Focus
Accueil Mél News Espaces Vie pratique Tribus Emploi Archives de cette rubrique RSS
  Dominique Alderweireld s'explique.
  Le célèbre "Dodo la Saumure" lance à Tournai en Belgique une nouvelle maison de prostitution exclusivement ouverte aux clients handicapés, dont les hôtesses assurent des services sexuels adaptés. Une première encore inédite en France. Interview.

Lecture de cette page par la synthèse vocale de ReadSpeaker.
 

          Question : Vous venez d'ouvrir à Tournai une maison de services sexuels pour personnes handicapées, comment s'appelle-t-elle ?

Dominique Alderweireld : Elle s'appelle "On n'est pas des anges", pour interpeller les gens en disant que les personnes handicapées sont comme toutes les autres personnes, ont droit a des services sexuels. L'établissement du 14 rue Sainte-Catherine n'est pas grand puisque n'y officient que deux personnes. Il est ouvert tous les jours de 10h à 18h et nous collaborons avec un service social qui achemine les personnes qui n'ont pas de moyen de déplacement.

Question : De quelle nature sont ces "services" ? Jusqu'où vont-ils ?

Dominique Alderweireld : Ils ont le devoir d'aller jusqu'à la jouissance de la personne. De la tendresse, bien évidemment, il faut être courtois, il faut essayer d'avoir un dialogue. Je pense que même quand il s'agit de personnes handicapées, il faut séparer le sexe de ce que l'on pourrait qualifier de tendresse ou d'amour, ce sont des choses tout à fait différentes. En général, une affaire d'amour commence quand même par le sexe...

Question : L'établissement est ouvert à toutes les personnes handicapées, Belges ou pas ?

 
 

Dominique Alderweireld: Évidemment ! Et nous refusons systématiquement les clients qui ne le sont pas. Il faut qu'il reste uniquement au service des personnes handicapées physiques ou mentales, aveugles, sourdes, tout ce qui est handicap, y compris les seniors handicapés du fait de leur âge. J'ai commencé à faire cela il y a deux ans, mais à domicile, ce qui semblait logique. Mais le problème, c'est que je n'avais aucun contrôle sur les hôtesses, et comme c'est un domaine quand même sensible, je ne peux pas me permettre de faute. Or, j'ai eu un petit incident, et j'ai dit stop tout de suite...

Question: Quelle est l'orientation sexuelle de l'établissement?

Dominique Alderweireld:
Le but, c'est de faire jouir la personne au sens physique du terme. Je vais être un peu direct et pragmatique: si les personnes n'ont pas d'érection, on peut les faire jouir par la prostate.

Question: L'établissement s'adresse donc surtout aux hommes...

  Image : Dominique Alderweireld.
 

Dominique Alderweireld : Non, on a déjà reçu une dame. J'offrais ce soin depuis longtemps dans mes autres établissements mais ça posait un problème d'accès à cause des marches, et aussi des hôtesses qui n'étaient pas préparées à ce genre de travail. C'est pour ça que j'ai ouvert ce nouvel établissement de façon qu'il soit bien spécialisé, avec des travailleurs qui aient si possible une expérience médicale.

Question : Justement, quel est le profil de ces travailleuses sexuelles ?

Dominique Alderweireld : Je ne peux pas actuellement le donner, parce qu'il y a eu un tel roulement ! Au départ, elles sont attirées par cette promotion sociale, et j'ai quand même été très sélectif parce que j'ai eu quelques expériences régulières avec des clients handicapés. Donc il faut quelqu'un qui a déjà une petite expérience médicale, qui soit très patiente et qui connaisse un peu ce monde.

Question : Faire venir une érection chez un homme paraplégique et l'amener jusqu'à jouir nécessite une certaine pratique...

Dominique Alderweireld :
Heureusement que beaucoup de dames qui ne sont pas des hôtesses connaissent cette pratique, c'est une pratique naturelle qui ne nécessite pas de formation.

 
 

Question : Savez-vous qu'existe en Suisse une formation d'assistance sexuelle ? Votre personnel a-t-il été formé spécialement ?

Dominique Alderweireld :
Je sais qu'elle existe, je crois qu'elle a fermé [Vérification faite, elle fonctionne toujours NDLR]. Mais là c'est impossible, matériellement. Il n'y a aucune fille qui va vouloir aller en Suisse, et je pense que ce n'est pas très technique. À partir du moment où vous avez l'écoute des patients ou des clients, comme on veut, ça doit suffire. Et de toute façon je ne peux pas me permettre matériellement de les envoyer dans cette formation, et elles ne voudraient pas. En général, ce sont des filles qui ont déjà une vie familiale, elles habitent sur place, je me vois mal les envoyer en Suisse.

Question :
Il existe un phénomène sexuel un peu particulier, l'attirance de certaines personnes pour des personnes handicapées du fait de leur handicap, avec parfois des pratiques sexuelles atypiques...

Dominique Alderweireld : Je ne vais pas me lancer là-dedans.

Question : Mais votre personnel a-t-il cette attirance ?

  Image : logo 'On n'est pas des anges'.
 

Dominique Alderweireld : Pas du tout ! Ma sélection, c'est que la personne ait une petite expérience notamment avec les personnes âgées, parce qu'au niveau de l'hygiène c'est très important : je ne veux pas être plus explicite. Et après, qu'elle soit gentille. Maintenant je vous dirai que le physique, il faut quand même qu'elle soit attirante, ce n'est pas mon premier critère. Mais si elle a des sexualités bizarres, quelques perversions, c'est un refus complet, je ne veux surtout pas me permettre cela avec des personnes handicapées, au niveau de la commune, des associations de personnes handicapées.

Question :
Concernant les prestations, vous évoquiez la nécessité de prendre du temps, ce qui est rare dans ce type d'activité où le temps c'est de l'argent. Est-ce qu'elles coûtent plus cher ?

Dominique Alderweireld : La prestation coûte 100€ pour trois quarts d'heure et 140€ pour une heure et demie. Une heure et demie, cela veut dire que la personne a deux jouissances. Un coït ordinaire, c'est onze minutes; donc vous voyez, on a trois quarts d'heure, on est bien au-dessus des normes !

Question : Que disent les associations belges de personnes handicapées ?

Dominique Alderweireld : J'ai des rendez-vous prévus avec elles. J'ai déjà rencontré le bourgmestre et l'échevine, qui sont des gens qui sortent du monde du handicap, cela ne les dérange pas du tout, au contraire ils m'ont même donné des renseignements. Maintenant, j'ai un petit conflit avec les anciennes du groupe socialiste, mais ce n'est pas la première fois...

Question : Vous avez suivi le débat français sur l'assistance sexuelle ?

Dominique Alderweireld :
Je m'y suis intéressé. Le débat en France est complètement bloqué, il n'y aura jamais aucune évolution, c'est la même chose que pour la prostitution ordinaire. Le mariage homosexuel existe en Belgique depuis 2003, il n'y a jamais eu de manifestation, ça ne pose pas de problème. En France, je le répète, on a une société complètement bloquée, l'assistance sexuelle ne passera jamais. On fait des discours et puis c'est tout, mais dans dix ans on sera dans la même situation.


Propos recueillis par Laurent Lejard, janvier 2015.

 



Retrouvez-nous sur Facebook ! | ACCUEIL | MÉL | NEWS | ESPACES | VIE PRATIQUE | TRIBUS | NEWSLETTER | EMPLOI | ARCHIVES |


| ISSN 1777-5191 | Informations légales | Plan du site |

© Yanous! 2015. Reproduction et diffusion interdites sans autorisation.


Fin de page