Parents
Accueil Mél News Espaces Vie pratique Tribus Emploi Archives de cette rubrique RSS
  École et enfants handicapés au Cameroun.
  Bien que les jeunes handicapés camerounais souffrent encore de mépris, de marginalisation et d'autres obstacles, des efforts de scolarisation sont réalisés. Enquête.

Lecture de cette page par la synthèse vocale de ReadSpeaker.

          Le système éducatif camerounais présente deux ordres d'enseignements : ordinaire et spécialisé. Le premier est ouvert aux enfants valides, le second réservé aux enfants handicapés. Selon les statistiques du ministère chargé de l'éducation de base, le nombre total d'élèves inscrits dans les écoles maternelles et primaires pour l'année scolaire 2009-2010 était de 3.638.547 dans 18.321 établissements. Ces chiffres ne précisent pas le nombre de jeunes handicapés. Selon les résultats du recensement de la population effectué en 2005, les personnes handicapées représentent près de 2% de la population totale, et par déduction de ce pourcentage, les élèves handicapés avoisineraient les 73.000.

Leur scolarisation est réalisée dans des écoles ordinaires ou spécialisées, selon les types de déficience, mais enseignement ordinaire et spécialisé ne collaborent pas. Parce que ces enfants handicapés sont incompris, les enseignants d'écoles ordinaires n'étant pas formés pour leur encadrement, il existe des écoles spécialisées pour non et malvoyants, pour sourds et malentendants, ainsi que pour déficients mentaux et infirmes moteurs cérébraux (IMC) : "Nous sommes obligés de créer nos propres établissements d'écoles ordinaires pour assurer le suivi nécessaire de nos enfants", explique Mélanie Bell, mère d'un enfant autiste et directrice du Centre Orchidée Home situé à Douala. C'est une structure psycho-éducative, proposant une prise en charge spécifique à l'autisme, en vue d'une intégration en milieu ordinaire. Une telle initiative est d'ailleurs prévue dans un article de la loi du 13 avril 2010 relative à la protection et la promotion des personnes handicapées, lequel définit l'éducation spéciale comme celle qui "consiste à initier les handicapés physiques, sensoriels, mentaux et polyhandicapés aux méthodes de communication appropriées en vue de leur permettre d'accéder à la scolarisation normale, et plus tard, à une formation professionnelle".

Image : jeune non-voyant en classe inclusive. Photographie : Adolphe Nguesse.

Pour leur part, les enfants handicapés moteur sont admis dans les écoles ordinaires, la difficulté majeure étant l'accessibilité aux infrastructures et édifices scolaires, et ce en fonction du degré de déficience de l'enfant. De manière générale, conformément à d'autres dispositions règlementaires en vigueur, l'école primaire est obligatoire et gratuite. Toutefois, avec la libéralisation du secteur éducatif qui a occasionné l'émergence des établissements privés, le principe de la gratuité a été battu en brèche, du fait notamment de la rareté des subventions de l'Etat et des coûts élevés des charges liées à la formation des élèves handicapés, qui est essentiellement restée entre les mains des particuliers. De même, bien que la création d'écoles spécialisées relève aussi de la compétence des pouvoirs publics, la plupart de celles existantes dans notre pays sont l'émanation d'initiatives privées. Ainsi, des 47 établissements spécialisés dénombrés, un seul relève du secteur public, le Rehabilitation Institut for the blind de Buéa.

L'Etat s'est simplement résolu à la subvention des écoles privées, subventions que les promoteurs d'écoles spécialisées trouvent largement insuffisantes et irrégulières, au regard des charges liées à la scolarisation des enfants et jeunes handicapés : "La subvention de l'Etat ne représente que 0,05% du budget annuel de notre structure, et ce n'est même pas chaque année que nous la recevons", rappelle un dirigeant (qui a souhaité conserver l'anonymat) de Promhandicam-Association, une organisation de promotion de l'insertion sociale, économique et professionnelle des personnes handicapées. La particularité de cette structure est d'offrir des classes d'éducation inclusive, où l'on retrouve à la fois des élèves non et malvoyants et des élèves valides encadrés par un même enseignant.

Image : classe inclusive. Photographie : Adolphe Nguesse.

La première difficulté pour la scolarisation des jeunes handicapés est d'ordre familial, puisque la majorité des parents, et même une certaine pensée collective, estiment que du fait de leur déficience, ils ne peuvent rien faire à l'école et que les y envoyer serait une perte de temps et d'argent. Cette opinion a amené le ministère des Affaires Sociales à organiser des journées de sensibilisation "Aimons nos enfants handicapés, sortons nos enfants". Néanmoins, cet avis est réfuté par certains parents qui ne sont pas aidés par les responsables d'établissements scolaires : "Malgré les négociations effectuées auprès du directeur et des maîtresses de l'école proche de chez moi, on a refusé d'admettre Lema, ma fille ! ", lance Manga Nicolas Ngoumou, rencontré lors de l'inscription de sa fille déficiente mentale au Centre d'éducation spécialisée de Promhandicam-Association. "Je me bats corps et âme pour la scolariser, poursuit-il, même si c'est elle qui me coûte le plus cher de tous mes enfants qui vont à l'école, et je ne reçois l'aide de personne, même pas des affaires sociales !". Ce père de six enfants, dont quatre vont déjà au collège, parcourt quotidiennement près de 40km sur une moto de fortune pour accompagner et chercher sa progéniture.

Image : Le directeur de l'APHMC s'entretien avec Manga Nicolas Ngoumou. Photographie : Adolphe Nguesse.

Il n'existe pas d'aide systématique aux enfants handicapés, celle de l'Etat n'étant octroyée que sur demande et avec une issue incertaine. Comme alternative à cette rareté, certains parents estiment que "L'Etat doit véritablement subventionner les écoles d'éducation spécialisée, pour les rendre aussi gratuites que les écoles ordinaires", comme le relève Prospère Tchuileu, père d'une élève en cours élémentaire à l'Ecole des Déficients Auditifs de Ndikinimeki. "On dirait, poursuit-il, que les enfants handicapés ne sont pas des enfants qui doivent bénéficier de la protection des pouvoirs publics !"

La deuxième difficulté est l'absence de formation des enseignants spécialisés. "Avec beaucoup de volonté et d'amour pour ces enfants, nous nous sommes formés sur le tas, par des séminaires et des lectures sur Internet", confie Monique Hendje, enseignante au Centre d'Education spécialisée de Promhandicam-Association. Et de souligner le manque de matériel que l'on ne trouve pas facilement sur le marché camerounais.

Image : Monique Hendje dans sa classe. Photographie : Adolphe Nguesse.

Une troisième difficulté réside dans le coût de la scolarité. Les écoles privées étant essentiellement payantes, il faut débourser par an entre 75.000 et 150.000 FCFA (environ 115 à 228 euros) au titre des frais d'inscription et de scolarité. A titre illustratif, les frais de scolarité de Promhandicam-Association s'élèvent à 150.000 FCFA, soit 110.000 FCFA pour la scolarité et 40.000 FCFA pour les fournitures. Relativement au transport des élèves, de manière générale il n'existe pas de mesure formelle liée à leur déplacement, la charge incombant à chaque parent. Les plus endurants accompagnent leurs enfants à pied parfois sur des longues distances. "Si on pouvait nous multiplier des écoles qui acceptent les enfants handicapées, cela nous faciliterait la tâche, constate Aurélie Ndongo, mère d'un enfant handicapé moteur scolarisé en CM2 à Yaoundé. Depuis six ans, je le portais au dos sur plus de 2 km pour l'accompagner à l'école, jusqu'au jour où, par l'intermédiaire d'une amie de la famille, une ONG dont j'ignore même le nom lui a donné un fauteuil roulant. Heureusement que ses camarades ne le rejettent pas, ils adorent le pousser, ce qui m'a un peu libérée..."

Image : classe inclusive. Photographie : Adolphe Nguesse.

Certains établissements scolaires bien structurés se sont dotés de véhicules de transport d'élèves. Les parents qui les sollicitent pour leurs enfants paient en moyenne l'équivalent de 50€ supplémentaires par trimestre. Il en va de même des établissements qui fonctionnent en régime d'internat. Ici, en plus des autres frais, il faut ajouter la nutrition de l'enfant qui varie trimestriellement entre 138 et 183€. Compte tenu de toutes ces difficultés exacerbées par la pauvreté des parents, on comprend aisément pourquoi le taux d'analphabétisme chez les enfants et jeunes handicapés soit de 61%, alors que le pourcentage général de scolarisation au Cameroun est de 78%.

Les difficultés de scolarisation des enfants handicapés sont une réalité. Cependant, l'espoir demeure avec la promulgation de la loi du 13 avril 2010, laquelle fait la part belle à l'éducation, et dont les textes d'application sont éminemment attendus.


Etienne Mbogo, APHMC, octobre 2010.




| ACCUEIL | MÉL | NEWS | ESPACES | VIE PRATIQUE | TRIBUS | NEWSLETTER | EMPLOI | ARCHIVES |


| ISSN 1777-5191 | Informations légales | Plan du site |

© Yanous! 2010. Reproduction et diffusion interdites sans autorisation.


Fin de page