Focus
Accueil Mél News Espaces Vie pratique Tribus Emploi Archives de cette rubrique RSS
  Mondial de l'Automobile 2004.
  Tous les deux ans, Paris accueille un salon de l'auto riche en nouveaux modèles. Une bonne occasion d'évaluer l'accessibilité de véhicules bardés d'électronique et de sécurité: reportage.

Lecture de cette page par la synthèse vocale de ReadSpeaker.

Avec près de 1,5 millions de visiteurs annoncés, le salon de l'auto 2004, qui se déroule à Paris jusqu'au 10 octobre, constitue un événement de portée internationale : constructeurs et designers y présentent leurs prototypes et études de style, près d'une soixantaine de nouveaux modèles de voitures particulières sont exposés au public. Les stands sont pour la plupart aisément accessibles, par rampes et pans coupés (qu'il faut parfois trouver).

Image : vue panoramique du Mondial 2004.

Les équipementiers spécialistes en aménagements pour handicapés moteurs sont les grands absents d'un salon dont les seuls matériels spécifiques se résument à deux karts présentés par Motorshow (Hall 7/2). Isolée dans son recoin sombre du Hall 2/2, la Fédération Française Handisport tient un stand situé à coté de Gaz de France. Attention si vous souhaitez visiter l'exposition "Automobile et bande dessinée" (Hall 8) : les voitures sont placées derrière des panneaux trop élevés pour un enfant, une personne en fauteuil roulant ou de petite taille. Mais le Mondial, ce sont surtout des belles cylindrées dont voici quelques vraies nouveautés présentées sous l'angle de leur accessibilité...

Image : Peugeot 1007.

On attendait beaucoup de la prochaine Peugeot 1007. Dérivée du concept Twingo qui a fait le succès du rival Renault, la 1007 a la particularité d'être dotée de portes coulissantes à télécommande. Une personne en fauteuil roulant peut ainsi y entrer même lorsque l'espace est réduit, l'accès ne dépendant plus de l'angle d'ouverture de la porte. Hélas, le système mécanique de coulissement a contraint le constructeur à accroître l'épaisseur du bas de caisse, ce qui créé un vide d'environ 40 cm entre l'assise d'un fauteuil roulant et le siège de la voiture.

Ce siège plus haut nécessite de donner une forte impulsion pour se hisser dans le véhicule. Les utilisateurs de monospace s'adapteront probablement, pour les autres une planche de transfert ne sera pas de trop. La 1007 n'existera qu'en trois portes, avec boîte automatique séquentielle 2Tronic et palettes au volant pour les versions essence. Sortie prévue en février 2005 (15.550 à 17.500 euros selon les versions).

Autre nouveauté française commercialisée en novembre prochain, la C4 Citroën existe en deux versions : coupé 3 portes et berline 5 portes. L'accès aux places avant de la première est délicat, l'espace entre un fauteuil roulant et le siège approchant les 50 cm. Prendre place à l'arrière de la berline est périlleux tant le vide est important, augmenté par le passage de roue qui masque une banquette arrière trop enfoncée et sur laquelle on ne peut prendre appui lors d'un transfert.

  Image : Citroën C4.

La C4 peut être équipée d'une boîte automatique séquentielle. Le système de commandes rassemblées au centre du volant risque de poser des difficultés aux équipementiers qui proposent des systèmes manuels d'accélération et freinage.

Image : Renault Modus.

Dernière nouveauté française, et probablement la plus accessible, le Modus Renault. La firme au losange démontre encore son savoir faire dans le domaine du monocorps modulable multi- usages. L'accès à l'avant est aisé, la hauteur (réglable) des sièges quasiment idéale. S'asseoir à l'arrière est plus problématique tant la place est comptée mais on peut profiter de la modularité de la banquette pour améliorer l'accessibilité.

En effet, en position trois places, l'assise est très proche du bord de la voiture et on peut ensuite réduire la largeur de la banquette puis la reculer pour gagner de la place aux jambes. Modus, commercialisé depuis le 6 septembre, peut être équipé sur la motorisation 1,6 litre de la même boîte automatique ProActive (de 16.500 à 17.800 euros) que les autres modèles de la marque. Une évolution de la boîte sans embrayage QuickShift 5 rapports équipera ultérieurement la motorisation diesel.

Le constructeur allemand BMW s'attaque au segment des voitures moyennes sportives en lançant sa Série 1 vendue depuis mi- septembre. Une seule carrosserie 5 portes actuellement mais une gamme de motorisation proche de la populaire Série 3, avec boîte automatique Steptronic séquentielle à 6 rapports (25.400 à 30.200 euros hors option boîte). L'accès aux places avant est assez moyen, celui des places arrière est très difficile du fait d'un cadre de porte trop étroit. Les habitués de la marque retrouveront un univers austère et fonctionnel, avec une instrumentation orientée vers le conducteur. Autre nouveauté de la firme de Munich, la luxueuse M5 d'une puissance dépassant les 500 ch.

  Image : BMW 118d.

Le conducteur y dispose d'un siège réglable à l'envi comportant un système unique de maintien dorsal : lors d'un virage à grande vitesse, les coussins latéraux du dossier se resserrent pour bloquer le dos. Ce dispositif fera le bonheur des paraplégiques qui pourront débourser près de 150.000 euros pour cette merveille de technologie disponible au printemps 2005...

Image : Chrysler 300C.

Nettement plus massive mais moins puissante (193 à 340 ch selon version), la Chrysler 300C est un vaisseau à l'américaine proposé à un prix de base similaire à celui d'une Renault Velsatis (autour des 35.000 euros) mais avec véritable ronce de noyer sur le volant. S'asseoir à l'avant est nettement plus aisé qu'à l'arrière, découpe de porte oblige. Une boîte automatique séquentielle à 5 rapports équipe le seul 5,7 litres de cylindrée (54.900 euros). Sa commercialisation a démarré avec le Mondial.

Plus fun (ou frime, question de point de vue), l'Opel Tigra Twin Top séduit par sa ligne malgré une calandre un peu brutale. Ce coupé cabriolet commercialisé depuis septembre dernier possède un toit rigide qui, à l'instar de sa rivale Peugeot 206 CC, s'escamote dans le coffre arrière. Deux places seulement dans la voiture, d'accès aisé, mais il faudra être aidé(e) pour ranger un fauteuil roulant dans le coffre en position cabriolet.

  Image : Opel Tigra TT.

Une nouvelle boîte Easytronic 5 rapports, que le constructeur affirme avoir débarrassé de son désagréable balancement, peut équiper la motorisation 1,4 litre (18.150 à 19.750 euros selon équipement).

Image : Mitsubishi Colt... et belle inconnue.

Du côté des asiatiques, la Colt marque le retour de Mitsubishi sur le marché français des petites voitures. Cette Colt est toute nouvelle, disponible en 5 portes pour l'instant. On entre facilement à l'avant, tout en regrettant l'absence de poignée de maintien; les places arrière sont à réserver aux valides. Une boîte de vitesse robotisée est disponible (14.490 à 17.490 euros). Une version 3 portes sera commercialisée au printemps 2005.

On l'aura compris, ces nouveaux modèles nécessitent fréquemment un renforcement de la rigidité du bas de caisse de l'habitacle qui engendre une augmentation de la lacune entre les sièges et un fauteuil roulant. Les portières sont également plus épaisses, ce qui réduit l'angle de positionnement d'un fauteuil. La sécurité et le confort de l'automobile, cru 2004, feraient-ils reculer l'accessibilité ?


Laurent Lejard, octobre 2004

Image : vue panoramique du Mondial 2004.




| ACCUEIL | MÉL | NEWS | ESPACES | VIE PRATIQUE | TRIBUS | NEWSLETTER | EMPLOI | ARCHIVES |


| ISSN 1777-5191 | Informations légales | Plan du site |

© Yanous! 2004. Reproduction et diffusion interdites sans autorisation.


Fin de page