Éditorial
Accueil Mél News Espaces Vie pratique Tribus Emploi Archives de cette rubrique RSS
  Propagande, duperies et doutes.
 

Le premier jour férié "de solidarité" s'est déroulé dans la confusion annoncée, alors qu'un ministre en demande davantage et que des associations doutent de l'application de la loi Montchamp.

Lecture de cette page par la synthèse vocale de ReadSpeaker.

Grèves par ici, jour de R.T.T ou maintenu férié par là, le lundi de Pentecôte férié travaillé non payé s'est déroulé dans la confusion et la protestation. De nombreux salariés contestent le fait qu'ils soient les seuls à devoir supporter les nouvelles mesures financières d'aide aux personnes dépendantes. En fait de nouvelles mesures, il convient de restreindre le propos à l'extension des allocations compensatrices à 25.000 personnes en plus des 95.000 allocataires actuels, ce qui fait peu de choses en rapport des 23 millions de salariés ponctionnés. Et Philippe Douste- Blazy, Ministre des solidarités et de la santé, a réaffirmé que le produit du jour férié de solidarité ne serait pas suffisant pour financer la dépendance. On peut d'ailleurs se demander si le Premier Ministre ne préparait pas le terrain quand il évoquait, le 2 mai dernier, le syndrome de la "vignette automobile", taxe destinée jadis à financer "la retraite des vieux" qui n'en virent jamais la couleur...

En effet, la plupart des actions financées par le produit du jour férié travaillé non payé étaient jusqu'alors du domaine du budget de l'Etat : le Gouvernement a saisi avec un certain cynisme l'occasion de la canicule d'août 2003, et l'émotion des 15.000 décès anticipés qu'elle a engendrée, pour opérer ces transferts de charges tout en allégeant de 1,7 milliards d'euros l'impôt sur le revenu, les contribuables les plus aisés en ayant tiré le meilleur parti. Le Gouvernement a décidé de faire porter sur le nouveau régime de protection sociale l'augmentation prévisible du nombre de bénéficiaires de l'Allocation Personnalisée d'Autonomie, ce qui lui permettra de geler le budget qu'il lui consacre (1,3 des 3,3 milliards d'euros de budget global, la moitié étant financée par les départements). Le Gouvernement met également à la charge du nouveau régime la rénovation de maisons de retraite que leurs usagers paient plusieurs fois : dans leurs cotisations sociales (lorsqu'ils étaient en activité et pour financer leur construction), et par le prix du séjour, qui absorbe généralement la quasi- totalité de la pension de retraite et oblige les proches à compléter de leur poche.

Côté personnes handicapées, les nouveaux crédits permettront de verser une prestation compensation de 1.000 euros par mois en moyenne à 25.000 personnes. Ce dernier chiffre est l'estimation "haute" du nombre de bénéficiaires devant s'ajouter aux actuels 95.000 titulaires d'une allocation compensatrice tierce- personne. Quelques associations commencent à s'inquiéter du processus d'application de la loi Montchamp. La circulaire relative aux forfaits grande dépendance sanctionne de fait les bénéficiaires qui veulent être employeurs directs, et les oblige à disposer d'une assistance active la nuit alors que seulement 12 heures d'aide à domicile, sur 24, sont financées. Le projet de décret relatif à la garantie de ressources marche sur la tête : il exige de personnes reconnues dans l'incapacité de se procurer un emploi de devoir justifier de deux années d'inactivité professionnelle ! Comment : en produisant une attestation d'inscription comme demandeur d'emploi ? Ces "monstres juridiques" sont engendrés par une technostructure qui ordonne la maîtrise comptable des dépenses. Sa meilleure méthode semble consister à rendre les dispositifs les plus complexes possibles pour réduire le nombre de bénéficiaires. Quant à la concertation préalable avec les associations, elle se réduit à un simple examen des textes au Conseil National Consultatif des Personnes Handicapées réduit au rôle de chambre d'enregistrement.

Les grands discours sur l'intégration et la compensation sont passés, reste la réalité : un bilan comptable.


Laurent Lejard, mai 2005.




| ACCUEIL | MÉL | NEWS | ESPACES | VIE PRATIQUE | TRIBUS | NEWSLETTER | EMPLOI | ARCHIVES |


| ISSN 1777-5191 | Informations légales | Plan du site |

© Yanous! 2005. Reproduction et diffusion interdites sans autorisation.


Fin de page