Tourisme
Accueil Mél News Espaces Vie pratique Tribus Emploi Archives de cette rubrique RSS
  Plaisirs alsaciens.
  La route des vins d'Alsace est un grand classique du tourisme hédoniste, qui n'oublie pas l'accessibilité : découverte.

Lecture de cette page par la synthèse vocale de ReadSpeaker.

                Officiellement lancée en 1953 à l'occasion d'un rallye automobile (mais on y cultive la vigne depuis l'Antiquité), la route des vins d'Alsace traverse, de Thann à Marlenheim, les deux départements du Haut et du Bas-Rhin sur environ 170km, soit plus de la moitié des communes viticoles, dont la plupart des grands crus. Mieux que d'autres routes similaires en France, elle associe patrimoine, terroir et gastronomie dans des paysages préservés où le vin sert de fil conducteur à l'exploration, passionnante en toute saison. Il y a évidemment le must automnal du temps des vendanges, avec ses vignobles enflammés de couleurs et ses fêtes villageoises, mais la disponibilité des viticulteurs, moins sollicités en dehors des périodes de pointe, permet de faire, hors-saison, de véritables rencontres et mieux comprendre comment s'élaborent ces nectars qui symbolisent toute une région. Côté pratique, moins de monde signifie davantage de place sur les parkings (souvent payants, dimanche inclus...). Des emplacements réservés sont disponibles dans les centres-bourgs, dont la vacance dépend logiquement de l'affluence.

Image : Paysage de la route des vins d'Alsace.

Image : Vignoble alsacien.

Bien visibles depuis la plaine, les vignobles s'étagent principalement sur les contreforts orientaux tempérés des Vosges. Protégée du vent et de la pluie, la vigne y prospère sur des sédiments de craie, de marne ou de grès recouvrant un substrat de granit, de gneiss ou d'ardoise. Côté cépages, le blanc domine (Riesling, Gewurztraminer, Sylvaner, Pinot blanc, Auxerrois) mais les pinots gris et noir sont également utilisés. On pratique peu l'assemblage, sauf pour l' humble Edelzwicker et les prestigieux Crémants. Tous les vins sont classés en A.O.C. Évolution des goûts (et du climat) obligeant, le moelleux tend à prendre le pas, et les "vendanges tardives" à se multiplier. La palette gustative demeure néanmoins très ample, qui va du sec (Riesling) au doux (Pinot gris) en passant par une infinité de nuances que seule l'appréciation personnelle permet de distinguer.


Image : Paysage de la route des vins d'Alsace.

D'où l'utilité de pousser la porte des caves ! Installées pour la plupart dans d'élégants bâtiments de plain-pied en entrée de ville, elles disposent généralement d'un parking à l'usage de la clientèle. L'accueil y est attentionné, familial, et l'on peut aisément visiter les chais en dehors des périodes de trop forte activité. La vinification se fait depuis longtemps en cuves métalliques mais les meilleurs crus vieillissent toujours en fûts de chêne. L'atmosphère à la fois festive et recueillie qui règne parmi les parfums de vieux bois et de raisin vaut à elle seule l'expérience, que l'on soit ou non amateur de vin. La dégustation (ni payante ni obligatoire) couronne un moment convivial autour d'une passion commune. Les vins d'Alsace vieillissent bien et, de l'avis général, le millésime 2009 s'annonce exceptionnel : on peut d'autant mieux en profiter que, côté prix, cela reste raisonnable.

  Image : Caveau traditionnel.

Image : Kaysersberg.

Image : Ribeauvillé.

Les villages sont plus pittoresques les uns que les autres : un air de carte postale et d'Alsace éternelle ! Flanc de coteau signifie néanmoins parfois rues pentues (notamment à Riquewihr) et patrimoine préservé est encore trop souvent synonyme de pavés omniprésents. En revanche, ici plus qu'ailleurs, en dépit de l'ancienneté des bâtiments, la plupart sont accessibles en rez-de-chaussée. Et notamment les restaurants et winstubs, qui servent l'une des gastronomies les plus fameuses de France. Le porc, bien que peu élevé dans la région, domine dans les plats emblématiques (choucroute, baeckeofe, flammekueche) mais le foie gras d'oie est un incontournable local. Pour le fromage, on pense bien sûr au munster (produit tout autour des Vosges), dont la saveur forte se marie particulièrement bien avec le Gewurztraminer. Côté sucré, enfin, impossible de passer à côté du kougelhopf, brioche au caractéristique puits central, préparée dans un moule spécial. Par-delà ces grands classiques, les chefs alsaciens développent depuis plusieurs années une gastronomie raffinée et légère plus en accord avec les exigences de notre époque.


Image : Eguisheim.

La balade apéritive et/ou digestive est toute trouvée : les rangées de ceps s'arrêtant là où commencent les premières rues, il suffit souvent de quelques tours de roues pour se retrouver en plein vignoble. De la route principale, partent en outre de nombreux chemins (certains privés) où l'on peut s'égarer pour le pur plaisir de contempler des paysages façonnés certes par la main de l'Homme mais d'une beauté changeante qui est une enchantement, quelle que soit la période de l'année et la couleur des vignes, des clochers et des Vosges...


Jacques Vernes, décembre 2009.


Sur le web, le Comité Régional du Tourisme d'Alsace a mis en ligne un site spécifiquement dédié au vin et à la gastronomie, mais sans mention d'accessibilité. Laquelle est néanmoins évoquée en détail sur des pages spécifiques des agences de développement touristique du Bas-Rhin et du Haut-Rhin. Enfin, les amateurs de nectar pourront utilement consulter le site du Conseil Interprofessionnel des Vins d'Alsace (CIVA), très complet.

Image : Eguisheim.

Images : vins d'Alsace.

Image : Cave coopérative de Pfaffenheim.

Nos adresses accessibles :

À Wettolsheim (non loin de Colmar) La Palette n'est certes pas labellisée Tourisme et handicap mais ses installations sont parfaitement accessibles. 2 chambres adaptées au rez-de-chaussée de la partie hôtel, gastronomie inventive au restaurant. Vaste parking.

À Beblenheim (près de Ribeauvillé), le Clos des raisins, installé dans une ancienne ferme vigneronne, propose d'élégantes chambres (dont une accessible en rez-de-chaussée) et une table d'hôte gourmande. Labellisé Tourisme et Handicap. Ambiance familiale. Parking possible dans la cour.

À Barr (au pied du Mont Sainte-Odile), l'hôtel Les Hortensias est une récente adresse design alliant luxe, calme et gastronomie. Chambres accessibles lumineuses, avec vue sur le parc ou sur la piscine (chauffée). Ambiance feutrée et haute-cuisine au restaurant. Accès par le bas du bâtiment (emplacements réservés).

À Saint-Jean-Saverne (environs de Saverne), l'hôtel Kleiber dispose, au calme sur cour, d'une très vaste chambre adaptée récemment rénovée. La partie restaurant nécessite de gravir deux marches mais la table, généreuse, récompense l'effort... Parking réservé un peu plus loin dans la rue.

Côté restaurants :

À l'entrée de Ribeauvillé, l'auberge au Zahnacker (rue du Général de Gaulle) est labellisée Tourisme et handicap. Cuisine alsacienne traditionnelle dans un décor ad hoc. Accès par la terrasse, stationnements réservés disponibles sur le parking public en contrebas.

À Marlenheim (non loin de Strasbourg), Le Cerf est une adresse réputée où le luxe (non ostentatoire) se retrouve autant dans le service, le décor, que dans l'assiette, particulièrement inventive. Tarifs en rapport... Stationnement réservé à proximité.

Côté caves :

La cave coopérative de Pfaffenheim (sud de Colmar) est accessible par rampe. Comme son nom l'indique, elle rassemble plusieurs vignerons et produit une vaste gamme de vins (dont de nombreux médaillés), présentés ici avec un grand professionnalisme. Toilettes adaptées, stationnement réservé.

À Dambach-la-Ville (à la limite du Haut et du Bas Rhin), la famille Beck-Hartweg élève des vins depuis plusieurs générations. Son Gewurztraminer est classé parmi les meilleurs au monde. Accessibilité partielle mais accueil bon-enfant dans des bâtiments qui ont conservé leur authenticité.

À l'entrée d'Eguisheim (classé l'un des plus beaux villages de France), la famille Baur accumule les récompenses pour ses vins fins, présentés dans un caveau accessible de plain-pied. Accueil attentionné. Stationnement possible dans la cour.

À Molsheim (la ville de Bugatti), Philippe Heitz est un artiste du bio pour qui la machine et la chimie ne remplaceront jamais la main de l'Homme. Ses vins témoignent de cet engagement, que suit depuis plusieurs années une clientèle fidèle. Caveau (moderne) accessible par le haut du bâtiment, devant lequel il est possible de stationner.

Enfin, à Marlenheim, la marque Arthur Metz a ouvert un concept store ultramoderne qui rassemble un espace de dégustation, une boutique et une école des vins où sont donnés des cours d'oenologie. Le vin à la mode du XXIe siècle... Vaste parking à proximité.




| ACCUEIL | MÉL | NEWS | ESPACES | VIE PRATIQUE | TRIBUS | NEWSLETTER | EMPLOI | ARCHIVES |


| ISSN 1777-5191 | Informations légales | Plan du site |

© Yanous! 2009. Reproduction et diffusion interdites sans autorisation.


Fin de page