Handicap auditif
Accueil Mél News Espaces Vie pratique Tribus Emploi Archives de cette rubrique RSS
  Sept mois au Cambodge.
  Quatre jeunes illustrateurs ont travaillé au contact d'enfants sourds accueillis par une association khmère. Ils racontent leurs rencontres dans un très beau livre.

Lecture de cette page par la synthèse vocale de ReadSpeaker.

Tian, Lucie, Lisa et Sylvain sont quatre étudiants de l'école supérieure des Arts décoratifs de Strasbourg. Dans le cadre de leurs études, ils ont voulu réaliser un programme pédagogique et c'est Tian qui les a conduit au Cambodge auprès d'enfants handicapés ou abandonnés. Chan Keu Tian a fui son pays avec ses parents à l'âge de six ans, en pleine guerre civile, et son désir de retrouver ses racines a remporté l'adhésion de ses camarades. "C'est son idée, confirme Lucie Albon, pour avoir une idée réelle de son pays plutôt que celle des médias qui ont une perception négative". La rencontre du directeur d'une association gérant des programmes d'aide destinés aux enfants, Krousar Thmey (Nouvelle Famille) a donné toutefois une autre orientation au projet pédagogique des quatre étudiants : leur initiative de "théâtre dessiné" (Lakhorn Kou) a été conçu pour des enfants sourds.

Image : couverture de l'ouvrage '7 mois au Cambodge' publié chez Glénat.

"Les cambodgiens handicapés ont de grandes difficultés à trouver du travail, a constaté Tian; à travers l'art, nous avons voulu former des enfants sourds en développant un projet lié au théâtre. On a travaillé sur leur imaginaire, en leur faisant jouer des saynètes qui étaient ensuite dessinées pour raconter des histoires". "Les enfants sourds que nous avons rencontrés sont vierges d'images, précise Lucie, ce sont des enfants des rivières, sans télé ni journaux". Aucun des étudiants français ne connaissait alors la langue des signes. Ils ont utilisé une gymnastique corporelle pour établir le contact et jouer des sketches, créé des cartons illustrés pour communiquer. "On a suivi une progression image- nom en khmer, explique Lucie. En juxtaposant, on créait des scénarios pour réaliser du théâtre dessiné. On procédait en cercle, un peu à la manière du téléphone arabe, chacun ajoutant sa séquence. On jouait ensuite la scène, on modifiait l'action, on changeait les acteurs. Ensuite, les enfants mettaient la scène en images".

Image : illustration de Lucie Albon tirée de l'ouvrage '7 mois au Cambodge'.

Tian a appris les signes pour pouvoir parler avec les enfants. La langue des signes parlée dans les écoles comporte peu de termes; elle a été créée à partir de la langue des signes américaines et a très vitre pris son autonomie en créant une autre manière de donner des noms à des choses, comme des fruits exotiques ou des attitudes locales de vie. Par exemple, le signe nommant Tian est la combinaison de lunettes et de grain de beauté. Les centres accueillant des enfants sourds sont de création récente, trois à quatre ans, et des différences locales apparaissent déjà dans la langue des signes qui est pratiqué dans les différents établissements, le plus ancien ayant de bonnes bases pédagogiques. "Les enfants sourds ont pu s'intégrer aux autres grâce au théâtre, estime Lucie; avant ils vivaient dans leur coin, maintenant ils partagent les jeux de tous. Cela fait peu de temps que les enfants sourds sont reconnus : les croyances religieuses les rendaient victimes d'un mauvais karma"...
Image : illustration de Chan Keu Tian tirée de l'ouvrage '7 mois au Cambodge'.

La surdité touche davantage d'enfants au Cambodge qu'en France : elle est notamment due aux maladies infantiles non traitées telles la rougeole ou la varicelle. "Les médecins n'ont pas les moyens de soigner puis de compenser la perte d'audition, estime Tian. Des audioprothésistes nous ont donné des appareils qui ont permis à des enfants, en retrouvant l'audition, de pouvoir parler après des exercices d'oralisation. J'ai découvert un univers qui m'a beaucoup séduit. Les enfants sourds sont très expressifs, ils racontent beaucoup de choses. On a pu exploiter tous les domaines plastiques, ces enfants sont très précoces". "Ils n'ont pas de tabou, complète Lucie, s'adapter à eux était facile". Cela donne envie à Tian d'orienter désormais son travail vers la communication des enfants sourds par la bande dessinée, tout en ayant l'impression que les centres spécialisés sont, en France, plus fermés qu'au Cambodge. Il retournera auprès des enfants cambodgiens pour développer leur pratique artistique : "les enfants sourds demandent plus d'attention, il faudra que je leur apporte davantage"...


Laurent Lejard, décembre 2003


Sept mois au Cambodge a été réalisé par Chan Keu Tian, Lisa Mandel, Sylvain Moizie et Lucie Albon. Il est édité par Glénat et vendu en librairie.




| ACCUEIL | MÉL | NEWS | ESPACES | VIE PRATIQUE | TRIBUS | NEWSLETTER | EMPLOI | ARCHIVES |


| ISSN 1777-5191 | Informations légales | Plan du site |

© Yanous! 2003. Reproduction et diffusion interdites sans autorisation.


Fin de page