Embauchée pour ses compétences

Image : Floriane de Longvilliers.
Si Floriane de Longvilliers a choisi d'intégrer Microsoft, c'est à la fois pour vivre le virage technologique d'une entreprise toujours pionnière, et qu'elle n'a pas été recrutée pour son handicap. Rencontre.

Depuis octobre 2016, Floriane de Longvilliers, 24 ans, atteinte d'une amyotrophie spinale infantile, est Licensing Sales Specialist, autrement dit ingénieure d'affaires Licensing Grands Comptes : elle gère en étroite collaboration avec les clients l'évolution de leurs contrats en fonction de leurs besoins et des technologies qui leur seraient profitables. Le résultat d'un choix raisonné : quand Floriane a cherché un emploi pérenne, elle a postulé auprès de grandes entreprises technologiques et finalement privilégié Microsoft : "Je veux répondre aux besoins très précis des individus et des entreprises. De plus, j'ai été attirée par le programme Mach [Microsoft Academy for College Hires] de Microsoft, qui permet à des jeunes diplômés d'accéder à des postes à responsabilités tout en continuant à se former, et avec des échanges entre jeunes diplômés du monde entier. De plus, je voulais rester à Paris, ce que permet le programme."

Floriane voulait travailler dans les nouvelles technologies, après des études supérieures de commerce qui l'ont conduite une année à Madrid, et une autre aux Etats-Unis, en Caroline du Sud, pour sa deuxième année de Mastère : "Là, j'ai travaillé dans une start-up genre Le Bon Coin pour étudiants, Tradeversity, à la stratégie marketing. Cette société poursuit son développement." Ce sont ces stages qui l'ont amenée dans le secteur des nouvelles technologies, un monde dont elle apprécie l'évolution rapide et l'innovation permanente : "Pour moi, Microsoft c'était le symbole de la technologie, c'est une très grande marque. Et le virage vers le cloud m'interpellait, l'entreprise se rénove. On le voit dans toute notre structure, c'est un virage énorme et ça marche bien, je suis contente de le vivre de l'intérieur."

Fille de militaire, elle a fréquemment déménagé pendant son enfance, ce qui lui a donné le goût du voyage; elle a parcouru la plupart des pays d'Europe de l'ouest, le Maroc, la Dominique. Tout en se déplaçant en fauteuil roulant, ce qui lui interdit en pratique les transports collectifs peu ou mal accessibles d'Ile-de-France. Actuellement, elle effectue en taxi adapté le trajet entre son domicile de Versailles et le siège de Microsoft à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine), de même pour les visites en clientèle. Une solution qui lui donnera son indépendance est en cours d'élaboration, le cofinancement par Microsoft d'une voiture adaptée à son handicap dont le coût des aménagements est conséquent. Là encore, l'engagement de l'entreprise la conforte : "Mon objectif est de bien m'intégrer au sein de Microsoft, et de prendre du recul. A moyen terme, j'aimerais repartir à l'étranger, pourquoi pas aux Etats-Unis où tout est facile en fauteuil roulant." Et retrouver du temps personnel, pour écouter et faire de la musique, le jazz ayant sa préférence, pour voyager également, étoffer sa connaissance du monde.

Quand elle se remémore ses recherches d'emploi, c'est le processus Microsoft qui lui est apparu le plus respectueux : "Ce qui a été super, c'est d'avoir le sentiment de ne pas avoir été embauchée pour mon handicap comme beaucoup d'entreprises qui cherchent à atteindre les quotas d'employés handicapés. C'est agréable d'être embauchée pour ses compétences."


Retour au sommaire de l'infolettre de juin 2017.



© Microsoft - Yanous! 2017. Reproduction et diffusion interdites sans autorisation.