Éditorial
Accueil Mél News Espaces Vie pratique Tribus Emploi Archives de cette rubrique RSS
  Privé(e)s de Loft ?
 

Le centre de toutes les discussions en ce début d'été ne concerne pas les personnes handicapées : il n'y en a pas dans l'émission Loft Story. Pourquoi ?

Lecture de cette page par la synthèse vocale de ReadSpeaker.

On approche du dénouement : Loana sera-t-elle condamnée à vivre durant six mois avec Jean-Édouard dans une maison de 3 millions de francs (457 347 euros) ? Les péripéties des onze puis douze "lofteurs" ont tenu (presque) toute la France en haleine, on parle du Loft dans les conversations mondaines, des intellectuels étalent leurs états d'âmes, les recalés font de la pub, les plagiats de logos se multiplient, on éditorialise dessus dans Yanous, bref Loft Story est un phénomène de société.

Les lofteurs exhibés lors de cette première émission sont, paraît- il, représentatifs de la jeunesse française d'aujourd'hui. Curieux, on n'y trouve pas d'aveugle, de sourd, de paraplégique, de polio... Interrogée sur ce point, M6 ne répond pas, préférant botter en direction de la société de production. Axelle Laroche-Joubert, chargée du casting pour cette émission de la chaîne qui n'en finit pas de "monter", a elle aussi décidé de se mettre aux abonnés absents. On a bien remarqué que l'un des critères de sélection des lofteurs était leur aspect physique "attrayant" et par conséquent l'absence d'une déficience visible par les téléspectateurs. Mais de là à l'avouer aux lecteurs de Yanous...

Et d'ailleurs, le Loft ne déroge pas à une règle non- écrite mais évidente des jeux télévisés: dans lequel accepte-ton des candidats aveugles, sourds, paralytiques, infirmes moteurs cérébraux? Dans Le Juste Prix, au Millionnaire, sur Questions pour un champion, dans Le Bigdil ? On se souvient d'un petit scandale qui secoua jadis feue La Roue de la Fortune : un candidat paraplégique fut refusé parce que le décor ne lui permettait pas de faire tourner lui-même ladite roue. La presse en ayant parlé, la production décida qu'un tiers pouvait actionner le bidule. De toute façon, le candidat perdit...

Cette absence est néanmoins bien regrettable : on aurait aimé voir une Loana sourde en grande conversation avec un Jean-Édouard paraplégique. Gageons qu'eux aussi auraient pu faire bon usage de la piscine du Loft...


Laurent Lejard, juin 2001.




| ACCUEIL | MÉL | NEWS | ESPACES | VIE PRATIQUE | TRIBUS | NEWSLETTER | EMPLOI | ARCHIVES |


| ISSN 1777-5191 | Informations légales | Plan du site |

© Yanous! 2001. Reproduction et diffusion interdites sans autorisation.


Fin de page