Parents
Accueil Mél News Espaces Vie pratique Tribus Emploi Archives de cette rubrique RSS
  Impasse éducative.
  L'école peine à respecter le droit des enfants sourds, exprimé également par leurs parents, à choisir librement leur mode de communication.

Lecture de cette page par la synthèse vocale de ReadSpeaker.

La rentrée scolaire est passée mais les difficultés demeurent pour les jeunes sourds et malentendants scolarisés : les établissements scolaires disposant des moyens techniques et humains nécessaires sont rares et mal connus. Interrogée sur ce point, la plate-forme téléphonique d'information Aide Handicap Ecole, créée par le Ministère de l'éducation nationale, n'a pas de réponse. L'enjeu est pourtant de taille : les jeunes sourds ont-ils un droit égal aux autres d'accéder au savoir et à la connaissance, de s'émanciper par l'instruction, de s'intégrer par la maitrise conjointe du français écrit et de la langue qu'ils ont choisie ? Ce libre choix du mode de communication est inscrit dans la loi de février 2005 d'égalité des droits et des chances des personnes handicapées, et pour les associations de parents d'enfants sourds, il est loin d'être respecté par l'Education Nationale, ce qui les a conduites à manifester à Paris et dans d'autres villes de France le 29 septembre dernier.


 

"Il n'y a pas de mise en place du libre choix du mode de communication par l'Education Nationale, affirme Gilles Garnier, président de l'Association nationale pour la promotion et le développement de la Langue française Parlée Complétée (A.L.P.C). On demande que les enfants employant la L.P.C soient accompagnés par un codeur qualifié". Selon l'association, la France compte 200 codeurs reconnus pour un besoin estimé à 1.000, alors que le rythme de formation de ces professionnels est d'une trentaine par an. "Actuellement, beaucoup d'enfants se débrouillent sans", déplore Gilles Garnier, qui constate également que les sourds ne sont pas égaux d'un département à l'autre dans l'attribution de la Prestation de Compensation du Handicap : "En Ille-et-Vilaine, la Commission des Droits et de l'Autonomie de la Personne Handicapée refuse le codeur L.P.C parce que quelques-uns de ses membres ne sont pas favorables à ce type de communication ! On doit mobiliser pour que le choix soit respecté, parce qu'un simple Auxiliaire de Vie Scolaire ne correspond pas au besoin". De fait, avec une formation tous handicaps d'une durée de 60 heures, ces personnels ne peuvent communiquer convenablement avec les enfants sourds profonds qui leur sont confiés.

"Le choix du mode de communication appartient aux parents, rappelle le président de la Fédération Anpeda, André Cuenca. Ils doivent avoir les moyens de le mettre en oeuvre. La loi de février 2005 est bien loin d'être appliquée, par manque d'aides techniques et humaines qualifiées qui connaissent les modes de communication, et il n'y a pas encore, pour les jeunes sourds, de scolarité comme les autres". André Cuenca estime pourtant que le projet scolaire des élèves sourds peut être identique à celui des autres. Mais pour qu'il soit mis en œuvre, que leur enfant apprenne à l'école, des parents sont obligés de payer de leur poche certaines aides comme des codeurs L.P.C ou des interprètes L.S.F effectuant du soutien scolaire; certains s'endettent. "Une A.V.S affectée à une enfant sourde et qui ne sait rien de la surdité, ça ne sert à rien ! s'insurge André Cuenca. Rien n'est mis en place, les enseignants ne sont pas formés à la surdité, les 60 heures de formation des A.V.S ne sont pas suffisantes. De plus, on ferme des écoles qui avaient des structures d'accueil". Il rappelle que les associations ont été très impliquées dans l'élaboration de la loi, et que la P.C.H devait permettre de couvrir le déficit en aides extrascolaires, ce qui n'est pas appliqué par les M.D.P.H. Et constate le flou qui entoure le "plan métiers" en cours d'élaboration par la Secrétaire d'Etat à la solidarité, Valérie Létard, et qui est notamment destiné à stimuler l'accès aux professions liées au handicap. André Cuenca reste ferme sur ce principe : "Que les parents aient le droit de choisir le mode de communication de leur enfant, un choix qui évolue dans le temps et qui doit être respecté".


Laurent Lejard, octobre 2007.




| ACCUEIL | MÉL | NEWS | ESPACES | VIE PRATIQUE | TRIBUS | NEWSLETTER | EMPLOI | ARCHIVES |


| ISSN 1777-5191 | Informations légales | Plan du site |

© Yanous! 2007. Reproduction et diffusion interdites sans autorisation.


Fin de page