Handicap auditif
Accueil Mél News Espaces Vie pratique Tribus Emploi Archives de cette rubrique RSS
  La Marseillaise des sourds.
  Un groupe de sourds et d'entendants travaille depuis un an à l'adaptation en L.S.F de l'hymne national. Une nouveauté qui allie poésie et affirmation d'une citoyenneté.

Lecture de cette page par la synthèse vocale de ReadSpeaker.

La Marseillaise en L.S.F est presque une nouveauté : une interprétation du premier couplet et du refrain a été exécutée en public lors des premières Rencontres Culture et Handicap qui se sont tenues à Bourges, en octobre 2003. Réalisée par des entendants, cette interprétation a déçu le public sourd. Elle a un peu pris de court un groupe de marseillais qui travaille depuis mars 2003 à une version complète en langue des signes française de l'hymne national. Les premier, sixième et septième couplets ainsi que le refrain sont d'ores et déjà réalisés : ce sont ceux qui sont chantés lors des célébrations, les autres étant tombés en désuétude au fil du temps.

Image : Tableau d'Isidore Pils représentant Rouget de l'Isle chantant la Marseillaise chez le maire de Strasbourg, le 26 avril 1792.

Audrey Fondrède, qui participe au service de la programmation culturelle de la bibliothèque de Marseille, explique comment cette réalisation a été conçue: "La version L.S.F a nécessité un important travail de recherche et l'historien spécialiste de la Révolution Française, Michel Vovelle, a été mis à contribution. Il nous a aidé à comprendre des sens anciens, comme 'nous entrerons dans la carrière'. Il nous a fallu restituer et transposer des termes aussi difficiles à faire comprendre que 'accourt à tes mâles accents'. Ce travail de transposition a été particulièrement important. L'hymne national, c'est la citoyenneté. Michel Vovelle a d'ailleurs remarqué que les minorités qui revendiquent leur citoyenneté, leur appartenance à la Nation française, s'approprient La Marseillaise".

L'initiative marseillaise intervient alors que les Sénateurs de la République ont voulu, lors du débat en première lecture du Projet de loi pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, donner un statut officiel à la langue des signes française : au terme d'un amendement, elle serait traitée à égalité avec les autres langues enseignées à l'école et pourrait être présentée au baccalauréat en deuxième langue vivante. Cette disposition reste à confirmer lors des débats parlementaires à venir.

La Marseillaise L.S.F sera filmée et la vidéo devrait servir à la populariser parmi les sourds. "La transcription écrite des signes est insuffisante, précise Audrey Fondrède; elle ne serait qu'une suite de gestes sans sens général, avec un risque de déformation. Les sourds de Marseille vont proposer leur version aux autres sourds qui pourront l'adapter aux variantes locales de la L.S.F".

Cette première Marseillaise L.S.F sera représentée en public lors de l'inauguration de la nouvelle bibliothèque de Marseille, à une date qui n'est pas encore fixée. Située à quelques mètres du local duquel le Bataillon de Fédérés marseillais partit rejoindre la capitale en popularisant le Chant de guerre pour l'armée du Rhin écrit par Rouget de l'Isle en 1792, cette performance sera la première exécution officielle de l'hymne national en langue des signes. La seconde aura-t-elle lieu un 14 juillet à Paris, sous l'Arc de Triomphe ?

  Image : La Marseillaise, sculptée par François Rude pour l'Arc de Triomphe de Paris, 1836.

Laurent Lejard, mars 2004.


Le 12 juin 2004 à 14h, à quelques mètres du lieu de départ du bataillon des fédérés, rue Thubaneau a Marseille, les sourds signeront la Marseillaise. Cette première sera suivie d'un débat à la salle de conférences (niveau -1) de la Bibliothèque de Marseille, 58 cours Belzunce. Tél. 04 91 55 90 00, fax 04 91 55 23 44.




| ACCUEIL | MÉL | NEWS | ESPACES | VIE PRATIQUE | TRIBUS | NEWSLETTER | EMPLOI | ARCHIVES |


| ISSN 1777-5191 | Informations légales | Plan du site |

© Yanous! 2004. Reproduction et diffusion interdites sans autorisation.


Fin de page