Parents
Accueil Mél News Espaces Vie pratique Tribus Emploi Archives de cette rubrique RSS
  Handiscol, c'est quoi ?
  Lancé au printemps 1999, le programme Handiscol reste mal connu des parents ayant des enfants handicapés en âge scolaire. Nous avons rencontré l'une des personnes qui y travaillent.

Lecture de cette page par la synthèse vocale de ReadSpeaker.

Handiscol est un ensemble de structures au niveau national (une cellule d'écoute téléphonique) et dans les départements (groupes de travail ou cellules) qui concerne la scolarisation des enfants et adolescents handicapés. La cellule d'écoute Handiscol est un service téléphonique opérationnel au Centre de Suresnes (CNEFEI) depuis le 4 janvier 1999. Assuré par 4 enseignantes spécialisées, il a enregistré plus de 2 500 appels (en moyenne 75 par semaine). Il permet d'apporter des informations pratiques et de lever certains blocages apparus dans les processus d'orientation des enfants. Nous avons rencontré l'une de ces répondantes, que nous appellerons Cécile, le Ministère de l'Éducation Nationale exigeant l'anonymat pour respecter la confidentialité des informations personnelles transmises par les familles.

Image : Logo Handiscol

Question : Comment peut-on expliquer "handiscol" très simplement à des parents ?

Cécile : C'est une cellule d'écoute qui a été mise en place en même temps que la déclaration que Ségolène Royal avait faite devant le Conseil national consultatif des personnes handicapées (CNCPH) le 20 avril 1999. Elle permet aux parents de parler de leurs problèmes sur le terrain, sans repasser par tous les partenaires institutionnels qu'ils ont déjà rencontrés. On écoute les parents, on conseille, on essaie de valider les démarches qu'ils ont eues jusque là et de voir ce qui n'a pas été mis en relation. Répondre et signaler est laissé à notre libre appréciation. D'autre part nous sommes chargés par le ministère de faire remonter les informations de façon à ce qu'il y ait une autre version que celle qui passe par la voie hiérarchique de ce qui se passe sur le terrain.

Q : On constate que la mise en place des cellules "handiscol" a été extrêmement variable suivant les départements. Est- ce dû à un manque d'informations ou à d'autres raisons ?

C : Il y avait sur le terrain des situations différentes, des gens avec une certaine forme de pouvoir, ils ont peut être un peu de mal à admettre qu'il leur faudra le partager avec d'autres. Certaines associations ont déjà fait beaucoup de travail, mais elles ont tendance à se contenter de ce qu'elles ont fait. Les gens sur le terrain, ont quelquefois du mal à accepter que d'autres organismes, d'autres associations puissent monter quelque chose.

Q : Est-ce que ce point de vue ne rejoindrait pas certaines analyses qui constatent qu'en matière de handicaps, les grandes associations nationales traitent les problèmes en ordre dispersé, chacune pour son public et qu'il n'y a pas, apparemment, de structure fédérative pour la prise en compte de certains problèmes de scolarisation des enfants handicapés ?

C : Le préfet est normalement garant de la représentativité de chacun, et quelquefois les pouvoirs pris par les uns ou les autres, y compris par la hiérarchie de l'Éducation Nationale, devraient être mieux régulés.

Q : Comment voyez-vous l'avenir des cellules "handiscol" ?

C : Ce serait déjà bien si les cellules "handiscol" arrivaient à faire l'état des lieux sur place, que tout le monde arrive à s'entendre pour pointer les dysfonctionnements. Déjà, dans un premier temps, cela me semblerait énorme. Alors, comment est- ce que ça va évoluer ? J'ai sans doute été très optimiste en me disant qu'il n'y aurait plus de prises de pouvoir de qui que soit et qu'il pourrait y avoir une certaine forme de démocratisation de la parole. Pour moi c'est important.



Propos recueillis par Bernard Béville, à l'occasion du Salon de l'Éducation (Paris) en novembre 2000."Cécile" nous a avoué, hors micro, qu'elle souhaitait arrêter ce travail, peut- être un peu par découragement, mais aussi parce que c'est un travail éprouvant que de récolter les appels au secours des familles, sans pouvoir vraiment y répondre dans la réalité.


POUR PLUS D'INFORMATION...

Cellule d'écoute handiscol : 0801 55 55 01. Jours ouvrables, sauf périodes de vacances scolaires, de 9h à 12h et de 13h30 à 17h 30. Le service reste néanmoins disponible une semaine avant la rentrée scolaire et une semaine après la fin de l'année scolaire. Autres renseignements disponibles sur le site Internet d'Handiscol.




| ACCUEIL | MÉL | NEWS | ESPACES | VIE PRATIQUE | TRIBUS | NEWSLETTER | EMPLOI | ARCHIVES |


| ISSN 1777-5191 | Informations légales | Plan du site |

© Yanous! 2000. Reproduction et diffusion interdites sans autorisation.


Fin de page