Handicap visuel
Accueil Mél News Espaces Vie pratique Tribus Emploi Archives de cette rubrique RSS
  Greffier aveugle au Togo.
  Koffi Awoukou Tamakloe a été admis à travailler à la Cour d'Appel de Lomé comme administrateur de Greffe, ajoutant une nouvelle pièce à l'intégration sociale et professionnelle des personnes handicapées dans ce pays africain. Portrait.

Lecture de cette page par la synthèse vocale de ReadSpeaker.
 

            Après Jérémy Yao Vidja, un non-voyant qui a participé aux élections législatives togolaises de juillet 2013 et a été élu député, c'est au tour d'une autre personne en situation de déficience visuelle de briser les barrières qui empêchent les personnes handicapées de prendre part à la vie de la société ou d'un pays pour leur épanouissement. Ainsi, après sa prestation de serment le 22 aout dernier, maitre Koffi Awoukou Tamakloe est actuellement administrateur de Greffe à la Cour d'Appel de Lomé.

Né en 1984 à Agou, localité située à une centaine de kilomètres de Lomé, Koffi Awoukou Tamakloe a fait ses études dans la capitale. Mais arrivé au secondaire, il a eu de sérieuses difficultés qui l'ont amené au centre des aveugles de Kpalimé (ville située à 120 km de Lomé), une institution spécialisée dans la formation des personnes déficientes visuelles. Après avoir passé une année à apprendre le braille et l'utilisation de la machine à écrire qui permet aux personnes aveugles de s'insérer académiquement dans les écoles ordinaires, il s'est inscrit au collège protestant de Kpalimé où il a obtenu un baccalauréat littéraire en 2005. Il a poursuivi ensuite à l'Université de Lomé d'où il est sorti nanti d'une licence et d'une maitrise en droit public.

 
 

En 2011, il a été admis au cours d'entrée au Centre de Formation des Professions de Justice de Lomé (CFPJ), une grande école de la République Togolaise qui forme en carrière judiciaire notamment les magistrats, les administrateurs de Greffe et autres. "Mon entrée au CFPJ n'était pas facile car on sentait une certaine réticence des institutions, des grandes écoles à admettre les personnes en situation de handicap visuel faute de moyens didactiques, confie Koffi Awoukou Tamakloe. J'ai donc pu convaincre la directrice de l'époque, qui est une Française qui m'a favorablement accueilli, et les autorités du CFPJ et de l'Ecole Nationale d'Administration (ENA) qui étaient associées à l'époque au concours m'ont permis de passer le concours où les épreuves ce jour là au moins étaient transcrites en braille. Je les ai rendues à la machine dactylo et j'ai été admis 10e sur plusieurs centaines."

La formation n'était pas facile car il lui fallait suivre des cours théoriques avec des documents tous en noir. "Donc je devais les adapter, soit me les faire transcrire en braille, me les faire enregistrer sur des supports numériques ou les lire avec des logiciels de revue d'écran qui permettent à la personne handicapée d'accéder aux données numériques," précise Koffi Awoukou Tamakloe. Aussi, durant cette formation, il n'y avait pas d'accompagnement en tant que tel : "J'utilisais la tablette qui permet aux personnes non-voyantes de prendre le cours en braille. Je prenais toutes mes notes en braille. Le centre avait mis néanmoins un ordinateur de bureau à ma disposition, sur lequel j'ai fait installer mon logiciel adapté pour les cours informatiques. Pour les autres choses, je me faisais assister par les camarades."

  Image : Koffi Awoukou Tamakloe en robe de greffier.
 

Après deux années de formation passée au CFPJ en option Greffe et Parquet, il est sorti Administrateur de Greffe où il occupe actuellement un poste à la Cour d'Appel de Lomé. Afin de lui faciliter la tache, les ONG Christian Blind Mission (CBM) et Visions Solidaires lui ont permis de disposer dans son bureau à la Cour d'Appel d'un ordinateur sur lequel a été installé un logiciel de synthèse vocale qui permet d'adapter les données. On a également mis à sa disposition un scanner pour numériser les documents papier. L'État compte en outre l'équiper en logistique et matériel.

Koffi Awoukou Tamakloe aspire aller toujours loin dans les études : "J'aime le domaine de la recherche, je voudrais faire une thèse de troisième cycle en droit public, en relations internationales et pourquoi pas enseigner dans le supérieur." Belle ambition !


Ali Soumaila, octobre 2014.

 


Retrouvez-nous sur Facebook ! | ACCUEIL | MÉL | NEWS | ESPACES | VIE PRATIQUE | TRIBUS | NEWSLETTER | EMPLOI | ARCHIVES |


| ISSN 1777-5191 | Informations légales | Plan du site |

© Yanous! 2014. Reproduction et diffusion interdites sans autorisation.


Fin de page