 17h, aucun rediffusé en replay. Selon son service de presse, la chaine a diffusé plusieurs des points de situation du Directeur de la santé, mais sans informer la presse et les associations de personnes sourdes. Et si Franceinfo a traduit en LSF la soirée de résultats du 1er tour des élections municipales du 15 mars, son communiqué informant les journalistes et le public a été publié l'avant-veille, un temps insuffisant pour informer le public. Sur France 3 Pays de Loire, par exemple, le dernier journal Tout info, Tout en signes date du 23 janvier dernier ! Exception notable à cette déshérence, à la Réunion, le journal de 19 heures de Réunion 1ere est interprété en LSF : les Sourds de ce département d'outremer sont informés comme tout le monde. Ce n'est par contre pas le cas en Guadeloupe : dans ce département antillais, une conférence d'information a été organisée le 6 mars, compte-rendu et interview à lire plus bas.

Par ailleurs, le numéro d'appel d'urgence 114ne publie à la Une aucune information sur l'épidémie, ni conseils de prévention ni conduite à tenir en cas de symptômes, etc. Pourtant, il mentionne l'annulation de ses conférences d'information sur son service, preuve que son site web est actif. Son médecin chef, le docteur Benoit Mongourdin, n'a pas souhaité expliquer le ressenti des Sourds qui contactent le 114 pour s'informer sur l'épidémie... A la différence du Docteur Thierry Abdou, responsable de l'Unité d'accueil et de soins pour les patients sourds en langue des signes
(UASS) du Centre Hospitalier Universitaire de Montpellier : "Je suis frappé par la connaissance de la problématique Covid chez les patients sourds : ils en savent autant que les entendants, c'est à dire pas grand chose... Comme pour tout autre problème de santé, l'information doit parvenir en LSF afin d'être claire et sûre." Ce que confirme le docteur Jérôme Laubreton, responsable de l'unité Soins et Accueil des Sourds du Centre Hospitalier Universitaire de la Miléterie à Poitiers (Vienne) dont la page Facebook propose des vidéos signées sur l'épidémie et qui a répondu à nos questions jeudi 12 mars :

Docteur Jérôme Laubreton :
Les consultants m'interrogent sur le risque de mortalité, le mode de transmission, les précautions à prendre (essentiellement le port du masque), le dépistage, bref les mêmes questions que les patients entendants. Leur information est en grande majorité celle qui est véhiculée par les médias, avec une dramatisation excessive et quelques lacunes.

Question : Comment s'informent-ils ? Via les réseaux sociaux, Média'Pi, la télévision avec sous-titrage, les journaux web ou papier en se les faisant traduire par un entendant locuteur LSF ?

Docteur Jérôme Laubreton : Ils ne me le précisent en général pas, mais beaucoup disent avoir pris connaissance d'informations via les réseaux sociaux (Facebook).

Questions : Avez-vous constaté des fausses certitudes résultant d'incompréhensions ?

Docteur Jérôme Laubreton : Pas plus qu'avec les entendants. Les patients ont majoritairement besoin de réassurance...

 

Média-Pi

 

Média'Pi informe quotidiennement les Sourds.

Créé par la comédienne Noémie Churlet, Média’Pi! est le seul diffuseur quotidien d'informations de qualité en Langue des Signes Française sur le web. Quelques jours après cette interview réalisée le 13 mars, sa directrice a décidé de diffuser son flash info du 17 mars en accès libre.

Question :
Envisagez-vous de diffuser des infos sur l'épidémie et des conseils pratiques en accès libre, et le ministère de la santé vous a-t-il consulté pour envisager des actions communes ?

Noémie Churlet : J'aurais vraiment aimé pouvoir diffuser les informations en accès libre, Nous l'avions fait pour nos derniers flashs infos à propos des gilets jaunes. Ce qui nous a même valu des désabonnements. En effet, nous avons eu des retours d'abonnés qui se sont plaints de savoir que les informations principales étaient diffusées gratuitement alors que l’information était produite grâce à leurs abonnements. Nous n’avons, pour l’instant, pas encore une situation budgétaire assez stable pour pouvoir offrir des informations. Ce qui est très difficile pour la directrice que je suis, qui se bat pour que les informations puissent être présentées dans deux langues françaises.

Question : Le ministère de la Santé vous a-t-il consultée pour envisager des actions communes, ou bien l'avez-vous contacté, ou un autre ministère, ou la Direction Générale de la Santé ?

Noémie Churlet : Nous sommes sûrement un média encore trop jeune pour être connu par le ministère de la Santé et pour avoir l'honneur d'être appelé. Nous n'avons pas encore eu l'occasion de faire appel à la Direction Générale de la Santé, car nous trouvons nos informations sans avoir à faire directement appel à eux, et nous informons régulièrement sur le Coronavirus/Covid-19 dans nos formats I'Média ou 7'Jim, voire même dans 5'Sport puisque le sport est également touché avec de nombreuses annulations d'événements. J’aurais également aimé avoir une grande équipe pour permettre de diffuser en permanence des informations mais à ce jour nous n'avons qu'un seul journaliste (Chris Comendador) pour un contrat de 35h par semaine et cette personne se démène bien plus que les horaires imposés malgré mes recommandations de se reposer. Nous nous débattons du mieux possible pour avoir une fréquence appréciable de diffusion d'informations. Le modèle économique lié à l'abonnement est le plus adapté pour garder notre autonomie, mais les abonnements sont longs à augmenter... Cela monte, mais nous sommes toujours à environ à 48% de notre objectif de 5.000 abonnés. Notre flash information Coronavirus a été vu 1.749 fois [à la date du 13 mars 2020], le 7’JIM 1.300 en moyenne par émission et le I’Média 900 fois par émission.

Question : Plus globalement, quel est votre sentiment sur l'information des Sourds s'exprimant en LSF lors des crises traversées par notre pays : attentats du 13 novembre 2015, mouvements massifs de grèves et manifestations (réformes du travail, des retraites, gilets jaunes, canicules 2019, grève dans les transports, etc.) ?

Noémie Churlet : Comme tous les citoyens sourds, ainsi que l'exprime la FNSF, il n'est pas normal qu'à l'heure actuelle, dans des années de grandes avancées technologiques, voire également dans une évolution des rapports humains plus ouverte, que le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel soit à la traine pour donner des informations en langue des signes. Malgré les réclamations de nombreux citoyens, depuis au moins 1986, avec par exemple Monsieur Kaczmarek qui, parmi d'autres, ont fait des réclamations. Selon l'article 19 de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen : "Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit." Je n'ai pas le sentiment que cet article soit considéré pour les Sourds qui pratiquent une autre langue. Pour les chaines télévisées, (pour beaucoup d'ailleurs) organiser l'accès de la langue est un fardeau, un budget à prévoir, etc. Même s'il y a des efforts, par exemple la chaine M6 qui avait proposé pendant six mois un magazine Le 10 minutes présenté par deux Sourds. Cela n'était visible que par Internet en replay ou via Facebook. Les évolutions sont très timides. On sent les efforts mais on sent surtout que "ça les fait chier". Pardon pour ce propos un peu vulgaire, mais je n’ai pas trouvé d’autre phrase plus claire pour exprimer mon ressenti !

Question : Quelles relations avez-vous avec le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel sur ce sujet ?

Noémie Churlet : Nous n'avons pas (encore) de relation avec eux, je n'attends plus rien d'eux à part de respecter leurs engagements c'est à dire 100% de sous-titrage irréprochable ! Et j'aimerais des informations en LSF pour tous les journaux, et s’il vous plait pas dans un carré de 5 cm² ! Il en va de même pour les interventions politiques ou gouvernementales. Ainsi que plusieurs émissions, formats, etc., dont l'équipe soit sourde. Au vu des années de réclamations et des efforts vraiment très peu appréciables, j'ai fini par ne plus croire à leur volonté de faire les choses correctement. Pour ma part, je fais mon travail avec l'équipe pour obtenir des informations régulières, de qualité irréprochable en LSF et en français, avec le sous-titrage. Nous sommes ouvert à tous (oui le public entendant pourra progressivement avoir envie de découvrir nos informations puisque nos informations ne sont pas créées spécialement pour les Sourds mais tout simplement proposées dans deux choix de langue). Bien sûr nous n'intégrons pour l'instant pas le son, faute de budget disponible, à l'instar des chaines TV ou du Gouvernement qui nous répondent qu'il n'y a pas de budget pour la traduction en LSF... Après, je crois en l'avenir de notre média, mais il ne serait tout de même pas normal que le CSA en vienne à dire "il y a déjà un média pour Sourds, cela suffira". Nous avons le droit d'avoir plusieurs sources d'informations, des accès vers la LSF, librement selon ses propres opinions. La TV est en partie un service public, il doit donc être en mesure de répondre à tous les publics, quels que soient leur langue et leur mode de communication.

Les Sourds de Guadeloupe agissent à la place des autorités.

Département des Antilles françaises, la Guadeloupe connait régulièrement des crises sanitaires, ouragans dévastateurs, éruption volcanique et autres événements graves. Pourtant, les autorités n'ont pas développé un système d'information adapté à destination des 400 Sourds recensés sur cette île très touristique. En prévision des conséquences de l'épidémie Covid-19, une réunion d'information des Sourds guadeloupéens s'est déroulée le 6 mars. L'information des participants était assurée par des médecins et paramédicaux dont le docteur signant Medhi Lionel Socrier Chathuant, assistés par la seule interprète LSF de l'ile. "Au jour de la Conférence du vendredi 6 mars, nous étions encore à aucun cas de coronavirus en Guadeloupe, précise le docteur Medhi Lionel Socrier Chathuant. Initialement prévue de 18h30 à 20h, elle a duré jusqu'à 22h ! L'interprète a offert deux heures de plus d'interprétation vu le grand intérêt porté sur ce sujet par ceux de la communauté Sourde qui ont pu venir." Sollicité, le président de la Région, Ary Chalus, a offert gracieusement l'utilisation de l'Espace Régional du Raizet, mais l'Agence Régionale de Santé a refusé de prendre en charge les dépenses d'interprétariat en LSF, précise Medhi Lionel Socrier Chathuant : "Aucun relais d'information urgente aux Sourds n'a été prévu pour combler le besoin de réponse urgente et efficace en cas, par exemple, de virus émergent, de séisme (Les Saintes en 2004) , d'ouragan et de cyclones (Irma, Maria, Hugo), d'incendie (dont celui gravissime du CHU de Pointe-à-Pitre en 2017), voire d'attentats (Charlie Hebdo, le Bataclan, Nice). Dix jours après la conférence, soit le lundi 16 mars, nous étions à 16 cas de coronavirus officiellement diagnostiqués en Guadeloupe. Les réunions d'individus, même à titre d'information, sont aujourd'hui prohibées à titre de prévention et de sûreté sanitaire, ce à juste titre. Heureusement donc que nous avons tenu à quand même organiser notre réunion dans l'urgence avant que n'apparaissent les tous premiers cas, et au vu de l'avancée de la pandémie que l'on voyait déjà préoccupante en suivant les médias d'informations de qualité dont la chaîne LCI et les chaînes du groupe France télévisions (Radio 1ère et Télé Guadeloupe la 1ère ici) pour les entendants ; et souvent pour les Sourds les seules chaînes en LSF France 2 ou France 24 au journal télévisé national traduit et/ou sous-titré."

Coorganisatrice de la conférence du 6 mars, l'association Bébian Un autre monde la relate par la voix de sa coordinatrice, Elodie Le Fur Gargar :

Elodie Le Fur Gargar :
Les participants entendants (apprenants LSF, professeurs, parents) et les nombreux Sourds étaient très satisfaits. Depuis l’ouragan Irma nous avons créé un groupe WhatsApp pour communiquer plus facilement les informations, préventions, car les informations TV locales ne sont toujours pas accessibles pour nous. Quand le virus Covid-19 a commencé à se répandre, de nombreux sourds ont paniqué, les mauvaises informations via les réseaux sociaux devenaient trop nombreuses, les arrivées de nombreux touristes et croisiéristes que nos îles reçoivent ont accentué cette peur, il fallait donc agir rapidement. Ce qu’a fait notre médecin signant Docteur Socrier-Chathuant, qui a rapidement alarmé le Président de la Région. Cette conférence a permis de rassurer beaucoup de monde mais surtout nous a appris les bons gestes comme le nettoyage des mains, les mesures à prendre.

Question : Quels types de questions ont-ils posés ?

Elodie Le Fur Gargar : "Le virus vient d’où ?" "Comment il se le transmet ?" "Faut il un nettoyage spécifique dans la maison ?" Pour les femmes enceintes, y a t il un risque pour le bébé ?" Sur leur lieu de travail, certains n’ont pas pu avoir accès aux préventions : comment faire avec les clients quand on travaille à la caisse ? Il y avait beaucoup de questions je ne me souviens pas de toutes mais elles étaient très cohérentes. L’information à cette conférence a été suffisante, cohérente et structurée. Les professionnels, médecin généraliste, infirmier et spécialiste de l’hygiène et des maladies fiévreuses ont préparé un support imagé avec des données claires, qui était projeté. On pouvait ainsi revenir sur les diapositives facilement. La présentation était parfois ludique, par exemple pour le nettoyage des mains avec le gel, nous l’avons tous répété en coeur au même rythme ! Avoir l’information en Langue des Signes avec des professionnels qui répondent a toutes les questions était vraiment rassurant.

Question : Avez-vous constaté des fausses certitudes résultant d'incompréhensions ?

Elodie Le Fur Gargar : Oui bien sûr, il y a toujours de fausses certitudes, notamment qui viennent des réseaux sociaux. Les Sourds sont majoritairement illettrés, suite à un manque d’éducation scolaire adaptée. Donc effectivement les masses d’informations écrites et vidéos douteuses... Certains pensaient par exemple que mettre des gants suffirait, ou nettoyer la maison avec des produits ménagers plus agressifs protégerait mieux. Les Sourds ne sont pas les seuls à avoir des fausses certitudes dans ce genre de situation.

Question : Comment se sont-ils informés, via les réseaux sociaux, Média'Pi, la télévision avec sous-titrage, les journaux web ou papier en se les faisant traduire par un entendant locuteur LSF ?

Elodie Le Fur Gargar :
La télévision et les sous-titrages, non, car ici les chaines d’informations locales ne sont pas accessibles aux Sourds. Il y a eu beaucoup d’informations via Facebook, surtout. Ceux qui sont abonnés à Média’Pi ont pu s’y informer.

Question : Que font les pouvoirs publics locaux pour adapter l'information aux personnes sourdes ?

Elodie Le Fur Gargar : Rien n’était prévu. L’association Bébian, un autre monde et le Mouvement Citoyens Sourds ont, lors d’une rencontre avec le responsable des usagers du Centre Hospitalier Universitaire, demandé à ce qu’une réunion d’information soit faite. Il fallait faire un courrier, attendre la réponse, parfois cela peut être long même si les personnes qui nous reçoivent en entretien ont très bien conscience de la situation et font de leur mieux. Le Docteur Socrier-Chathuant qui participe à notre groupe WhatsApp a vite compris l’urgence et a pris l’initiative de l’organisation rapide : en 4 jours cela était fait, des professionnels disponibles et bénévoles, et une interprète présente.

Question :
Avez-vous fait remonter aux autorités, à l'Agence Régionale de Santé, un besoin spécifique d'information pour les personnes sourdes ? Que vous répond la tutelle ?

Elodie Le Fur Gargar : Le Docteur a contacté l’ARS pour le financement de l’interprète mais je ne sais pas si cela a abouti. On a beaucoup de chance d’avoir un médecin signant sur place, proche de la communauté, et des bénévoles d’associations actifs sur le terrain. Une conférence de ce genre a été organisée aussi pour le chikungunya, par exemple, quand notre île a été infestée. Les Sourds sont souvent oubliés, l’accessibilité n’est pas appliquée, il faut toujours que l’on rappelle que nous sommes présents et non immortels...


Propos recueillis par Laurent Lejard, mars 2020.

 


| ACCUEIL | MÉL | NEWS | ESPACES | VIE PRATIQUE | TRIBUS | NEWSLETTER | EMPLOI | ARCHIVES |


| ISSN 1777-5191 | Informations légales | Plan du site |

© Yanous! 2020. Reproduction et diffusion interdites sans autorisation.


Fin de page